L'Herne

  • Pour une crisologie

    Edgar Morin

    • L'herne
    • 13 Avril 2016

    Une crisologie - étymologiquement : une science de la crise.Non point envisager la crise à partir d'une situation supposée normale, dont elle serait le dérèglement. Ce à quoi se sont attachés, peu ou prou, la plupart des économistes et autres sociologues. Mais, la penser dans une perspective anthropologique, à partir de l'homme lui-même, conçu comme « animal crisique » ; c'est-à-dire, comme un tissu de contradictions qui est la source, à la fois, de ses échecs, de ses réussites, de ses inventions et aussi de sa névrose fondamentale (qui est une réponse à une angoisse, une menace, un conflit).
    La crise n'est pas une faille, elle n'est pas davantage un symptôme, elle est un accroissement du désordre et de l'incertitude, qui peut se résoudre soit par le retour à une situation antérieure, soit ce qui est le plus courant, par la recherche de situations nouvelles, qui peuvent être tantôt imaginaires ou mythologiques, tantôt pratiques et créatrices.
    Un texte novateur qui a une portée à la fois philosophique et politique.

  • Où va le monde ?

    Edgar Morin

    • L'herne
    • 1 Mars 2007

    Edgar Morin cherche à renouveler nos catégories intellectuelles (pour rendre compte de la complexité du réel), à permettre l'avènement d'une nouvelle vision du monde, et c'est le fil conducteur de toute sa pensée. Il en va de la survie de l'humanité. « Plus que jamais, nous ne savons ce qui arrive et c'est cela qui arrive », sa réflexion le conduit à revisiter la notion de prospective. Où va le monde ?, extrait de Pour sortir du XXe siècle, envisage à nouveaux frais les rapports du passé, du présent et de l'avenir, se demandant où nous allons, ce que « crise » veut dire et ce que valent les vieilles idéologies politiques face aux enjeux du XXe siècle.

  • Vers l'abîme ?

    Edgar Morin

    • L'herne
    • 1 Octobre 2007

    Il s'agit d'un ensemble d'articles paru ces 10 dernières années, qui ont en commun d'aborder, à vif pourrait-on dire, la question de l'avenir de la planète, de nos irresponsabilités collectives, de l'aveuglement très largement partagé. L'auteur, qui vient de publier un livre avec Nicolas Hulot, ne cherche pas à alimenter le catastrophisme ambiant mais, sur le fond d'un constat (notre disparition, à terme, est programmée, comme celle du système solaire ou de l'univers), un appel à la fraternité planétaire. Nous sommes perdus, soyons donc des frères de perdition. Cet appel à la fraternité n'a pas d'accents mièvres, il comporte une nécessaire prise de conscience de ce que nous sommes, de notre inscription dans l'ensemble du vivant, de la complexité de nos manières d'être et de penser.

  • Le destin de l'animal

    Edgar Morin

    • L'herne
    • 1 Septembre 2007

    Sociologue et philosophe, Edgar Morin est l'un des penseurs les plus originaux de notre époque. « Le destin de l'animal » évoque la complexité du réel humain.
    «Faust avait tort de se demander ce qui était au commencement: l'esprit ou l'action.
    Ils émergent en même temps, inséparablement, dans l'animalité. » E.M.

empty