Marie Fradette

  • Au sommaire du numéro d'automne de la revue Lurelu, une entrevue avec la conteuse et musicienne Suzanne De Serres, une autre avec la très populaire illustratrice Élise Gravel, une enfin avec le non moins populaire animateur et bédéiste Tristan Demers, qui s'inquiète de l'imaginaire appauvri de nos enfants. Le numéro de la rentrée présente toujours les coups de coeur de la rédaction, et celui-ci ne fait pas exception. Aussi au sommaire, un article sur le livre numérique : une simple vague, au lieu du raz-de-marée naguère annoncé? Les collaboratrices de Lurelu rendent compte du quatrième colloque « De mots et de craie », ainsi que du Défi lecture « Lis avec moi » qui en était à sa deuxième édition. Dans les deux volets de « Créateurs d'ici », l'auteure Lyne Vanier et l'illustratrice Geneviève Godbout répondent au court questionnaire de Nathalie Ferraris.

  • Petit public, petit théâtre? Certainement pas! La vitalité du milieu des arts pour les jeunes publics n'est plus à prouver, la création se porte bien, et la diffusion fait voyager nos artistes en Europe, en Asie, dans les Amériques. Saluons leur persévérance et leur ingéniosité, qui viennent combler le manque de moyens. Parce que, même si le «petit» théâtre se comporte et fonctionne comme un grand, son financement et son image de marque restent en dessous de ceux du «grand» théâtre. Près de 15 ans après le dernier dossier de la revue JEU consacré à ce sujet, quelle évolution (ou non) pouvons-nous observer? Il sera question ici d'audace, de censure et d'autocensure, de théâtre pour bébés ou pour ados, de transmission et de relève, au Québec et en France. Vous lirez aussi avec intérêt un portrait de Damien Bouvet, artiste irrévérencieux. (source : JEU)

  • Au sommaire du numéro d'automne de la revue Lurelu figure une entrevue avec l'artiste Émilie Leduc, qui a illustré à La courte échelle, la Pastèque et chez Québec Amérique. Quatre autres illustratrices, dont ValMo et Caroline Hamel, et quatre auteures, dont Évelyne Gauthier et Andrée-Anne Gratton, se sont prêtées au questionnaire ludique « Créateurs d'ici ». Comme à chaque numéro de la rentrée, l'équipe de Lurelu livre ses coups de coeur annuels. Au nombre des articles de la rentrée, deux sont tout à fait dans l'air du temps : « Réinventer l'accès aux livres : suivi des initiatives en temps de Covid-19 » et « Se réinventer, le nouveau refrain; présentiel, le nouvel adjectif ». Amélie Bibeau, de l'AÉQJ, s'est demandé « Peut-on parler de tout en littérature jeunesse? ». Céline Rufiange aborde le rôle des grands-parents dans les albums pour enfants. La chronique « À l'honneur », informe sur les prix littéraires qui ont été remis cet été, et ceux qui ne seront pas remis à cause de la crise sanitaire.

  • Au sommaire du numéro d'automne de Lurelu, un dossier substantiel sur la maladie mentale dans le roman jeunesse. Dépression, troubles anxieux, troubles de l'alimentation, ils ne sont pas abordés seulement dans les romans pour ados, mais aussi, avec doigté, dans les livres destinés aux plus jeunes.
    Le numéro de la rentrée présente toujours les coups de coeur de la rédaction, et celui-ci ne fait pas exception. L'illustratrice Isabelle Arsenault y est à l'honneur; elle fait l'objet d'une chronique et d'une belle entrevue. Aussi au sommaire, «Sexualité et théâtre pour ados : au-delà du tabou», compte-rendu d'une lecture publique et d'une table ronde consacrés à ce sujet lors du récent Festival du Jamais Lu.
    Dans les deux volets de «Créateurs d'ici», l'auteur Louis Émond et l'illustratrice Marie-Ève Tremblay répondent au court questionnaire de Nathalie Ferraris.

  • Est-ce que le droit d'auteur est toujours respecté en milieu scolaire? Une collaboratrice de Lurelu en a discuté avec certains éditeurs et créateurs. Les activités pour jeunes de Bibliothèque et Archives nationales du Québec font l'objet d'une chronique et d'un article. Par ailleurs, divers éditeurs accordent des entrevues dans ce numéro d'hiver : Frédéric Gauthier et Martin Brault, de La Pastèque, de même qu'Yves Nadon et France Leduc, fondateurs de la toute nouvelle maison «D'eux». Quant à Marie-Fleurette Beaudoin, elle parle de la difficulté de produire des livres-disques, chez Planète rebelle, éditeur spécialisé dans le conte. Les divers prix littéraires décernés l'automne dernier font l'objet des trois pages d'«À l'honneur» et un article dresse le bilan des quarante années des Prix littéraires du Gouverneur général.

  • Pluriethnicité dans la littérature jeunesse : est-ce que la production actuelle destinée aux enfants de 12 ans et moins reflète cette réalité qui est de plus en plus présente au Québec ? Deux collaboratrices de Lurelu ont mené leur enquête et nous en livre les détails. Ce numéro aborde un autre sujet souvent porteur de lourds clichés, celui de l'itinérance. Les romans jeunesse ayant ce thème pour sujet semblent miser sur la déconstruction des préjugés. Ailleurs dans la revue, Raymond Bertin fait le point sur le projet du Cube, un centre international de recherche et de création en théâtre pour l'enfance et la jeunesse qui sera construit à Montréal, un entretien avec la nouvelle direction à La courte échelle et les coups de coeur de l'équipe de Lurelu.

  • Après les vacances d'été, les auteurs et illustrateurs se remettent au travail la tête remplie d'images et de souvenirs qui inspireront sans doute leur prochain ouvrage. Ce thème colore l'article de Myriam de Repentigny intitulé « Les écrivains voyageurs » en soulignant les liens qui se tissent bien souvent entre la pulsion d'aventure et de dépaysement et l'écriture. D'autre part, la chronique d'Isabelle Crépeau nous fait découvrir le grand voyageur Marc Laberge, auteur et fondateur du Festival interculturel du conte du Québec. Le numéro d'automne est aussi l'occasion pour l'équipe de ­Lurelu­ de partager ses coups de coeur, dont plusieurs titres se retrouvent à l'honneur en tant que finalistes des nombreux prix littéraires de l'automne.

empty