Editions L'Harmattan

  • Est-il possible de créer un nouvel internationalisme, sous la bannière du féminisme et de l'écologie ? La quête d'identité et de différence peut-elle être une plate-forme de résistance à la violence de la mondialisation de l'économie ? Deux femmes, confrontées aux mêmes questions fondamentales sur le sort des générations futures et de la survie de notre planète, l'une avec le regard venant du Sud, l'autre vivant " au coeur de la bête " dans le Nord, se démarquent radicalement de la pensée unique.

  • Les auteurs se situent dans la ligne des théories féministes sur la guerre. Depuis le XVe siècle en effet avec Christine de Pisan, le discours des femmes qui ont élaboré une théorie sur la guerre et sur la paix est resté le même : déglorification de la guerre et du guerrier, dénonciation de toutes les violences porteuses de barbarie, plaidoyer en faveur de la négociation et de la justice. Les exemples donnés dans cet ouvrage permettent de décrypter les guerres d'hier, d'aujourd'hui et, hélas, de demain avec leurs systèmes porteurs, et ce grâce à une nouvelle grille d'analyse, véritable contre-pied à l'orthodoxie officielle.

  • La pertinence écologique de la vision féminine du monde est-elle encore à prouver ? Un examen approfondi de leurs luttes contre la détérioration de leur environnement confirme que les femmes sont nombreuses à partager la même colère, la même inquiétude et le même sens des responsabilité quant à la préservation des bases de la vie, qu'elles soient environnementales ou sociales. Les femmes s'attachent à " retisser " le monde pour qu'il reste un lieu d'accueil pour les générations futures.

  • Une femme angolaise décrit ce que fut l'éducation traditionnelle des jeunes filles dans sa province d'origine et les contradictions d'une scolarisation et d'une assimilation forcées dans le système portugais, système où Eglise et Etat rivalisèrent dans la destruction d'une civilisation. Selon la tradition féministe, elle lance un appel aux femmes pour qu'au-dessus des querelles masculines, elles s'unissent et redonnent vie à la terre.

  • Cet épisode symbolique de la guerre du Golfe a été totalement occulté en Occident. Nasra Al Sadoon nous conduit à bord du bateau affrété par les femmes arabes pour témoigner de leur solidarité active au peuple irakien soumis au blocus de la coalition des grandes puissances et apporter un message de paix au monde. Nous l'accompagnons tout au long de ce voyage très particulier. Elles étaient près de trois cents femmes (dont une quinzaine d'occidentales) avec des enfants. Le bateau ne transportait que du lait et des médicaments. Il fut pourtant arraisonné, les passagères furent tabassées par des soldats américains, australiens et britanniques en armes, soutenus par une flottille de navires de guerre et d'hélicoptères. Ils ont immobilisé le bateau pendant deux semaines en mer et déchargé de force sa cargaison, au mépris des conventions internationales. Ce fut une épopée qui se situe dans la longue tradition d'une expression féminine de résistance et de paix si puissante qu'elle doit impérativement être réprimée, ici par un déploiement ridicule de force brute. Ce récit qui appartient désormais au patrimoine historique des femmes arabes, ne saurait laisser personne indifférent.

empty