Points

  • Les scientifiques nous l'annoncent, la Terre est entrée dans une nouvelle époque : l'Anthropocène. Plus qu'une crise environnementale, nous vivons un basculement géologique d'origine humaine. Comment en sommes-nous arrivés là ? Faisant dialoguer science et histoire, les auteurs revisitent l'histoire globale des derniers siècles au prisme de l'environnement : le manifeste d'une nouvelle génération d'historiens. Christophe Bonneuil est chargé de recherche au CNRS et enseigne à l'EHESS. Il a notamment codirigé Une autre histoire des "Trente Glorieuses" (La Découverte, 2013). Il dirige la collection "Anthropocène" aux éditions du Seuil. Jean-Baptiste Fressoz est historien des sciences, des techniques et de l'environnement. Chercheur au CNRS (Centre Alexandre Koyré), il enseigne à l'EHESS. Il a publié L'Apocalypse joyeuse (Seuil, "L'Univers historique", 2012). Edition révisée et augmentée de deux chapitres inédits.

  • Les ouvriers dans la société françaiseCe livre met en valeur les caractères originaux du processus de formation de la classe ouvrière au sein de la société française. Ouvriers de l'artisanat urbain et ouvriers-paysans ont pu éviter le déracinement jusqu'à la fin du XIXe siècle. Une deuxième vague d'industrialisation a assuré le triomphe des grandes usines, des banlieues et des rigidités du rapport salarial. La Première Guerre mondiale, la rationalisation du travail et l'immigration massive ont donné naissance à un nouveau monde ouvrier, sans liens avec le précédent, marginalisé jusqu'au Front populaire, moment de son irruption sur la scène politique et de son intégration dans la société française. Les travailleurs de la grande industrie (les « métallos ») dominent la scène sociale et politique dans les décennies qui suivent la Seconde Guerre mondiale jusqu'à l'éclatement actuel du monde du travail et la marginalisation du monde ouvrier.Gérard NoirielSpécialiste d'histoire sociale et d'histoire de l'immigration, il est directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales.

  • Les Américains1. Naissance et essor des États-Unis. 1607-1945Au XVIIe siècle, une poignée d'Anglais s'établissent en Virginie et en Nouvelle-Angleterre. En 1945, les États-Unis sont devenus l'une des deux superpuissances. Comment, de quelques colonies, la nation américaine a-t-elle jailli ? Pourquoi des dizaines de millions d'hommes et de femmes ont-ils traversé l'Atlantique pour immigrer en Amérique ? L'industrialisation du XIXe siècle cache-t-elle des réalités plus sombres ? Quel rôle ont tenu les Américains dans les deux guerres mondiales ? Franklin Roosevelt a-t-il créé, au milieu d'une dépression sans précédent, une société plus juste ?Autant de questions que nous ne cessons pas de nous poser. La Déclaration d'indépendance, le melting pot, la statue de la Liberté, le rêve américain, les taudis de New York, la prohibition..., des images fortes qui dissimulent une histoire complexe et fascinante que les historiens américains n'ont pas fini de réécrire.André KaspiProfesseur émérite à la Sorbonne, il a publié de nombreux ouvrages sur l'histoire et la société des États-Unis.

  • Concilier sciences sociales et création littéraire, c'est tenter d'écrire de manière plus libre, plus originale, plus juste, plus réflexive, non pour affaiblir la scientificité de la recherche, mais au contraire pour la renforcer.
    Réciproquement, la littérature est compatible avec la démarche des sciences sociales. Les écrits du réel - enquête, reportage, récit de vie, témoignage - concourent à l'intelligibilité du monde par la qualité de leur raisonnement.
    Des sciences sociales qui émeuves et captivent ? Une littérature qui produit de la connaissance ? Il y a là des perspectives nouvelles pour le siècle qui s'ouvre.

  • Pendant un demi-siècle, les États-Unis ont mené la guerre froide contre l'Union soviétique, défendu « le monde libre », bâti un Empire. Au monde entier, ils ont proposé un modèle de démocratie et de prospérité.Pourtant cette domination n'est pas allée sans incertitudes. La guerre du Viêt-nam, les conflits raciaux, la contre-culture et le bouleversement des moeurs ont divisé et inquiété. L'affaire du Watergate a porté un rude coup aux institutions politiques. La confiance est revenue avec l'élection de Ronald Reagan. L'effondrement de l'Union soviétique et le retour de la prospérité ont fait des États-Unis la seule superpuissance de la planète. Était-ce « la fin de l'histoire » ? Les attentats du 11 septembre 2001 ont démonté le contraire. De George W. Bush à Barack Obama, les États-Unis cherchent désormais leur place dans le nouvel ordre mondial.André KaspiProfesseur émérite à la Sorbonne, il a publié de nombreux ouvrages sur l'histoire et la société des États-Unis.Nouvelle édition augmentée d'un chapitre inédit

  • HistoireLa Grèce archaïque d'Homère à Eschyle L'époque archaïque grecque fut longtemps l'équivalent de notre Moyen Age, considérée comme des siècles obscurs, rigides et figés. Or, grâce aux progrès de l'archéologie, à une lecture très fine des textes, on

  • À travers les contributions de douze auteurs proposant, à partir de leurs spécialités, des forages à l'intérieur des sociétés du Moyen-Orient entre la fin du xixe siècle et les années 1980, nous faisons le pari d'écrire une synthèse qui ne soit pas une somme. Les femmes, les migrations, les minorités, les citadinités, la modernisation ou encore l'âge des révolutions : autant d'objets d'histoire sociale dans leur forme la plus ouverte, d'emblée politique, en ce qu'ils interrogent ce qui est affecté par le politique et ce qui, dans le monde social, affecte le politique. Autant de questions pour aujourd'hui.
    L. D.
    Inédit
    Leyla Dakhli
    Chercheuse au CNRS, elle s'intéresse à l'histoire intellectuelle et sociale du monde arabe contemporain. Elle a récemment publié Histoire du Proche-Orient contemporain (La Découverte, 2015).
    Avec les contributions de : Emma Aubin-Boltanski, Philippe Bourmaud, Elena Chiti, Angelos Dalachanis, Leyla Dakhli, Edhem Eldem, Azadeh Kian, Vincent Lemire, Noémie Lévy-Asku, Philippe Pétriat, Matthieu Rey, Mehdi Sakatni, Emmanuel Szurek.

  • HistoireQuand commence la révolution industrielle ? L'expression de «révolution industrielle» est-elle propre à décrire son objet : faut-il lui préférer le terme anglais de take off ? - ou celui, plus général et plus synthétique, de «croissance» ? Quelles conditions président à son démarrage et à son expansion ? Quelles en sont les conséquences - sociales, culturelles, psychologiques, humaines en un mot ? Ouvre-t-elle le fossé entre les nations dominantes et les nations «prolétaires» ? Où en est aujourd'hui la réflexion des historiens sur cette formidable mutation du travail de l'homme ?Ce sont là quelques-unes des questions auxquelles on tente ici de répondre.

  • Lenfant et la vie familiale sous lAncien Régime« À ce procès de la famille, ou pour être plus exact, à lenquête que notre temps poursuit sur la famille et lenfance, le livre de Philippe Ariès apporte une contribution capitale. »Claude Mettra, Les Nouvelles littéraires« La leçon de ce livre est immense pour nous Occidentaux scolarisés, familiarisés, dipianisés Comme tous les livres dhistoire qui senfoncent à cette profondeur dans ce qui constitue notre archéologie, il nous dote dun savoir comparatif déterminant, il nous permet de penser vraiment que tout na pas toujours été pareil. »Raymond Bellour, Le Magazine littéraire« Un livre étonnant, le seul à vrai dire qui propose une approche historique de lenfance, un travail monumental quil faut connaître si lon ne veut pas rester un imbécile. »Jean-Michel Damian, Politique hebdoPhilippe Ariès (1914-1984)Célèbre pionnier de l« histoire des mentalités », il sest imposé par des ouvrages devenus des classiques, notamment LHomme devant la mort (Seuil, 1977).

  • Condamnée par la lecture gaulliste de l'histoire comme le " régime des partis ", parfois devenue ensuite une sorte de modèle dont il fallait honorer la mémoire afin de mieux se démarquer de l'ombre du Général, la IVe République demeure la " mal aimée " des Français.
    Fondée en partie sur l'ouverture progressive des archives et la multiplication des témoignages, cette étude se nourrit d'une approche à la fois compréhensive et connectée. Compréhensive car elle donne la parole aux acteurs. Connectée car elle met en relation des thématiques souvent séparées : dimensions internationale et nationale, réformes de structure et vie quotidienne, grands destins et vie des Français " ordinaires ".
    Jenny Raflik propose ainsi une lecture profondément renouvelée de ces années où s'invente la modernité.
    Maîtresse de conférences à l'université de Cergy-Pontoise, Jenny Raflik est l'auteur de plusieurs ouvrages, dont deux sur cette même période : La Quatrième République et l'Alliance atlantique (PUR, 2014) et La Société française depuis 1945 (avec Ludivine Bantigny et Jean Vigreux, La Documentation Photographique, 2016).

  • Histoire d'une démocratie : AthènesGrâce à une mise en valeur de la documentation archéologique, épigraphique et littéraire, on mesure le caractère original et exceptionnel d'Athènes dans l'ensemble de la Grèce ancienne.Après la grande crise sociale des débuts du VIe siècle, la démocratie s'est imposée à Athènes en s'accompagnant du développement d'une économie servile et de l'établissement d'un système d'échanges hégémonique. Quand les autres Grecs furent en mesure de secouer le joug athénien, la Cité, réduite à ses seules forces, devint une proie facile pour les Macédoniens.Cet ouvrage, dont la première édition date de 1971, reste une introduction magistrale à l'histoire d'Athènes.Claude MosséElle est aujourd'hui en France l'une des meilleures spécialistes de l'histoire grecque. Professeur émérite à l'université de Paris-VIII, elle est l'auteur de nombreux travaux d'histoire ancienne qui font autorité.

  • Nouvelle histoire de l'Antiquité1. Jean-Claude Poursat, La Grèce préclassique, des origines à la fin du VIe siècle2. Edmond Lévy, La Grèce au Ve siècle, de Clisthène à Socrate3. Pierre Carlier, Le IVe Siècle grec, jusqu'à la mort d'Alexandre4. Pierre Cabanes, Le Monde hellénistique, de la mort d'Alexandre à la paix d'Apamée5. Claude Vial, Les Grecs, de la paix d'Apamée à la bataille d'Actium (188-31 av. J.-C.)6. Agnès Rouveret, Rome avant l'impérialisme (à paraître)7. Jean-Michel David, La République romaine, de la deuxième guerre punique à la bataille d'Actium (218-31 av. J.-C.)8. Patrick Le Roux, Le Haut-Empire romain en Occident, d'Auguste aux Sévères9. Maurice Sartre, Le Haut-Empire romain. Les provinces de Méditerranée occidentale d'Auguste aux Sévères10. Jean-Michel Carrié, Aline Rousselle, L'Empire romain en mutation, des Sévères à Constantin (192-337 apr. J.-C.)Pierre Carlier (1949-2011)Docteur ès lettres, il a été professeur d'histoire grecque à l'université Paris Ouest-Nanterre-La-Défense.

  • Nouvelle histoire de l'Antiquité1. Jean-Claude Poursat, La Grèce préclassique, des origines à la fin du VIe siècle2. Edmond Lévy, La Grèce au Ve siècle, de Clisthène à Socrate3. Pierre Carlier, Le IVe Siècle grec, jusqu'à la mort d'Alexandre4. Pierre Cabanes, Le Monde hellénistique, de la mort d'Alexandre à la paix d'Apamée5. Claude Vial, Les Grecs, de la paix d'Apamée à la bataille d'Actium (188-31 av. J.-C.)6. Agnès Rouveret, Rome avant l'impérialisme (à paraître)7. Jean-Michel David, La République romaine, de la deuxième guerre punique à la bataille d'Actium (218-31 av. J.-C.)8. Patrick Le Roux, Le Haut-Empire romain en Occident, d'Auguste aux Sévères9. Maurice Sartre, Le Haut-Empire romain. Les provinces de Méditerranée occidentale d'Auguste aux Sévères10. Jean-Michel Carrié, Aline Rousselle, L'Empire romain en mutation, des Sévères à Constantin (192-337 apr. J.-C.)Jean-Claude PoursatAncien membre de l'École française d'Athènes, il est professeur honoraire d'archéologie et de civilisation antique à l'université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand.

  • Le XVIe siècle européen fut le grand siècle ibérique. Amérique, Philippines, Afrique, Extrême-Orient : Espagnols et Portugais ont établi des liaisons maritimes régulières entre l'Europe et ces régions et jeté les bases d'une première économie mondialisée. C'est dire l'importance et même l'actualité d'une histoire de l'expansion portugaise en Asie. Devenu un classique, cette synthèse magistrale nous fait découvrir l'empire portugais d'Asie, de 1500 à 1700, à partir des rivages de l'Asie et pas seulement depuis les bords du Tage. Sanjay Subrahmanyam signe ici une contribution fondamentale au débat sur la nature de l'édification de l'empire européen au début de la période moderne. Découvert par un large public grâce au succès de Vasco de Gama, Sanjay Subrahmanyam, né en 1961, est considéré comme l'un des plus grands historiens contemporains. Professeur depuis 2004 à l'UCLA (Los Angeles), il occupe en 2013 la chaire « Histoire globale de la première modernité » au Collège de France.

  • Décadence romaine ou Antiquité tardive ?Pour décrire les derniers siècles de l'Empire romain, Henri-Irénée Marrou oppose à l'idée de décadence celle, largement positive, d'Antiquité tardive. C'est en effet au cours de cette période que l'Europe lègue aux générations futures nombre des institutions sur lesquelles repose encore son histoire.Dans ce petit livre posthume, l'auteur a magistralement résumé ses longues années de recherche et de découvertes. Il propose une réflexion générale sur le passage de la Grèce classique à l'Europe moderne, en abordant des thèmes aussi divers que le rapport entre l'art païen et l'art chrétien, la grandeur de Byzance, le processus de christianisation.Henri-Irénée Marrou (1904-1977)Un des grands historiens de l'Antiquité tardive, spécialiste d'Augustin et de l'augustinisme, qui fut aussi critique musical sous le nom d'Henri Davenson. Il a notamment publié, au Seuil, L'Église de l'Antiquité tardive (1985) et Saint Augustin et l'augustinisme ("Points Sagesses", 2003).

  • Stéphane Lebecq est professeur d'histoire médiévale à l'université de Lille III.

  • Nouvelle histoire de la France moderne1. Janine Garrisson, Royauté, Renaissance et Réforme (1483-1559)2. Janine Garrisson, Guerre civile et Compromis (1559-1598)3. Yves-Marie Bercé, La Naissance dramatique de l'absolutisme (1598-1661)4. François Lebrun, La Puissance et la guerre (1661-1715)5. André Zysberg, La Monarchie des Lumières (1715-1786)

  • Histoire de l'éducation dans l'Antiquité1. Le monde grec« L'éducation homérique, l'éducation spartiate, la pédérastie en tant qu'éducation, l'ancienne éducation athénienne, etc. Autant d'ensembles bien centrés sur un problème vivant. Rien de stéréotypé. Beaucoup de grosses questions abordées et, sinon résolues, du moins discutées avec pénétration. Pas de pédantisme. Un réel et solide savoir. Le constant souci de fournir au lecteur le moyen d'en vérifier les sources. D'un mot, un livre éclairant. Capital pour qui veut comprendre, en profondeur, les sociétés de l'Antiquité classique. »Lucien FebvreHenri-Irénée Marrou (1904-1977)Un des grands historiens de l'Antiquité tardive, spécialiste d'Augustin et de l'augustinisme, qui fut aussi critique musical sous le nom d'Henri Davenson. Il a notamment publié, au Seuil, L'Eglise de l'Antiquité tardive (1985) et Saint Augustin et l'augustinisme (2003).

  • 1. Jean-Claude Poursat, La Grèce préclassique, des origines à la fin du VIe siècle2. Edmond Lévy, La Grèce au Ve siècle, de Clisthène à Socrate3. Pierre Carlier, Le IVe siècle grec, jusqu'à la mort d'Alexandre4. Pierre Cabanes, Le Monde hellénistique, de

  • Il serait temps de nous défaire enfin de ce poncif du troubadour errant, la guitare au côté, égayant de ses ballades les longs loisirs des tristes châteaux gothiques. C'est à cette image conventionnelle et fade que Henri-Irénée Marrou entend substituer la véritable identité et histoire des troubadours, en analysant plus généralement la "renaissance" du XIIe siècle.C'est à cette époque, en pays d'Oc, que les troubadours ont inventé l'amour, le mot comme la chose. C'est l'idéal quasi mystique de l'amour courtois qu'ils célèbrent dans leurs chansons, amour humain bien réel qui se trouve cependant presque élevé à la dignité d'un culte.La première édition de cet ouvrage date de 1961.Henri-Irénéee Marrou (1904-1977) est un des grands historiens de l'Antiquité tardive, spécialiste d'Augustin et de l'augustinisme ; a notamment publié au Seuil, L'Eglise de l'Antiquité tardive (1985) et Saint Augustin et l'augustinisme (2003).

  • Nouvelle histoire de la France contemporaine1. La Chute de la monarchie (1787 - 1792), M. Vovelle2. La République jacobine (10 août 1792-9 Thermidor an II), M. Bouloiseau3. La République bourgeoise (de Thermidor à Brumaire, 1799-1815), D. Woronoff4. L'Épisode napoléonien. Aspects intérieurs (1799-1815), L. Bergeron5. La France napoléonienne. Aspects extérieurs (1799-1815), R. Dufraisse et M. Kérautret6 et 7. La France des notables (1815-1848)1. L'évolution générale, A. Jardin et A.-J. Tudesq2. La vie de la nation, A. Jardin et A.-J. Tudesq8. 1848 ou l'Apprentissage de la République (1848-1852), M. Agulhon9. De la fête impériale au mur des fédérés (1852-1871), A. Plessis10. Les Débuts de la IIIe République (1871-1898), J.-M. Mayeur11. La République radicale ? (1898-1914), M. Rebérioux12. Victoire et Frustrations (1914-1929), J.-J. Becker et S. Berstein13. La Crise des années 30 (1929-1938), D. Borne et H. Dubief14. De Munich à la Libération (1938-1944), J.-P. Azéma15 et 16. La France de la IVe République (1944-19858)1. L'ardeur et la nécessité (1944-1952), J.-P Rioux2. L'expansion et l'impuissance (1952-1958), J.-P Rioux17 et 18. La France de l'expansion (1958-1974)1. La République gaullienne (1958-1969), S. Berstein2. L'apogée Pompidou (1969-1974), S. Berstein et J.-P Rioux19. Crises et alternances (1974-2000), J.-J. Becker avec la collaboration de P. Ory20. La France du XXe siècle. Documents d'histoire, présentés par O. Wieviorka et C. Prochasson

  • Nouvelle histoire de l'Antiquité1. Jean-Claude Poursat, La Grèce préclassique. Des origines à la fin du VIe siècle2. Edmond Lévy, La Grèce au Ve siècle. De Clisthène à Socrate3. Pierre Carlier, Le IVe Siècle grec. Jusqu'à la mort d'Alexandre4. Pierre Cabanes, Le Monde Hellénistique. De la mort d'Alexandre à la paix d'Apamée (323-188 av. J.-C.)5. Claude Vial, Les Grecs. De la paix d'Apamée à la bataille d'Actium (188-31 av J.-C.)6. Agnès Rouveret, Rome avant l'impérialisme7. Jean-Michel David, La République romaine. Da la deuxième guerre punique à la bataille d'Actium (218-3 av. J-C.)8. Patrick Le Roux, Le Haut-Empire romain en Occident. D'Auguste aux Sévères (31 av. J.-C.-235 apr. J.-C.)9. Maurice Sartre, Le Haut-Empire romain. Les provinces de Méditerranée orientale d'Auguste aux Sévères10. Jean-Michel Carrié, Aline Rousselle, L'Empire romain en mutation. Des Sévères à Constantin (192-337 apr. J.-C.)Maurice SartreProfesseur émérite d'histoire ancienne à l'université François-Rabelais de Tours, il est notamment l'auteur d' Histoires grecques (Seuil, « Points Histoire », 2009).Ajout d'un complément bibliographique (2014)

  • Histoire économique de la France du XVIIIe siècle à nos jours 1Les travaux d'histoire quantitative permettent de mieux cerner les paradoxes de la croissance française. En contradiction avec le pessimisme des vues traditionnelles, ils suggèrent que l'économie française, loin de subir passivement certains handicaps permanents, a connu une alternance particulièrement contrastée entre des phases de grand dynamisme et de déclin relatif. L'histoire de ces retournements majeurs, échappant à toute périodicité rigide, est au coeur du présent ouvrage. Elle rappelle, au seuil de nouveaux temps difficiles, que rien n'est joué d'avance.Jean-Charles Asselain (1942-2013)Spécialiste de sciences économiques, historien et correspondant de l'Institut, il a été professeur de sciences économiques à l'université de Bordeaux-IV.

  • Pour nos contemporains, la révolution industrielle est située en Angleterre au XVIIIe siècle. Jean Gimpel nous démontre qu'elle plonge ses racines au Moyen Âge, qui avait déjà révolutionné le monde du travail par le renouvellement des sources d'énergie et par l'invention technologique.C'est un autre Moyen Âge qui nous est ici conté - ni celui des croisades ni celui des troubadours - un Moyen Âge inattendu et longtemps inconnu.Une époque que Jean Gimpel n'hésite pas à comparer à la nôtre. Audacieux parallèle ou surprenante actualité ?Jean Gimpel (1918-1996)Historien des techniques, il est l'auteur de nombreux ouvrages consacrés en particulier au Moyen Âge.Préface de Nicolas Reveyron, professeur d'histoire de l'art et d'archéologie du Moyen Âge à l'université Lumière Lyon 2

empty