Sciences de la vie

  • Ce livre, écrit par l'un des plus grands neuroscientifiques, propose une analyse tout à fait nouvelle et passionnante du phénomène de la conscience et de son rôle dans le vivant. Jusqu'à tout récemment, beaucoup de philosophes et de neuroscientifiques s'accordaient pour penser que la question de la conscience était insoluble. Antonio Damasio, au contraire, est convaincu qu'avec la neurobiologie, la psychologie et l'intelligence artificielle nous disposons des outils nécessaires pour résoudre le mystère de la conscience. Dans ce livre, il éclaire toutes les facettes de la conscience. Les perspectives nouvelles qu'il explore en dévoilent les mécanismes, restant proches de l'expérience intime que nous en avons. Il explique les relations entre conscience et esprit, la différence entre être conwscient, être éveillé et sentir, le rôle clé des sentiments et la manière dont le cerveau détermine le développement de la conscience. Dans cette synthèse magistrale, Antonio Damasio réconcilie les découvertes scientifiques récentes et les éléments d'une philosophie de la conscience. Surtout, il présente de façon lumineuse l'essentiel de ses propres recherches qui ont transformé notre compréhension du cerveau et du comportement humain. Antonio Damasio, mondialement connu, est professeur de neurosciences, de neurologie, de psychologie et de philosophie à l'Université de Californie du Sud à Los Angeles, où il dirige le Brain and Creativity Institute. Il est membre de la National Academy of Medicine et de l'American Academy of Arts and Sciences. Ses ouvrages sont traduits dans une trentaine de langues. Il est notamment l'auteur de L'Erreur de Descartes, de Spinoza avait raison et, dernièrement, de L'Ordre étrange des choses, qui ont connu un immense succès. 

  • Encore aujourd'hui, la sexualité animale reste une énigme. Pourquoi est-elle assortie de pareilles incertitudes?? A-t-elle seulement pour objectif d'assurer efficacement la reproduction?? Et que vient faire le plaisir dans cette histoire qu'il complique assurément?? Et pourtant, 95?% des espèces animales ne pensent qu'à ça, et même la mouche jouit... Suivant le fil de l'évolution, Thierry Lodé nous raconte dans ce nouveau livre la félicité du poulpe, l'extase du moineau et la volupté du capucin. On y découvre que dauphins, perruches et écureuils sont adeptes de masturbations intempestives. On y apprend que le tapir et le canard détiennent le plus long des organes, mais que le vagin et le clitoris des femelles font de leur mieux pour rester sur le terrain de jeu des amants. Ici, les oiseaux perdent leur pénis, là, les gorilles s'adonnent aux étreintes lesbiennes... Et si le plaisir sexuel était bien davantage qu'un simple produit de l'évolution, s'il en était le propulseur, contribuant, dans les faits, à la mise en place d'interrelations originales et à la biodiversité animale ? Thierry Lodé est professeur d'écologie évolutive et directeur de recherches à l'université Rennes-I. Grand spécialiste des sexualités animales, il a notamment publié La Guerre des sexes chez les animaux, La Biodiversité amoureuse et Pourquoi les animaux trichent et se trompent. 

  • Voici un livre qui vous plongera d'une façon inédite dans le monde incroyable des microbes. La scientifique Pascale Cossart, internationalement reconnue pour ses travaux en microbiologie, pose 73 questions et y répond de façon très simple, à la portée de tous. Originalité?: chaque réponse est illustrée par les aquarelles et dessins particulièrement évocateurs et colorés de l'artiste Fabrice Hyber. Les auteurs invitent à découvrir les différences fondamentales entre bactéries, virus, protozoaires... D'une façon légère, parfois ludique, mais très précise, ils expliquent les rôles que jouent les micro-organismes dans notre alimentation - la fabrication du pain, par exemple -, dans l'environnement... Le blanchissement des coraux est évoqué. Ils montrent aussi que les micro-organismes sont présents partout et forment de grandes assemblées, des «?microbiotes?», dans les océans, les sols, sur les racines des plantes et dans notre organisme, et comment ceux-ci sont indispensables à la vie et protègent des agents pathogènes. Ce livre nous fait découvrir qu'un petit nombre seulement de ces micro-organismes provoque des maladies et comment le système immunitaire les combat. Cet ouvrage est un tour de force, un vaste voyage dans le monde de l'infiniment petit qui vous fera enfin comprendre pourquoi les microbes sont indispensables à toute forme de vie. Pascale Cossart, professeur à l'Institut Pasteur, titulaire de nombreux prix internationaux, est secrétaire perpétuel de l'Académie des sciences. Ses travaux ont porté sur l'élucidation des stratégies des bactéries pathogènes intracellulaires - notamment Listeria - et leurs mécanismes de régulations, en particulier par les ARN. Fabrice Hyber est né en Vendée en 1961. Plus jeune artiste ayant gagné le Lion d'or à la Biennale de Venise en 1997, il expose dans le monde entier?: Tokyo, New York, San Francisco, Shanghai, Tel-Aviv, Zurich, Guadalajara, Abou Dabi, Moscou... Il s'intéresse aux rapports entre art et science et toutes les formes du vivant, en particulier les arbres. 

  • Sommes-nous condamnés à subir le risque épidémique?? Malgré les alertes, le virus du Covid-19 est parvenu à prendre de court le monde entier, nous surprenant dans un état de grave impréparation et provoquant une crise sanitaire, sociale et économique sans précédent. Comment avons-nous pu être aussi désarmés face à la maladie?? Quelles failles cette pandémie révèle-t-elle dans nos systèmes sanitaires ? Alors que l'on espère la décrue épidémique, quelles leçons tirer et comment mieux préparer l'avenir?? Quelles étapes pour réussir la sortie de la crise?? Quelles réformes pour notre système sanitaire?? À quoi ressemblera la cohabitation avec le virus?? À ces questions, le professeur Houssin répond avec la précision du scientifique, l'expérience des politiques publiques et une vision internationale, pour guider nos efforts et nos pas vers le monde d'après. Didier Houssin est professeur de chirurgie. Directeur général de la Santé et délégué interministériel pour la préparation à une pandémie grippale de 2005 à 2011, il préside depuis janvier 2020 le Comité d'urgence Covid-19 de l'OMS. Il a été nommé auprès de Jean Castex à la mission pour le déconfinement du printemps 2020. Il est membre de l'Académie nationale de médecine et préside la filiale internationale de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris. Il a publié aux éditions Odile Jacob Soignons la science?! (2018) et Face au risque épidémique (2014). 

  • Sommes-nous seuls?? Y a-t-il dans l'Univers d'autres vies que la nôtre?? La Terre est-elle une arche unique?? Pour faire le point sur ces questions, Stéphane Mazevet nous entraîne aux confins du temps, de l'espace et de notre savoir. Il y a quatre cents ans, l'humanité comprend que la Terre n'est pas au centre de l'Univers. Il y a cent ans, elle admet l'existence d'autres galaxies. Il y a cinquante ans, elle met le pied sur la Lune. Depuis, des robots se sont posés sur Mars... Et nous voyons au-delà du système solaire?: les premières exoplanètes ont été détectées dans les années 1990. On en dénombre aujourd'hui plus de 4?000. Au coeur de cette incroyable épopée scientifique et technique, le désir de connaître notre Univers, mais aussi, brûlante, la question de la vie - ailleurs. Stéphane Mazevet raconte ces progrès de l'astrophysique, qui ont bouleversé ce que nous savions du système solaire et du cosmos. De surprise en surprise, notre représentation de l'Univers évolue à mesure que nous embrassons un horizon de plus en plus vaste. La quête de planètes peut-être habitables devient aujourd'hui un champ de recherche actif. Ce livre est un «?guide du voyageur galactique?» plus fascinant que la fiction, pour visiter le Very Large Telescope du désert d'Atacama et tout savoir sur les Jupiters chauds, les Super-Terres et les planètes océans... Stéphane Mazevet est astrophysicien, directeur du laboratoire Univers et théories à l'observatoire de Paris-PSL. Il porte le programme «?Origines et conditions d'apparition de la vie?» (PSL-IRIS OCAV).

  • Rationnel, le cerveau d'Homo sapiens?? Il ne manque pas de le faire savoir, quand il analyse à froid ses décisions. Mais sur le coup, quand il doit faire un choix, c'est une autre histoire?: le cerveau qui décide ne paraît pas si sage?! Il se laisse conditionner par l'habitude, envahir par les impulsions, diriger par les autres... Bref, il semble moins rationnel dans ses décisions pratiques que dans ses réflexions théoriques. À moins que ce ne soit le contraire?? Le cerveau reste un grand incompris. Peut-être, après tout, fait-il les bons choix sans qu'on s'en rende compte. Peut-être faut-il admettre ce paradoxe étonnant?: le cerveau a ses raisons que la raison ne connaît pas?! C'est le paradoxe exploré dans ce livre, à la lumière des sciences actuelles de la décision, où se rencontrent l'économie, la psychologie et les neurosciences. Mathias Pessiglione est directeur de recherches à l'Inserm. Biologiste et psychologue, spécialiste des mécanismes cérébraux qui motivent le comportement dans les situations normales et pathologiques, il dirige actuellement une équipe de recherches en neurosciences cognitives à l'Institut du cerveau à Paris. 

  • Quand il ne se lançait pas dans ses fructueuses réflexions sur la nature de l'espace et du temps, Einstein jouait du violon ou fumait la pipe, et ces deux objets ne sont certes pas pour rien dans l'élaboration de ses théories. Et même si chacun de nous n'atteint pas des sphères de la pensée aussi vertigineuses que lui, l'art de « penser à côté » est accessible à tous. Yann Verdo le montre ici, en pratiquant la physique en amateur averti, et en nous invitant à plonger avec lui dans la physique quantique, la relativité générale et la logique. De ses rencontres imaginaires avec Einstein, Cantor et Gdel résultent une familiarité nouvelle avec ces individus hors du commun, et une compréhension profonde des grands thèmes le temps, l'infini, la matière qu'ils ont révolutionnés. Yann Verdo est journaliste scientifique au quotidien Les Échos. 

  • Depuis quelques années, dans le sillage d'importantes découvertes scientifiques liées à la communication végétale, une tendance de fond nous incite à prendre l'arbre pour modèle, voire à pénétrer les arcanes de sa « vie secrète ». Mais, au-delà des métaphores et des analogies faciles, que peut-on vraiment espérer de ce nouveau rapprochement avec l'arbre ? Une source d'inspiration, un modèle écologique, la clé d'un nouveau bien-être fait d'ouverture et de partage ? Un écologue passionné nous livre ses réponses empreintes de science, de sagesse et d'un infini respect pour l'arbre : « L'arbre semble vouloir s'adresser aux grands primates irrévérencieux que nous sommes devenus. Des primates aujourd'hui perdus au bord du chemin pour avoir sottement oublié qu'ils vivaient sur la planète des arbres. » J.?T. Jacques Tassin est chercheur en écologie végétale au Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement). Il a publié plusieurs livres sur le lien entre l'homme et les plantes. 

  • Nous, les vivants, sommes des chimères. Mammifères, oiseaux, reptiles ou poissons, insectes, araignées ou mollusques, plantes ou algues, nous sommes tous constitués par une communauté d'êtres vivants qui partagent leur vie dans un même «?méta-organisme?». C'est parce que nous sommes ensemble que nous sommes vivants car nous avons besoin les uns des autres pour vivre. Si eux et nous pouvons vivre ensemble, c'est parce qu'un système immunitaire le permet, qui nous adapte à eux et les adapte à nous. De cette accommodation réciproque résulte une immunité d'un nouveau type, dynamique, relationnelle, jamais acquise. L'immunité que négocie ce système n'est pas parfaite, tant s'en faut, c'est un compromis. Elle n'évite pas toujours la maladie, elle en est même parfois la cause. La maladie est le prix de l'immunité. Car ce que permet le système immunitaire est bien plus essentiel que la défense de l'organisme, c'est l'existence même du méta-organisme que nous sommes. L'immunité n'est pas une protection, c'est une condition d'existence. Marc Daëron est immunologiste, ancien directeur du département d'immunologie de l'Institut Pasteur, chercheur émérite au Centre d'immunologie de Marseille-Luminy et membre associé à l'Institut d'histoire et de philosophie des sciences et des techniques. Il a publié aux éditions Odile Jacob, avec Éric Vivier, L'Immunothérapie des cancers. 

  • « Notre cerveau possède, dès la naissance, un talent que les meilleurs logiciels d'intelligence artificielle ne parviennent pas encore à imiter :?la faculté d'apprendre. Même le cerveau d'un bébé apprend déjà plus vite et plus profondément que la plus puissante des machines actuelles. Et cette remarquable capacité d'apprentissage, l'humanité a découvert qu'elle pouvait encore l'augmenter grâce à une institution : l'école. Au cours des trente dernières années, d'importants progrès ont été réalisés dans la compréhension des principes fondamentaux de la plasticité cérébrale et de l'apprentissage. Il est temps que chaque enfant, chaque adulte prenne la pleine mesure du potentiel énorme de son propre cerveau - et aussi, bien sûr, de ses limites. Le fonctionnement de la mémoire, le rôle de l'attention, l'importance du sommeil sont autant de découvertes riches de conséquences pour chacun d'entre nous. Des idées très simples sur le jeu, le plaisir, la curiosité, la socialisation, la concentration ou le sommeil peuvent augmenter encore ce qui est déjà le plus grand talent de notre cerveau : apprendre ! » S. D. Stanislas Dehaene est professeur au Collège de France, titulaire de la chaire de psychologie cognitive expérimentale, membre de l'Académie des sciences. Il préside le Conseil scientifique de l'Éducation nationale. Il a publié Les Neurones de la lecture, La Bosse des maths et Le Code de la conscience, qui ont rencontré un très grand succès.

  • À l'heure où nos sociétés amorcent un spectaculaire virage écologique, les forêts sont emblématiques de notre rapport - bien souvent idéalisé - à la nature. Derrière les drames de la déforestation sous les tropiques et des grands incendies, au-delà du mythe de la forêt « primaire », qu'en est-il de la réalité de nos forêts ? Les meilleurs experts apportent ici les éléments nécessaires pour prendre la mesure de la complexité du problème. Comment concilier le maintien de la biodiversité et des écosystèmes forestiers avec la production de bois et le tourisme ? À qui appartient la forêt et comment doit-on la gérer de manière durable ? Les « labels verts » de certification vont-ils se développer ? Comment surtout favoriser cette source de matériaux et d'énergie renouvelables à faible empreinte carbone à l'heure du changement climatique ? C'est tout l'univers des forêts et du bois qui se révèle ici, mêlant l'exigence d'une rentabilité raisonnable à l'impérieuse nécessité de gérer au mieux ces espaces vitaux. Par des membres de l'Académie d'agriculture de France sous la direction d'Yves Birot, Georges-Henri Florentin, Jean-Yves Henry et Bernard Roman-Amat. 

  • L'époque est riche en événements et situations où l'expertise scientifique est sommée de se prononcer. Quittant les laboratoires pour descendre dans la rue, elle doit affronter les lobbies industriels, les médias, et composer avec des stratégies politiques et économiques qui lui sont étrangères. La « vérité » scientifique, toujours temporaire et fragile, sort souvent malmenée de ce combat inégal. Comment faire en sorte que la science devienne la meilleure alliée de la démocratie ? C'est un vaste chantier auquel s'est attelé depuis vingt ans le Conseil scientifique de la Fondation Nicolas Hulot. À partir d'exemples concrets, dont au premier chef la question du climat, il a patiemment démêlé l'écheveau d'intérêts particuliers et de modes de pensée obsolètes qui mènent à s'opposer systématiquement aux avancées de la science et à maintenir un commode statu quo (business as usual et « après moi le déluge »), même lorsque l'avenir de la planète est en jeu. Ces analyses éclairantes montrent la voie d'une meilleure dissémination de la pensée scientifique permettant à tout citoyen de décider en toute indépendance de son avenir. Ces mesures pour une saine prise en compte de la science dans le débat et l'action politiques se résument en un « pacte scientifique » en cinq points, quinze ans après le « pacte écologique » proposé par la même Fondation. Par le Conseil scientifique de la Fondation Nicolas Hulot, sous la direction d'Alain Grandjean et Thierry Libaert. Avec la participation de Loïc Blondiaux, Nicolas Bouleau, Dominique Bourg, Philippe Cury, Marc Dufumier, Marie Duru-Bellat, Jean-Baptiste Fressoz, François Gemenne, Gaël Giraud, Pierre-Henri Gouyon, Jean Jouzel, Marc Lachièze-Rey, Éloi Laurent, Jean-Dominique Lebreton, Marie-Antoinette Mélières, Corine Pelluchon, Michel Prieur, Cécile Renouard, Laurence Scialom, José Tissier. 

  • Qu'est-ce qu'une émotion, un sentiment ? La joie et la tristesse, en particulier, sont les clés de notre survie et de notre bien-être. Non seulement les processus qui les expliquent préservent la vie en nous, mais ce sont elles qui nous motivent et nous aident à produire nos créations les plus admirables - l'art, bien sûr, mais aussi les comportements éthiques, le droit, l'organisation de la société. Descartes a instauré la grande coupure entre le corps et l'esprit ; Spinoza, à la même époque, les a réunis et, surtout, a su voir dans les émotions le fondement même de la survie et de la culture humaines. D'où ce voyage accompli par un scientifique pionnier afin de redécouvrir le génie visionnaire de l'Éthique. Car c'est Spinoza qui préfigure le mieux ce que doit être pour Antonio Damasio la neurobiologie moderne de l'émotion, du sentiment et du comportement social. Spinoza fournit les concepts et les perspectives nécessaires au progrès de notre connaissance de nous-mêmes.« Le plus audacieux, le plus réussi, le plus personnel des livres d'Antonio Damasio ; des vues pénétrantes sur la façon dont le corps et le cerveau produisent l'émotion et le sentiment, mais aussi dont ils déterminent non seulement notre vie, mais aussi les structures de notre civilisation. » Oliver Sacks, auteur de L'Homme qui prenait sa femme pour un chapeauUn exercice intellectuel brillant, mais aussi une méditation sur la recherche du bonheur et d'une vie meilleure. Une tentative unique en son genre pour examiner en termes philosophiques les connaissances neurobiologiques les plus à la pointe. » Jean-Pierre Changeux Antonio Damasio est professeur et directeur du département de neurologie de l'Université de l'Iowa. Il est également professeur adjoint au Salk Institute de La Jolla. Il est l'auteur de L'Erreur de Descartes (traduit en vingt-trois langues) et du Sentiment même de soi (traduit en dix-neuf langues).

  • Comment rendre l'homme meilleur ? Face à des morales classiques qui veulent endiguer ou humaniser en l'homme la part animale, ce livre propose une réponse inattendue. En étudiant les animaux, l'éthologie a montré qu'à leurs aptitudes cognitives, longtemps insoupçonnées, étaient jointes des aptitudes émotionnelles et affectives étonnantes, souvent laissées en friche chez l'homme. S'ils savaient retrouver ces facultés animales oubliées, s'ils développaient par l'éducation ces ressources affectives, les êtres humains ne pourraient-ils pas développer des sociétés plus altruistes, plus justes et plus paisibles ? En s'appuyant sur les découvertes récentes concernant l'intelligence et le comportement des animaux, Georges Chapouthier suggère qu'il serait possible de rendre l'homme plus « humain » en réveillant en lui le meilleur de l'animal. Pour sauver l'homme de sa violence, la culture ne doit pas le couper de la nature, mais l'inviter à retrouver en lui sa nature et ses émotions animales. Georges Chapouthier, biologiste et philosophe, est directeur de recherche émérite au CNRS. Il a publié de nombreux livres sur le cerveau et sur les animaux, notamment Biologie de la mémoire, L'Homme, ce singe en mosaïque.

  • Alors que la biodiversité s'étiole sous l'effet du réchauffement climatique et des pratiques agricoles intensives, la science offre comme remède une écologie impuissante à rétablir le contact entre l'Homme et la Nature. Héritée des Lumières et d'une vision pleinement rationaliste des choses, aurait-elle oublié en chemin que la Nature n'est pas un objet de science, mais un prolongement de nous-mêmes qui ne se laisse pas mettre en équations ? Empreinte de cette vision mécaniste du vivant, l'écologie scientifique ignore trop souvent la dimension humaine et sensible de notre rapport à la Nature. C'est à fonder une écologie différente qu'incite ce livre. Plutôt que des grands concepts, des calculs et des simulations complexes, il faut désormais penser comme un tout indissoluble le vivant et son environnement, afin de retrouver le plaisir tout simple du contact direct avec la plante et l'animal, cette proximité essentielle dont tout le reste découlera. Cette écologie du sensible, et non de la seule raison, est peut-être la clé de notre survie. Jacques Tassin est chercheur en écologie végétale au Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement). Il est l'auteur de À quoi pensent les plantes ? et Penser comme un arbre. 

  • Vous avez les cheveux blonds ? Vous ne supportez pas le froid, le lait ou l'alcool ? D'où viennent ces caractéristiques ? Elles sont apparues à mesure que Sapiens s'adaptait aux contraintes changeantes de l'environnement, du climat, des habitudes alimentaires et culturelles. Depuis plus de 250 000 ans, des variations génétiques ont été sélectionnées et transmises, composant l'humanité plurielle d'aujourd'hui, héritière d'un trésor de diversité génétique. Dans ce livre, Bernard Sablonnière traque l'origine de nos différences en explorant l'ADN et son histoire. Car chacun de nous est unique et se distingue des autres par des différences plus ou moins visibles : traits physiques, odeur corporelle, groupe sanguin, éléments de personnalité. Beaucoup de ces différences ont leur source dans l'ADN. La morphologie, la physiologie sont plus ou moins liées aux gènes et à leur histoire. Mais la psychologie l'est aussi : les gènes influencent notre résistance au froid, à la chaleur, à la douleur, notre tempérament, nos tendances comportementales et nos préférences - être du soir ou du matin, avoir le goût du risque, etc. L'auteur examine 64 différences héritées du passé. C'est étonnant, souvent amusant, toujours utile, par exemple pour comprendre les maladies liées au vieillissement. Il se tourne aussi vers l'avenir : l'homme évolue-t-il encore ? Que serons-nous dans 1 000 ans ? On trouvera ici les réponses les plus récentes de la génétique. Bernard Sablonnière est médecin biologiste, professeur de biologie moléculaire à la faculté de médecine de l'université de Lille et chercheur à l'Inserm. Il a publié notamment La Chimie des sentiments, Les Nouveaux Territoires du cerveau, L'Espoir d'une vie longue et bonne.

  • Monsieur B. était persuadé qu'un sosie remplaçait sa femme dès qu'elle avait le dos tourné. Monsieur C. se réveillait incapable de lire le moindre mot et la moindre lettre tout en écrivant parfaitement. Madame L. ne savait plus comment utiliser une paire de ciseaux ou une brosse à dents. Monsieur W. passait ses journées sans s'ennuyer, immobile devant sa télévision éteinte. Madame D. voyait des chevaliers moyenâgeux défiler dans Paris et un troupeau de boeufs sortir des jardins publics. Ces histoires et d'autres vont bien au-delà de l'anecdote. Elles révèlent les rouages mêmes de notre esprit et posent des questions auxquelles la neurologie, les neurosciences, l'imagerie cérébrale apportent de plus en plus de réponses. De quoi souffrent ces patients ? Comment les aider ? Nos souvenirs sont-ils fiables ? Comment notre cerveau commande-t-il nos paroles et nos gestes ? Devons-nous croire ce que nous voyons ? Pourquoi faire quelque chose plutôt que rien ? Vingt histoires vraies, vingt énigmes, vingt indices sur ce qu'est un être humain. Dans le nouveau livre de Laurent Cohen, on retrouve le talent d'écriture, la clarté et l'humour d'un neurologue qui nous aide à avancer dans la compréhension du cerveau. Une lecture stimulante. ?Laurent Cohen est professeur de neurologie à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière-Paris-VI et coresponsable de l'équipe PICNIC Lab (Institut du cerveau et de la moelle épinière). Il est également chroniqueur chez Cerveau & Psycho. Ses quatre précédents livres, L'Homme Thermomètre, Pourquoi les chimpanzés ne parlent pas, Pourquoi les filles sont si bonnes en maths et Comment lire avec les oreilles, ont été de grands succès. 

  • La collection PASS - Licence santé propose des outils indispensables pour évaluer ses connaissances et son degré de compréhension des cours pour toutes les nouvelles matières de la PASS et de la LAS :Préparer les épreuves du nouveau concours ;Réviser régulièrement les notions fondamentales du cours et évaluer ses connaissances ;Compléter et améliorer ses révisions grâce à des entraînements complets.

  • Notre souci de repousser les limites de la vieillesse et de percer les secrets de l'immortalité est plus que jamais d'actualité. Les progrès de la médecine et les remarquables avancées de la biologie ont multiplié le nombre de centenaires et trouvé dans nos gènes les clés de la longévité. Hélène Merle-Béral décrit dans ce livre non seulement les avancées médicales, mais aussi les étonnantes perspectives, qui entremêlent biotechnologies et intelligence artificielle pour construire l'homme nouveau du « transhumanisme ». Le fantasme de quelques savants fous est devenu une réalité concrète. L'homme développe la biologie et invente les biotechnologies qui lui permettent de se modifier lui-même. De quoi susciter durablement de nouveaux rêves d'immortalité. Hélène Merle-Béral est médecin, professeur d'hématologie à l'université Pierre-et-Marie-Curie-Paris-VI. Spécialiste des leucémies, elle a dirigé le service d'hématologie biologique de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Elle est l'auteur de 17 femmes prix Nobel de sciences, qui a été un grand succès.

  • La collection La PASS en QCM propose des ouvrages pratiques pour aborder la PASS/LAS avec sérénité. Chaque ouvrage couvre tous les thèmes de la matière citée, avec :Dans chaque chapitre, des questions à choix multiple de type concours ; Des corrigés commentés ;Tout pour réviser et s’entraîner.

  • Une idée audacieuse relie Les Femmes savantes, créées par Molière au coeur du XVIIe siècle, à ce livre publié aujourd'hui : la sexualité et la connaissance seraient deux soeurs jumelles qui exposent chacun d'entre nous à de redoutables défis. Hier, mais aussi aujourd'hui. Un malaise contemporain s'y dessine, empli de symptômes qui renvoient tantôt à la connaissance, tantôt à la sexualité, mais qui n'ont jamais été analysés comme relevant d'un même trouble situé à l'intersection de ces deux domaines. Ce livre s'emploie à le déchiffrer en postulant l'existence d'une névrose pétrie de connaissance et de sexualité. Ce « complexe des Femmes savantes » apparaît alors comme l'une des signatures de notre modernité. Lionel Naccache est ancien élève de l'École normale supérieure de la rue d'Ulm, neurologue à la Salpêtrière, chercheur en neurosciences à l'ICM, professeur de médecine à Sorbonne Université et membre du Comité consultatif national d'éthique (CCNE). Depuis son magistral Le Nouvel Inconscient (2006) jusqu'au best-seller Parlez-vous cerveau ? (2018), rédigé avec Karine Naccache, il poursuit la construction d'une oeuvre profondément originale qui révolutionne notre conception de la subjectivité et cherche à lui aménager une place de choix dans notre société. 

  • Être rationnel, ce n'est pas se couper de ses émotions. Le cerveau qui pense, qui calcule, qui décide n'est pas autre chose que celui qui rit, qui pleure, qui aime, qui éprouve du plaisir et du déplaisir. Le coeur a ses raisons que la raison... est loin d'ignorer. Contre le vieux dualisme cartésien et contre tous ceux qui voudraient réduire le fonctionnement de l'esprit humain à de froids calculs dignes d'un super ordinateur, c'est en tout cas ce que révèlent les acquis récents de la neurologie : l'absence d'émotions et de sentiments empêche d'être vraiment rationnel. Antonio R. Damasio est professeur de psychologie, de neurosciences et de neurologie. Il est directeur de l'Institut pour l'étude neurologique de l'émotion, de la décision et de la créativité à l'Université de Californie du Sud. Il est également l'auteur de Spinoza avait raison et du Sentiment même de soi.

  • La collection PASS - Licence santé propose des outils indispensables pour évaluer ses connaissances et son degré de compréhension des cours pour toutes les nouvelles matières de la PASS et de la LAS :Préparer les épreuves du nouveau concours ;Réviser régulièrement les notions fondamentales du cours et évaluer ses connaissances ;Compléter et améliorer ses révisions grâce à des entraînements complets.

  • « Je vous invite dans ce livre à une nouvelle odyssée, placée sous les auspices des neurosciences de l'esprit. Au-delà des analogies et des oppositions entre l'inconscient freudien et l'inconscient cognitif, je montrerai que la posture même du discours freudien détient une clé essentielle de notre faculté à construire notre pensée consciente. Cette clé de la conscience découverte par Freud, à son insu, peut aujourd'hui être pleinement comprise à la lumière d'expériences récentes des neurosciences de l'esprit. Cette nouvelle interprétation de l'inconscient freudien, conjuguée à l'exposition préalable de l'inconscient cognitif contemporain dessinent ensemble le portrait de ce Nouvel Inconscient qui donne son titre au présent essai. » L. N. Lionel Naccache est neurologue à l'hôpital de La Pitié-Salpêtrière à Paris et chercheur en neurosciences cognitives au sein de l'unité Inserm Neuro-imagerie cognitive.

empty