Sciences de la Terre et de l'Univers

  • Dernier épisode des avancées de la physique moderne : la physique de l'infiniment grand a rejoint celle de l'infiniment petit, et la cosmologie s'est unie à la physique des particules. À l'origine de l'Univers et de la matière, il y a quelque 14 milliards d'années, il n'y avait en effet que de l'énergie. Reste à comprendre la nature de cette curieuse interaction entre énergie, espace, temps et matière. Pour résoudre l'énigme, on a d'abord pensé que l'espace-temps, courbé à grande échelle par la gravitation, pouvait à très petite échelle se courber plus violemment, jusqu'à former une « écume » de pure énergie aussi chaotique que poétique. Ont suivi d'autres théories - supercordes, boucles, géométrie non commutative, gravité entropique et trois autres décrites ici pour la première fois de façon accessible - dont émergent aujourd'hui les modèles de « gravité quantique » qui raviront les amateurs de scénarios décoiffants. Certaines voient le tissu de l'espace-temps fait de minuscules bouts d'espace et de temps élémentaires, d'autres le voient flou, d'autres encore voient dans le réel une illusion due au grand nombre de particules dont nous sommes constitués. À défaut de donner ici la clé de l'énigme, Jean-Pierre Luminet nous fait partager sa passion - sans équation - et dresse un surprenant panorama des théories actuelles sur l'origine de l'Univers. ?Jean-Pierre Luminet, spécialiste des trous noirs et de la cosmologie, est l'auteur de nombreux ouvrages destinés au grand public. Il travaille au Laboratoire d'astrophysique de Marseille (LAM) sur les théories de gravité quantique. 

  • Au terme d'un siècle de recherches passionnantes, le cosmos s'est révélé bien plus proche de nous qu'on ne l'imaginait : d'infini et d'éternel, il en est venu, comme tout un chacun, à avoir une naissance, le Big Bang, et une évolution, qui a conduit à notre existence après quelques milliards d'années. Et s'il s'est peuplé de créatures aussi étranges que les trous noirs ou les ondes gravitationnelles, des milliers d'exoplanètes très semblables à notre Terre laissent entrevoir la possibilité d'une vie ailleurs. À la précision scientifique de l'astrophysicienne s'adjoint ici la poésie des images pour conter la saga de l'origine de la lumière, de la matière et du vivant, cette fascinante « symphonie des étoiles » dont nous sommes issus. L'humanité découvre avec stupeur cet univers immense dont elle fait partie. Sa très courte existence sur la planète Terre s'inscrit au sein d'un espace-temps d'une ampleur colossale. Elle doit en prendre conscience pour devenir adulte et orienter sa propre destinée. Sylvie Vauclair est astrophysicienne à l'Institut de recherche en astrophysique et planétologie, et professeure émérite à l'université de Toulouse. Elle a notamment publié De l'origine de l'univers à l'origine de la vie. Une virgule dans l'espace-temps. 

  • Ouvrage de référence, ce panorama d’astronomie propose un parcours descriptif de l’Univers et de son l’évolution en répondant à ces questions :Quelle est la nature de l’Univers, énergie, particules, rayonnements, galaxies, étoiles, planètes, satellites et petits corps ?Quelles sont les grandes questions astronomiques actuelles : Big Bang, matière et énergie noires, ondes gravitationnelles, trous noirs, exoplanètes, etc. ?Le système solaire est-il stable à long terme ?La Terre est-elle la seule planète où la vie s’est développée ?Sera-t-il possible d’entrer un jour en contact avec d’éventuelles, peut-être probables, civilisations extraterrestres ?La présentation en couleur est richement illustrée par plus de 200 images venant des télescopes au sol ou des sondes spatiales.Extrait du sommaire1e partie : Univers : Paradoxe de Cheseaux-Olbers - Big Bang - Expansion de l’Univers - FDC : fond diffus cosmologique - Premières étoiles - Matière noire - Énergie noire2e partie : Quasars - Galaxies - Voie lactée - Amas globulaires - Matière interstellaire3e partie : Etoiles - Corps noir - Amas d’étoiles - Soleil - Neutrinos solaires - Nébuleuses planétaires - Naines blanches - Supernovæ - Origine des éléments chimiques - Etoiles à neutrons - Pulsars - Trous noirs stellaires - Ondes gravitationnelles - Etoiles doubles, variables, pulsantes4e partie : Système solaire - Planètes telluriques (Mercure, Vénus, Terre, Lune) - Éclipses de Soleil et de Lune - Changements climatiques - Niveau des océans - Petit âge glaciaire - Bombardement cosmique - Mars - Astéroïdes - Planètes géantes (Jupiter et Saturne : les géantes gazeuses ; Uranus et Neptune : les géantes de glaces) - Pluton - Comètes - Mission Rosetta5e partie : Exoplanètes - Vie extraterrestre - Civilisations extraterrestres

  • Des premières observations, qui préludent à son apparition, à la conquête de l'espace, qui en est le prolongement naturel, l'astronomie est la plus ancienne des sciences de la nature et le reflet de la grande aventure de la pensée humaine.Les chapitres I et II nous font rencontrer les premiers observateurs. Aux peuples du néolithique, aux prêtres et astrologues de l'antique Babylone, d'Égypte et de Chine, succèdent les Grecs, qui entreprennent les premières modélisations de l'Univers.Le troisième chapitre fait le point sur les apports de la civilisation médiévale arabe, qui a jeté un pont vers la période de la Renaissance, objet des deux chapitres qui suivent. Grâce à Copernic et Galilée, Brahe et Kepler, le géocentrisme cède la place à l'héliocentrisme.Au chapitre VI, nous découvrons la théorie de la gravitation de Newton et assistons au triomphe de la mécanique céleste. Le chapitre VII nous convie à scruter le ciel profond, grâce aux lunettes et télescopes qui étendent le pouvoir de vision de l'être humain.Viennent ensuite les débuts de l'astrophysique, qui nous dévoile la composition et la vie des étoiles, tandis que l'astrophotographie se charge de fixer les observations.Les trois derniers chapitres montrent et expliquent l'évolution des techniques instrumentales, qui ont mené à la construction de nouveaux postes d'observation sur Terre, puis dans l'espace, ouvrant des fenêtres supplémentaires sur l’Univers, dans une gamme étendue de longueurs d'onde, et révélant des objets inattendus (exoplanètes, pulsars, trous noirs, sursauts gamma...).Le présent ouvrage s'adresse à toute personne désireuse de se forger ou de compléter une culture scientifique dans un domaine toujours d’actualité, quelle que soit sa formation de base. Le texte, riche en anecdotes et abondamment illustré, complété par de nombreux encadrés, est d'un accès facile. Les notions-clés sont introduites progressivement, sans formalisme susceptible de dérouter le lecteur.

  • Pionnier dans l'étude de la gravité quantique, Carlo Rovelli propose dans ce livre une vaste fresque des grandes avancées de la physique. Des atomes de Démocrite aux « atomes d'espace », de la chaleur des trous noirs aux hypothèses sur le rôle de l'information dans notre perception de la réalité, il nous guide, sans aucune équation, sur le fascinant chemin des grandes théories - physique quantique, relativité générale - qui ont changé notre vision du monde et nous ont dévoilé, par-delà le visible, une autre réalité. Atomes, quanta et espace-temps courbe mènent le lecteur vers l'étrange image du réel suggérée par la physique d'aujourd'hui : celle d'un monde sans espace ni temps, ni énergie. Seulement un fourmillement probabiliste de quanta élémentaires qui, dans leur danse folle, dessinent l'espace, le temps, la matière et la lumière. C'est la trame d'un nouveau regard sur la réalité qui se révèle sous la plume d'un merveilleux conteur. Carlo Rovelli, physicien et historien des sciences, membre senior de l'Institut universitaire de France, est l'un des pères, internationalement reconnu, de la « gravité quantique à boucles », théorie qui cherche à comprendre l'intérieur des trous noirs et les tout premiers instants de l'Univers. Il dirige le groupe de recherche en gravité quantique au Centre de physique théorique de Marseille-Luminy. 

  • L’objectif de ce cours d’astronomie et des nombreux exercices corrigés qui sont proposés est de faire découvrir les notions de base de l’astronomie. Ces notions font appel aux différents cours de physique de licence universitaire comme la mécanique du point, l’optique géométrique, l’optique ondulatoire, la physique des particules, la mécanique des fluides, etc.La principale originalité de cet ouvrage est d’appliquer toutes les notions théoriques présentées à un seul objet astrophysique : le système stellaire a-Centauri et l’exoplanète en orbite autour de Proxima.Ce livre s’adresse aussi à tous les passionnés d’astronomie qui trouveront dans les différents chapitres de ce cours et dans les exercices toutes les explications qui leur permettront de comprendre le contenu des pages Wikipédia des trois étoiles de a-Centauri et de l’exoplanète récemment découverte.

  • Cet ouvrage est d’abord un cours classique sur les équations différentielles. La définition des champs de vecteurs sur les variétés entraîne à présenter aussi les espaces fibrés et la notion de germe. On considère alors les systèmes avec paramètres, dont on étudie les singularités en s'appuyant sur les notions de généricité, déploiement et codimension.La difficulté des calculs analytiques dans les études paramétriques motive l'exposé des méthodes numériques de continuation. Deux chapitres dédiés à la biologie et l'écologie illustrent les notions et méthodes.L’ouvrage est de niveau L3/M1, voire de niveau M2, pour un cours spécialisé sur la poursuite des singularités les plus usuelles des équations différentielles.

  • A l'origine de mythes et des religions, la Lune est un roman qui rythme et dirige la vie de l'humanité.
    Le plus ancien calendrier lunaire remonterait à 18 000 ans, peint par les premiers artistes du paléolithique, à Lascaux. Au plus loin que porte la mémoire écrite des hommes, on parle de la Lune.
    Elle est à l'origine de tous les mythes, de toutes les religions. Elle est restée la même depuis que l'humanité existe. Permanente, rassurante, inquiétante aussi, la Lune change de forme, de couleurs, fait gonfler l'océan, pousser les plantes et danser les farfadets.
    Déesse ou dieu, on l'a depuis toujours vénérée, écoutée. La Lune parle, elle dit le temps. Le temps qui passe, le temps qu'il fait. Elle rythme et dirige la vie de l'humanité.
    La Lune est un roman.
    Découvrez, dans un ouvrage léger et accessible à tous, les mystères de la création de la Lune et tout ce qu'elle apporte aux Hommes depuis que l'humanité existe.
    EXTRAIT
    Comment est née la Lune ?
    Les civilisations précolombiennes donnent dans leur mythologie des éléments de réponses, près de deux mille ans avant la Nasa. Mayas, Aztèques ou Incas reprennent tous la même légende qu'on retrouve jusque dans le Popol Vuh, le recueil des traditions des Indiens Quichés du Guatemala.
    Tout le monde sait depuis Tintin l'importance centrale donnée par les Incas au Soleil. Ce qu'on sait moins, c'est le rôle joué dans ces civilisations par la Lune et la mythologie qui lie la création de l'une à celle de l'autre. Elle fait de cette double naissance simultanée de la Lune et du Soleil ce qu'on appelle une cosmogonie, une théorie de l'origine du monde.
    La source la plus importante de cette mythologie est le récit qu'en fit au XVIe siècle un missionnaire franciscain, Bernardino de Sahagún, qui la recueillit auprès des populations de Mexico-Tlatelolco en les interrogeant dans leur langue d'origine, le nahuatl. On en retrouve des traces dans le long mémoire qu'écrivit André Thevet, le cosmographe de François Ier. C'était en pleine époque de ce que les historiens ont baptisé la Renaissance.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Devenue docteure en astronomie à la Sorbonne-Université à 31 ans, Fatoumata Kebe est spécialiste de la trajectoire des débris spatiaux.
    Passionnée par l'astronomie depuis son plus jeune âge, elle cherche à lutter contre les clichés qui collent à sa discipline et à la rendre accessible au plus grand nombre. Elle a ainsi créé une association, Ephémérides, avec laquelle elle organise des ateliers, et milite au sein de plusieurs organisations visant à promouvoir les femmes dans les milieux scientifiques.

  • Ce livre se destine principalement aux étudiants de licence et de master francophones désireux de comprendre les mécanismes de régulation de la composition des eaux continentales. Il peut aussi être une aide pour les gestionnaires de la qualité des eaux de surface.Cet ouvrage présente les notions indispensables à la compréhension de la géochimie des eaux illustrées par des exercices corrigés.

  • « Sommes-nous seuls dans l'Univers ? Existe-t-il, au-delà de la Terre, des endroits favorables à la vie ? Des êtres vivants ont-ils pu se développer sur d'autres astres et sous quelles formes ? Grâce à une complicité nouvelle entre astronomes et biologistes, le microscope et le télescope se sont rapprochés et une nouvelle discipline est née, l'astrobiologie. Ce livre raconte cette quête de nouvelles Terres et d'une éventuelle vie extraterrestre, ainsi que la détection de systèmes planétaires proches et de territoires habitables gravitant près de nous. De telles découvertes représentent un tournant majeur dans l'histoire de l'humanité, plus encore que celles des explorateurs des siècles passés qui ont pourtant changé notre histoire. Aujourd'hui, la Nouvelle Frontière est aux confins de notre système solaire. D'ici à la fin du troisième millénaire, elle sera sur les marches des étoiles proches. Cette quête incessante de l'inconnu et de la nouveauté ne s'arrêtera jamais. » A.?B. et B. S. Un livre magnifique qui, au récit de la découverte scientifique de nouveaux mondes, conjugue la beauté d'images inédites et fascinantes. André Brahic, astrophysicien, est professeur à l'université Paris-Diderot et au Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives. Découvreur des anneaux de Neptune, membre des équipes scientifiques des missions Cassini et Voyager, il est l'un des principaux acteurs mondiaux de l'étude du système solaire. Il est également l'auteur d'Enfants du Soleil, De feu et de glace, La Science, une ambition pour la France, et, avec Isabelle Grenier, de Lumières d'étoiles, qui ont été d'immenses succès. Bradford Smith, astrophysicien, a été professeur aux universités d'Arizona et d'Hawaï. Il a dirigé l'équipe d'imagerie des sondes Voyager. Il a découvert le disque autour de l'étoile Beta Pictoris, première preuve d'un système planétaire hors du système solaire. Il a été récompensé à quatre reprises par la NASA pour ses découvertes scientifiques exceptionnelles. 

  • Que peut-il bien se passer quand un cuisinier rencontre un astrophysicien ? Aux délices du magret de canard et du foie gras s'adjoignent ceux de la cosmologie. Tant il est vrai que le big bang, soupe d'ondes et de particules, fut une recette comme une autre, quoique un peu plus universelle que la soupe aux fèves, et que mijotent dans nos casseroles bien des univers de goûts et de saveurs inédits. André Daguin et Michel Cassé nous convient ici à partager le banquet de l'amitié et de la curiosité. De quoi faire frétiller tout à la fois les papilles et les neurones. André Daguin, fameux chef étoilé du Gers, inventeur du magret et de la glace aux haricots blancs, auteur de Je pense donc je cuis, n'est pas insensible au vertige des espaces infinis. Michel Cassé est lui aussi gersois. Astrophysicien au CEA et à l'Institut d'astrophysique de Paris, il est l'auteur de nombreux ouvrages qui ont rencontré la faveur d'un large public. 

  • Parler de l'Univers, c'est parler de nous-mêmes. Savoir qui nous sommes : un composé d'atomes fabriqués dans le Big Bang et dans les étoiles. Savoir d'où nous venons : de météores qui ont emporté les molécules du vivant à travers les espaces intersidéraux. Savoir si nous sommes seuls : la chasse est désormais ouverte aux exoterres qui pourraient loger nos cousins. Savoir où nous allons : planètes, étoiles et galaxies sont-elles condamnées à l'engloutissement dans des trous noirs ? L'Univers se dilatera-t-il indéfiniment ?Jean-Pierre Luminet et Élisa Brune donnent les réponses qu'apportent les observations toujours plus précises de nos télescopes satellitaires. Dans un style flamboyant, ils nous expliquent comment nos modèles théoriques permettent de les comprendre et d'anticiper de sidérantes révolutions. Jean-Pierre Luminet est directeur de recherches au CNRS, astrophysicien à l'Observatoire de Paris. Il a publié une vingtaine d'essais, romans et recueils de poèmes, traduits en une douzaine de langues.Élisa Brune est écrivain et journaliste scientifique.

  • On connaît le jeu du « cadavre exquis », qui consiste à faire un dessin, puis à plier la feuille en n'en laissant dépasser qu'un fragment, à partir duquel le joueur suivant improvise son propre dessin... Les quatre auteurs de ce livre, en reprenant le principe, l'ont adapté à la description d'une planète plausible et des diverses formes de vie susceptibles d'y apparaître et de s'y développer. Quelle espèce extraterrestre le hasard et les lois de l'évolution vont-ils produire ? Cette « exquise planète », inventée en restant autant que faire se peut dans le champ du possible par un astrophysicien, un paléontologue et un archéologue, ne ressemble guère à la Terre, si ce n'est par l'inépuisable inventivité de ses espèces, et pourtant elle aurait pu être la nôtre si le hasard en avait décidé ainsi. Et elle prend un relief bien particulier quand un écrivain de science-fiction, Pierre Bordage, prenant le relais final, vient enrichir les descriptions scientifiques et factuelles d'un souffle épique qui efface la frontière commodément tracée entre science et fiction. Pierre Bordage, auteur de science-fiction, s'intéresse à tous les genres du domaine. Spécialiste du « space opera » (Les Guerriers du silence, Abzalon, Griots célestes), il ne néglige ni le « postapocalyptique » (Le Feu de Dieu), ni la « fantasy historique » (L'Enjomineur), l'anticipation (Wang), l'uchronie (cycle de Ceux qui sauront) ou la « fantaisie » (Les Fables de l'Humpur). Jean-Paul Demoule, archéologue, professeur de protohistoire européenne à l'université Paris-I et membre de l'Institut universitaire de France, a présidé l'Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP). Il est l'auteur de nombreux ouvrages, dont On a retrouvé l'histoire de France. Roland Lehoucq, astrophysicien au CEA dans le domaine de la topologie cosmique, s'est fait une spécialité de vulgariser la science à partir d'ouvrages de fiction (La Science-Fiction sous les feux de la science, D'où viennent les pouvoirs de Superman ?). Il tient la rubrique « Scientifiction » dans la revue Bifrost. Jean-Sébastien Steyer, paléontologue au CNRS rattaché au Muséum national d'histoire naturelle, signe des rubriques liant la science et l'imaginaire dans les revues Pour la science et Espèces. Il est l'auteur de La Terre avant les dinosaures. 

  • Le futur du cosmos

    Joseph Silk

    Joseph Silk est célèbre pour avoir fait le lien entre les minuscules fluctuations qui ont résulté du Big Bang et les majestueuses galaxies qui peuplent aujourd'hui notre ciel. Car, bien avant que les satellites COBE, Planck ou WMAP ne cartographient le fond de rayonnement cosmique et ne donnent un instantané de l'Univers juste après le Big Bang, la cosmologie théorique dut aller de spéculations hasardeuses en observations plus ou moins fiables pour construire le scénario aujourd'hui admis. Il est donc question ici de la naissance de l'Univers et de sa structure à grande échelle, mais aussi de la notion d'univers multiples, du principe anthropique, de l'apparition de la conscience et de la possibilité du voyage dans le temps. Plus crucialement encore, la cosmologie relie la question de l'avenir de l'Univers à celle de la quantité de matière qu'il contient. Les mystérieuses « matière noire » et « énergie sombre » décideront ainsi, entre effondrement et expansion éternelle, du destin de notre Univers. Joseph Silk est chercheur à l'Institut d'astrophysique de Paris et au CEA de Saclay. Il enseigne également à l'Université Johns-Hopkins et, en tant que professeur émérite, à l'Université d'Oxford. Prix Balzan international en 2011, il est l'auteur de nombreux livres de vulgarisation, dont Le Big Bang et L'Univers et l'Infini. 

  • Des images nouvelles, inouïes, qui font réfléchir. À quoi ressemble l'Univers ? De quoi est-il fait ? Quels objets insolites abrite-t-il ?Des images étonnantes qui invitent à la méditation. Quelle est notre place dans l'Univers ? D'où venons-nous ? Sommes-nous seuls ?Des images extraordinaires qui nous émerveillent. Sous toutes les lumières, le ciel dévoile sa richesse, sa diversité, sa complexité, sa beauté. Au-delà du ciel visible qui n'est qu'une pâle image de la réalité, ce livre nous fait découvrir les couleurs de l'invisible et nous révèle un Univers totalement nouveau. à la vision d'un Monde éternel, immuable, succède l'image d'un Univers changeant, bouillonnant et violent. De quoi complètement bouleverser notre conception du monde. Grâce à ce livre, le lecteur tombera amoureux du ciel. C'est le dessein des auteurs. André Brahic, astrophysicien, est professeur à l'université Paris-VII-Denis-Diderot et au Commissariat à l'énergie atomique. Il est l'un des spécialistes mondiaux de l'étude du système solaire. Découvreur des anneaux de Neptune, il participe actuellement au sein de l'équipe d'imagerie de la sonde Cassini à l'exploration du monde de Saturne. Il est l'auteur de Enfants du Soleil, qui a été un immense succès. Isabelle Grenier, astrophysicienne, est professeur à l'université Paris-VII-Denis-Diderot et au Commissariat à l'énergie atomique. Elle a découvert des nuages de gaz invisible dans la banlieue du Soleil. Elle est responsable de la détection des sources de rayonnement gamma par l'observatoire spatial GLAST de la NASA.

  • Du noir
    Quoi de plus réjouissant que d’évoquer le noir ? Qui plus est, proclamer haut et fort que l’Univers se pare de noir voire de noirceurs ? Le mot pourtant, dans son acceptation culturelle, traduit rarement une qualité. On imagine sans peine la noirceur d’un Thénardier opposée à la blessure d’un Jean Valjean ou à l’humanisme du prêtre qui l’accueille. Mais les noirceurs que je me propose d’évoquer ne décrivent aucunement les traits d’un univers malveillant ou présumé hostile à notre endroit. Noir qualifie par effet de miroir inversé, que notre îlot de lumière terrestre reste un lieu d’exception et que les étoiles demeurent des balises rares, mais indispensables à notre prédisposition à rêver.
    Certes, le noir est abîme, il cache, inquiète, on ne sait ce qui peut en surgir. Dark Vador représente la force qui défie le héros positif auréolé de lumière. Fiat Lux est la source d’énergie qui se met en branle la création. La lumière est associée aux origines des structures matérielles et de la vie ; pour certains, elle émane d’un Créateur. Pourtant, comme l’écrit Pierre Soulages, le noir est antérieur à la lumière, il forme une boucle à partir du néant pour terminer sur la mort. Cette représentation caractérise-t-elle notre culture occidentale ? A contrario en Orient, le noir orne les parures des célébrations festives tandis le blanc accompagne le deuil.
    D’ailleurs, comment définir le noir ? Du point de vue culturel, on peut le considérer comme une couleur. Du point de vue de la physique, elle n’en est pas une et serait le signe d’une absence qui exalte la lumière !
    Ajoutons que le noir dont nous parlons décrit le point de vue de notre œil, par essence anthropomorphiste. La lumière, dite visible, ne l’est qu’en raison de la longue adaptation de l’œil à la lumière de l’astre solaire. Cette adaptation nous est propre, d’autres êtres vivants perçoivent d’autres lumières, plus conformes à l’environnement qui est le leur, lumières qui pour nous seraient invisibles : ultraviolette ou les ondes infrarouges. En réalité, le concept de lumière doit s’élargir à tous les phénomènes électromagnétiques dont la plupart sont invisibles. Nous y reviendrons. Le physicien Jean-Marc Levy-Leblond rappelle que la fascination de l’esprit humain pour le noir n’épargne pas l’imaginaire scientifique. Le jargon scientifique recense de nombreuses expressions, liées à des problèmes, souvent énigmatiques pour le grand public, qui évoquent le noir : le rayonnement du corps noir, la lumière noire, les éclipses, voire l’Eve africaine qui serait notre mère à tous. Du plomb peut surgir l’étincelle de l’or, raison pour laquelle nos ancêtres alchimistes attachaient tant d’importance à l’œuvre au noir.
     
    Que nous dit le ciel ?
     
    Le ciel est semblable à une coupe renversée que les étoiles criblent de scintillations à peine tremblées. Par une nuit d’été, allongé sur l’herbe fraîche j’aime contempler les étoiles filantes et, vers le zénith, apercevoir les trois belles de l’été que sont Altaïr, Deneb et Véga. Contrairement à un sentiment d’infini largement partagé, le nombre d’étoiles visibles à l’œil nu est très limité. 3000 par nuit claire. Entre ces points lumineux, on discerne quelques étoiles pâlottes mais le noir prédomine. La Voie Lactée, cette grande écharpe lumineuse qui traverse le ciel fait exception, mais partout ailleurs les étoiles sont rares, trop rares pour couvrir l’ensemble du firmament.
    Il n’empêche, elles luisent comme des promesses étincelantes et nourrissent nos projets de rencontres, de voyages et d’aventures. Imaginons un seul instant l’humanité en leur absence. Il est possible que des êtres vivants habitent une planète lointaine, à des millions d’années-lumière de chez nous, il est possible que leur ciel soit obscurci par un nuage persistant, que sais-je ? S’ils rêvent, à quoi rêvent-ils ? Sans étoiles, nous n’aurions probablement jamais levé les yeux vers le haut, vers l’inaccessible. Les étoiles portent nos rêves et les protègent.
     
    Depuis que les astronomes observent, ils se rendent à l’évidence : l’Univers est sombre et la lumière est exception. J’ajouterais que si la lumière est le seul lien qui nous relie à l’univers, c’est son absence qui retient notre attention. Ainsi, l’obscur est le sceau qui clos notre ignorance, que l’on espère provisoire. Le noir de la nuit fut une source d’interrogation pour une poignée d’entre nous seulement. Mais lorsqu’on évoque la matière noire ou l’énergie noire, ce qualificatif traduit plutôt notre incapacité à identifier leur nature. Quel type de matière, quelle sorte énergie ? Nul ne le sait encore. A l’évocation d’un trou noir, nous acceptons de plonger dans un monde occlus bordé de mystère. Nous rencontrerons aussi d’autres noirs, celui de la matière qui se rassemble et prépare l’éclosion de nouvelles étoiles ou celle qui prépare la vie. Ces invisibles nous convient à un voyage dans l’obscur, épaulé par une sentinelle étincelante : la lumière.

  • Extrait
    SOMMAIRE
    Acknowledgments
    Abbreviations
    Foreword
    Introduction
    I. Questions
    II. Conceptual Framework
    The Concept of Big Technology
    National Systems of Innovation
    The Concept of the Knowledge Society
    III. The Status of Research, Sources and Literature
    Sources
    Research and Literature
    IV. Outline
    CHAPTER 1 - THE BEGINNINGS OF SWISS INVOLVEMENT IN EUROPEAN SPACE ACTIVITIES
    I. The Origins of ESRO
    The European Reactions to the Sputnik Launch
    First Discussions about the Establishment of a European Organisation Dedicated to Space Research
    Amaldi Meets Auger
    II. Swiss Involvement in the Early Discussions on a European Space Research Organisation Switzerland and the Amaldi/Auger Idea
    Swiss Politics Enters into the Negotiations on the European Space Research Organisation
    III. Swiss Foreign Policy in the Post-WWII Years
    IV. Setting up ESRO
    The Meyrin Conference
    COPERS Activities
    Switzerland and the Work of COPERS
    Alliance-Building in Switzerland
    V. The Case of ELDO
    VI. The Federal State and Science, Technology and Economic Policy in the Early 1960s
    CHAPTER 2 - SWISS PARTICIPATION IN ESRO
    I. Organising for Membership of ESRO
    The Ratification Process
    Institutional Measures
    II. The First Steps of ESRO
    III. Switzerland and ESRO's Science Programme
    The Space Science Activities of Swiss Research Groups
    The Swiss Discussions on the Funding of Space Research
    The Role of the Swiss Science Council Space Science without Special Funding
    IV. ESRO and Swiss Industrial Participation
    The Zenit Sounding Rocket
    The Principle of Fair Returns
    V. Applications Satellites - the First Package Deal
    The Advent of Applications Satellites
    The Interim Intelsat Agreements
    CETS Plans for European Communications Satellites
    The EBU steps in
    The "Comprehensive" Approach - the Causse Report
    The Swiss Attitude towards Applications Satellites
    Switzerland and the Launcher Question
    The Bad Godesberg Conference
    The First Package Deal
    Swiss reactions to the First Package Deal
    The Definitive Intelsat Agreements
    Intelsat as a Turning Point for Swiss Space Policy
    TABLE OF CONTENTS
    VI. The Post-Apollo Programme and Ariane - the Second Package Deal 1
    The Post-Apollo Programme
    The Birth of the Ariane Project
    The Second Package Deal
    Switzerland and the Second Package Deal
    The Ratification Process
    VII. The Transition from ESRO to ESA
    Developments at European Level
    Ratifying the ESA Convention in Switzerland
    CHAPTER 3 - SWISS PARTICIPATION IN ESA
    I. The ESRO and ESA Science Programme of the 1970s
    The Second Decade of European Space Science Activities
    Giotto and Hipparcos - Two Major European Missions
    II. Swiss Scientific Participation in the 1970s
    The Space Science Situation in Switzerland in the Late 1960s
    The Development of Swiss Space Science in the 1970s
    Space Research and Swiss Science Policy
    III. The Industrial Component of Swiss Space Activities in the 1970s
    IV. From Development Phase to Operational Use - the Case of the Meteosat and Telecom Programmes
    The User - a New Category of Actor in European Space Policy
    The Meteosat Programme
    The Swiss Meteorologists and the Meteosat Programme
    The Telecom Programme
    Switzerland and the Telecom Programme
    V. The Discussions on a Swiss DBS System
    The Tel-Sat Request
    A DBS System and Swiss Media Policy
    Handling the Tel-Sat Request
    VI. ESA's Other Major Programmes - Ariane and Spacelab
    The Ariane Programme
    The Spacelab Programme
    VII. The Microgravity and Remote Sensing Programmes
    VIII. The Administration of Space Activities in Switzerland
    IX. Setting the Stage for the European Space Policy of the 1990s
    Switzerland and the ESA Ministerial Meetings of 1985 and 1987
    Planning for the 1990s
    The Swiss Influence on the Increase in the Science Programme Budget 308
    ESA's Science Programme of the 1980s and the Horizon 2000 Programme
    The Prodex Programme
    Switzerland and the Decisions of the 1985
    ESA Ministerial Meeting
    Switzerland and the 1987 ESA Ministerial Meeting 321
    Swiss Space Policy at the End of the 1980s
    Epilogue
    Conclusion
    THE VARIOUS DIFFERENT STRANDS OF SWISS SPACE HISTORY
    I. The Importance of Foreign Policy
    II. Space Activities and Swiss Science, Technology and Industrial Policy
    The Rhetorical Strategy
    The Structural Weaknesses of the Swiss Federal
    State in Science, Technology and Industrial Policy
    The Comparison with the Case of Nuclear Technology
    III. Scientists
    IV. Industry
    V. The User Organisations
    VI. The Public
    VII. Closing Words
    Figures, Diagrams, and Pictures
    Chronology
    BIBLIOGRAPHY
    I. Sources
    Archives and other Unprinted Sources
    Printed Sources
    II. Literature
    Index of names

  • Extrait
    SOMMAIRE
    Preface
    José Maria Dorado Gutiérrez
    Foreword
    lvaro Azcorraga
    Chapter 1 : THE YEARS OF THE FIRST SPACE PLAN
    SPAIN'S EFFORTS TO CREATE CAPABILITIES IN THE FIELD OF SPACE BETWEEN 1965 AND 1975
    José Maria Dorado Gutiérrez and Pedro Sanz-Aranguez
    Chapter 2 : A RELIABLE FACILITY
    LAUNCH TOWER FOR SKYLARK ROCKET VEHICLES AT ESRANGE (SWEDEN)
    José Rivacoba and José Maria Dorado Gutiérrez
    Chapter 3 : A SPACE OBSERVATORY
    THE ESA GROUND STATION IN VILLAFRANCA DEL CASTILLO
    José Maria Dorado Gutiérrez and Miguel Angel Sabadell
    Chapter 4 : THE ORIGINS OF SPAIN'S PARTICIPATION IN ESRO
    José Manuel Sanchez-Ron
    Chapter 5 : HISTORY OF SPAIN'S PARTICIPATION IN ESA'S SCIENCE PROGRAMME
    Miguel Angel Sabadell
    Chapter 6 : THE HISTORY OF THE ARIANE LAUNCHER IN SPAIN
    Miguel Angel Llorca Palomera et alii
    Chapter 7 : SPANISH ANTENNAS ON BOARD ESA SATELLITES
    Miguel Angel Llorca and Pedro Pinto
    Chapter 8 : SPANISH DEPLOYABLE ELEMENTS AND MECHANISMS ON BOARD ESA SATELLITES AND SPACE PLATFORMS
    Fernando Artigas
    Chapter 9 : INFLUENCE OF THE EUROPEAN SPACE PROGRAMME ON THE DEVELOPMENT OF THE SPANISH SPACE INDUSTRY
    José Maria Dorado Gutiérrez
    Space Activity in Spain. Major Achievements
    Index of names

  • D'où venons-nous ? Comment le Soleil et la Terre sont-ils apparus ? Nous avons enfin atteint le moment où la science peut apporter des réponses de plus en plus précises, de plus en plus étonnantes. La Nature a décidément plus d'imagination que les hommes ! Depuis l'exploration spatiale, nous en avons plus appris sur notre système solaire et son origine en une génération qu'en quarante siècles. Là où l'on attendait l'uniformité, on a trouvé la plus grande diversité. André Brahic, qui a découvert les anneaux de Neptune, nous présente les multiples facettes du système solaire et nous raconte quatre milliards et demi d'années de son histoire. Les planètes sont les soeurs du Soleil. Nous sommes les enfants du temps et des étoiles. Sommes-nous seuls dans l'Univers ? Les astronomes commencent à apercevoir d'autres planètes autour de quelques soleils proches. Ils espèrent bientôt trouver d'autres Terres... Astrophysicien, André Brahic est professeur à l'université Paris-VII Denis-Diderot et au Commissariat à l'énergie atomique à Saclay. Il participe à l'exploration du système solaire au sein des équipes d'imagerie des sondes Voyager et Cassini.

  • Illustrée avec humour et finesse par les aquarelles de Jean-Claude Carrière, voici l'histoire du ciel contée, à la manière du Petit Prince, par Michel Cassé et Élisabeth Vangioni-Flam. Michel Cassé et Élisabeth Vangioni-Flam sont tous deux astrophysiciens. Scénariste, dramaturge, poète, Jean-Claude Carrière a notamment publié Le Dictionnaire des révélations, La Controverse de Valladolid et Conversation sur l'invisible.

  • Voici 52 chapitres consacrés aux grandes questions d'astrophysique à consommer sans modération, dans l'ordre qui vous plaira : pourquoi fait-il noir la nuit ? Qu'est-ce qu'un trou noir ? Pourquoi l'Univers existe-t-il ? Quelle y est notre place ? Quelle est la signification de notre mort ? Les grandes découvertes contemporaines remettent-elles en cause la pensée humaine et religieuse ? Dans ce livre, Sylvie Vauclair nous invite à méditer, à nous remettre en question, pour avancer dans notre compréhension de l'Univers et permettre de nous situer par rapport au monde dont nous faisons partie. Si la science ne peut pas répondre directement à toutes nos questions existentielles, elle apporte cependant des éléments fondamentaux et incontournables à notre quête du sens de l'existence. Sylvie Vauclair est astrophysicienne à l'Institut de recherche en astrophysique et en planétologie, professeur émérite à l'université Paul-Sabatier de Toulouse et membre honoraire de l'Institut universitaire de France. Elle est membre de l'Académie nationale de l'air et de l'espace. Elle a notamment publié La Naissance des éléments et La Musique des sphères, qui ont été de très grands succès. 

  • Matière en grains

    Collectif

    Grains et graines, façonnés, usés, cassés, collés... l'homme et la nature les utilisent pour se nourrir, bâtir ou formuler de nouveaux matériaux. Le sable et la farine forment des tas ; le sel s'écoule ou se bloque dans la salière ; les grains du château de sable sont liés par de l'eau. Ces observations sont si familières que l'on en a longtemps négligé la portée. D'abord source de métaphores, tel l'atome de Démocrite, la matière en grains fait actuellement l'objet de nombreuses recherches scientifiques exploitant des propriétés étonnantes, à mi-chemin entre fluide et solide. On comprend dans ce livre précis et clair, fourmillant d'exemples, pourquoi la matière la plus ordinaire qui soit est une merveilleuse source d'inspiration pour des domaines d'application aussi variés que l'agronomie, les sciences de l'environnement, les matériaux de construction, le génie des procédés... et jusqu'aux sciences humaines et sociales. Étienne Guyon est chercheur à l'ESPCI ParisTech, ancien directeur de l'École normale supérieure et du Palais de la Découverte. Jean-Yves Delenne est directeur de recherche à l'Institut national de la recherche agronomique (INRA). Farhang Radjai est directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Site des auteurs : http://matiereengrains. fr/


  • Découvrez enfin tout ce qu'il faut savoir sur Georges Lemaître et ses inventions en moins d'une heure !
    L'origine de l'univers, voilà une problématique qui a tenu en haleine de très nombreux scientifiques. Alors que l'on pourrait croire que l'homme s'est posé cette question depuis la nuit des temps, il n'en est rien. C'est Georges Lemaître, un prêtre belge et grand astrophysicien, qui le premier cherche à dater l'univers et à tenter de découvrir ce qu'il y avait au commencement, alors même que l'ensemble de la communauté scientifique était persuadé qu'il avait toujours existé. Partant de ce postulat, il était donc insensé d'en chercher un début. Reprenant les calculs d'Einstein, il met pourtant au point dans les années vingt et trente des théories, rassemblées dans ce qui est aujourd'hui appelé la théorie du Big Bang. Il faudra attendre près de trente ans pour qu'elle soit confirmée. 
    Mais au fond que s'est-il passé au commencement de l'univers ?
    Ce livre vous permettra d'en savoir plus sur :
       o La vie de Georges Lemaître
       o Le contexte de l'époque
       o Les théories de Georges Lemaître
       o Les répercussions de ses théories
    Le mot de l'éditeur :
    « Dans ce numéro de la collection « 50MINUTES Grandes Inventions », Pauline Landa nous plonge au coeur d'un des domaines scientifiques les plus passionnants : la cosmologie. Comprendre l'univers qui nous entoure, c'est aussi se poser la question du commencement. Qu'y avait-il au début de l'univers, et, plus encore, de quand date-t-il ? Voilà des questions que l'on s'est tous un jour posé. Grâce aux explications de Pauline Landa, la théorie du Big Bang n'aura plus aucun secret pour vous ! » Stéphanie Dagrain 
    À PROPOS DE LA SÉRIE 50MINUTES | Grandes Inventions
    La série « Grandes Inventions » de la collection « 50MINUTES » présente plus de cinquante inventions qui ont bouleversé notre quotidien. Chaque livre a été pensé pour les lecteurs curieux qui veulent faire le tour d'un sujet précis, tout en allant à l'essentiel, et ce en moins d'une heure. Nos auteurs combinent les faits historiques, les analyses et les nouvelles perspectives pour rendre accessibles des siècles d'histoire. 

  • Extrait
    Mardi 23 juin, 2015
    Le mot constellation, emprunté du latin constellatio au sens de position respective des astres, signifie par métonymie « groupe d’étoiles formant une figure ». Par métaphore, constellation désigne au Moyen-Âge un groupe de personnes remarquables (par exemple le groupe des poètes de la Pléiade) ou tout ensemble d’objets liés entre eux. Consteller apparaîtra beaucoup plus tard, dans le langage poétique, mais ce sont bien des groupes d’étoiles dont nous parlerons dans ce texte. Leurs noms reflètent la fascination qu’elles ont exercée sur l’esprit humain.
    Nous dénombrons dans le ciel 88 constellations célestes, délimitées par des frontières précises et qui ne se recouvrent pas. Leurs noms officiels sont en latin et leur abréviation en usage comporte 3 lettres (exemple : la constellation de l’Aigle est Aquilae abréviée par Aql et l’étoile la plus brillante de cette constellation est notée α Aql, la suivante β Aql, etc.). Leur histoire fait l’objet de cet ouvrage. Or l’astronomie a été le souci commun de tous les peuples sous toutes les latitudes. Aussi, des choix ont été nécessaires. J’ai décidé de présenter en priorité les ciels qui s’observent sous nos latitudes. Les constellations décrites et leur genèse se rapportent principalement à l’Occident. Quand nécessaire et parce que mondialisation oblige, les apports d’autres cultures sont mentionnés ainsi que les constellations les plus marquantes de l’autre hémisphère.



empty