• Psychose

    Ariane Charland

    Je suis devenu fou à dix-sept ans. Je l'étais peut-être déjà avant, mais c'est là que ça s'est déclaré, que la psychose a pris le dessus et que la paranoïa m'a englouti.

    La vie semblait pourtant me sourire. Je commençais le cégep, j'avais un bon emploi et je venais d'emménager avec mon meilleur ami, à deux pas des résidences où ma blonde habitait. C'était le bonheur, la liberté totale !

    Sauf que ça n'a pas duré. Le stress des études, le travail qui me prenait trop de temps, les nuits blanches, l'alcool, le pot... Quelque chose s'est rompu à l'intérieur de ma tête. Mon esprit s'est détraqué. Je me suis mis à voir des ombres, à entendre des voix, à m'imaginer qu'on me voulait du mal...

    J'aurais dû écouter mes amis et aller me faire soigner. À la place, j'ai attendu qu'il soit trop tard. Je me suis battu contre ma folie et j'ai perdu.

    La psychose est un trouble mental grave qui se manifeste par une perte de contact avec la réalité. Les personnes qui en sont atteintes éprouvent beaucoup de difficultés à distinguer ce qui est vrai de ce qui ne l'est pas. On estime que de 4 à 5 % des jeunes connaîtront un épisode psychotique. Heureusement, avec les bons traitements, la majorité d'entre eux s'en sortiront.

  • La première fois.

    Certains disent que c'est magique.

    D'autres que ça fait mal, mais que ça passe. Pour moi, ça n'a pas été magique, et ça n'a pas passé. La douleur, je veux dire. C'est resté et ç'a empiré.

    Je suis défectueuse.

    C'est pour cette raison que je me ferme aux gens, que je détourne les yeux chaque fois qu'un garçon m'intéresse. Je ne veux pas courir le risque de lui plaire aussi. Je ne veux pas être obligée de lui avouer que le sexe, dans mon cas, est une torture. Alors je feins l'indifférence et me convaincs que tout va bien.

    Mais ça, c'était avant de rencontrer Luka. Avec lui, c'est différent. Ma carapace se fendille et mes mécanismes de défense s'enrayent.

    J'ai maintenant, plus que jamais, envie d'être comme tout le monde.

    Les douleurs sexuelles touchent environ 20% des adolescentes et de 12 à 21% des femmes adultes. Pourtant, c'est un sujet très peu abordé dans les médias et, pour plusieurs, il demeure honteux. Alors que le sexe, lui, est omniprésent à la télévision, dans les magazines et sur Internet, ce type de douleur entraîne trop souvent un sentiment de détresse et de culpabilité chez celles qui en souffrent.

  • Depuis que ma double identité a été exposée au grand jour, je suis tout sauf invisible. En fait, de tous les élèves de mon école, je suis celle qui s'attire le plus de railleries. Et je ne vous parle pas des regards assassins dont me gratifient mes anciens amis.

    Heureusement, il y a au moins une chose dont je peux me réjouir : Mikaël et moi formons enfin un vrai de vrai couple, ce qui veut dire que la situation ne peut aller qu'en s'améliorant, pas vrai ?

    N'empêche, mon nouveau bonheur ne doit pas m'éloigner de ma mission : découvrir qui est le chef de la « mafiette » de Boisjoli. Et pour ça, je suis prête à tout... enfin presque !

  • Indésirable

    Ariane Charland

    À son ancienne école, Mélie était désirée par tous les gars et n'avait pas honte de les séduire, d'avoir du plaisir avec eux. Jusqu'à ce qu'une stupide vidéo circule... Ses soi-disant amis n'ont alors pas hésité à l'exclure, à l'insulter, à la considérer comme une pute.

    Maintenant, elle a l'intention de repartir à zéro, d'effacer la réputation qu'on lui a collée et de retrouver un semblant de vie normale. Pour cela, elle souhaite d'abord regagner sa popularité.

    De son côté, Bastien se fait rejeter et humilier depuis le début de son secondaire. Il a l'impression qu'il ne trouvera jamais sa place et restera l'exclu, le freak, l'indésirable. Celui qu'on montre du doigt uniquement parce qu'il n'entre pas dans le moule.

    Puis il la rencontre, elle, la nouvelle. Mais comment pourrait-il plaire à ce genre de fille? Tanné d'être toujours seul, il décide que, cette année, les choses devront changer.

    Le rejet social prend différentes formes et, malheureusement, personne n'en est à l'abri. Peu importe la façon dont il se manifeste, il blesse immanquablement ceux qui en sont victimes et laisse des cicatrices douloureuses, parfois indélébiles. À long terme, il peut avoir de graves conséquences sur l'estime de soi, et même provoquer d'importants problèmes d'anxiété ou de dépression. Mais, surtout, les personnes rejetées vivent ensuite dans la peur, souvent viscérale, de subir un nouveau rejet.

  • Il a suffi d'une seconde pour que mon existence bascule. Un plongeon, un pied qui a glissé, et je suis devenu tétraplégique.

    A dix-sept ans. Le Samuel d'avant n'est plus, je dois me faire à l'idée...

    Il paraît que la plupart des gens préféreraient mourir plutôt que de se retrouver dans ma situation.

    Moi aussi, si on m'avait posé la question avant mon accident, c'est ce que j'aurais répondu.

    Et je ne peux pas dire que je n'ai jamais pensé à la mort depuis...

    Maintenant ?

    Je ne sais plus. Maintenant il y a mes amis, ma famille, Clara... la vie.

    Juste la vie.

    La vie ordinaire, faite de hauts et de bas, de chagrins et de rires, comme celle des autres.

    Chaque année, au Québec, de cent à deux cents personnes subissent une blessure à la moelle épinière, ce qui, bien souvent, se traduit par un diagnostic de paralysie irréversible. Du jour au lendemain, les victimes et leurs proches voient leur quotidien chamboulé. Après une phase plus ou moins longue de réadaptation, le véritable défi est de reprendre le cours de sa vie là où il a été mis en suspens.

  • La double personnalité, c'est bien pratique. En Rosalie Noël, je me fonds dans le décor jusqu'à devenir presque invisible. En Rose Turner, je brille parmi les élèves les plus populaires de l'école.

    Pourtant, avoir deux vies n'est pas de tout repos. Surtout quand Rose et Rosalie sont invitées à la même fête et qu'elles y viennent toutes deux accompagnées.

    Mais la mission que je me suis fixée est ce qu'il y a de plus important. Je suis prête à tout pour élucider les circonstances entourant l'accident de mon frère. Et cela, même si je risque de perdre Emilio, le gars le plus cool de l'école, celui dont je rêve depuis des lustres.

  • Je m'appelle Rosalie Noël et j'ai un superpouvoir. J'arrive à me rendre invisible! Bon, disons plutôt que je passe inaperçue. Physiquement je suis moyenne. J'ai un visage moyen, les cheveux brun moyen et les yeux brun moyen. Rien à voir avec la très populaire Maélie la Barbie.

    Jusqu'à récemment je m'accommodais de mon statut de fille sans intérêt, mais tout a basculé quand Antoine, mon demi-frère et meilleur ami, s'est fait taxer par Mikaël pas de cervelle, le frère jumeau de Maélie.

    Prête à tout pour aider Antoine, j'ai décidé d'infiltrer la bande des jumeaux M & M. Pour y arriver, Rosalie Noël deviendrait Rose Turner. Mais j'ignorais à quel point devenir une fille belle, drôle et fonceuse allait chambouler ma vie... et mon coeur.

  • Sextos

    Ariane Charland

    Anthony Lavoie, le beau skater avec qui je texte en secret (il a une blonde, mais ce n'est qu'une question de temps avant qu'il la laisse), m'a envoyé une photo de lui... torse nu !
    Il est trop parfait ! Je ne peux pas croire qu'il s'intéresse à une fille comme moi. S'attend-il au même genre d'image de ma part (même s'il dit que non) ? Si je ne lui rends pas la pareille, me trouvera-t-il plate? Pas assez game ? J'aimerais tant le faire rêver comme il me fait rêver.
    Je n'ai qu'à m'organiser pour qu'on ne me reconnaisse pas. Après tout, il va la garder pour lui, j'ai confiance! Même s'il s'arrange toujours pour éviter mon regard, à l'école...
    Transférer des photos osées d'un ou une mineure est criminel : il s'agit de distribution de pornographie juvénile, ce qui est passible d'une condamnation. Qui plus est, les gens touchés sont souvent victimes d'intimidation, de moqueries et de harcèlement. Ces images sont privées, et seule la personne photographiée peut en disposer à sa guise.

  • Bien loin de renoncer aux pouvoirs des quatre grandes races, les souverains des gnomes sont plus que jamais déterminés à se les approprier. Aussi, pour violer des secrets hérités de ses ancêtres, n'hésitent-ils pas à emprisonner et à droguer Aïnako jusqu'à ce que, épuisée, elle ne puisse plus résister à leur intrusion mentale.
    Dès qu'elle parvient à se libérer, secondée par le mystérieux Omkia, Aïnako s'évertue à les devancer. Si elle n'y parvient pas complètement, sa droiture lui évite de sombrer dans la folie comme tous ceux qui, avant elle, ont eu accès au trésor des ondins. Mais, avant d'instaurer une paix durable entre les peuples, il lui faut d'abord vaincre ceux qui ont plutôt comme projet d'asservir tout un chacun.

  • Alors que, à la fin de son année scolaire, Novembre rentre chez sa tante qui l'a élevée, elle apprend brutalement qu'elle n'est pas humaine, mais qu'elle est plutôt la princesse elfe Aïnako, que sa mère, reine d'Élimbrel, a tenu à dissimuler parmi les hommes pour sa sécurité. C'est que le royaume est en guerre depuis longtemps contre un autre du nom de Shamguèn.

    Pas le temps de digérer la révélation. La reine a été sournoisement réduite à l'impuissance et, malgré ses quatorze ans tout juste, Aïnako doit vite rentrer dans sa patrie pour se soumettre à un entraînement militaire intensif.

    Est-il vrai, comme le croit sa mère, que l'adolescente est la seule à détenir le pouvoir de vaincre l'impitoyable Taïs? Pour le moment, la nature de ce pouvoir reste bien mystérieuse.

  • Tout va décidément trop vite pour Aïnako. À peine a-t-elle amorcé son apprentissage des techniques de combat qu'elle doit se joindre à un détachement chargé de se rendre en Shamguèn pour affronter la reine Taïs elle-même, la cruelle voleuse de lumière. Une dure marche forcée attend les soldats, à travers les intempéries et les dangers qui les guettent.

    Pour l'adolescente, la campagne se complique du fait des visions qui l'assaillent sans s'annoncer, à des moments aussi inattendus qu'inopportuns, et qui lui révèlent des moments stratégiques de la vie de ses parents. D'où viennent donc ces visions?

    Et qui est Iriel, ce sombre et énigmatique guerrier d'Élimbrel qui protège Aïnako avec une farouche détermination?

  • Bien qu'Aïnako ait été couronnée seconde reine de Shamguèn, elle peine à imposer son autorité et, alors même qu'on lui cache des informations, on ne manque aucune occasion de souligner son ignorance des us et coutumes.

    Or, un des gouverneurs d'Élimbrel a été assassiné. Au même moment, Aïnako apprend que ce qu'elle craignait s'est produit : les elfes sauvages se sont rebellés, avec à leur tête sa grande amie Kaï. Même si tout les accuse, la jeune reine refuse de croire a priori en leur culpabilité.

    À travers les urgences qu'impose la nécessité de sauver tout un chacun, comment Aïnako trouvera-t-elle le temps de réunir les éléments qui lui permettront de démasquer les coupables ?

  • La reine d'Élimbrel est toujours prisonnière des ondins, que de mystérieux criminels soumettent au chantage pour les forcer à se conformer à leurs diktats. Mais ces extrémistes ne tardent pas à se découvrir pour faire prisonniers Aïnako elle-même, les soldats de sa garde rapprochée et ses partisans. La jeune elfe constate alors que tout ce drame prend son origine dans la folie d'une guerrière, qui a pourtant réussi à regrouper autour d'elle ceux qui s'opposent à la monarchie des deux royaumes. Grâce aux enseignements d'Omkia, le gnome maître sculpteur, Aïnako découvre les vertus des pierres jumelles. En s'assurant le soutien des feux follets, elle peut enfin mener un combat sous-marin à la fois contre les ondins et contre les vrais ravisseurs de sa mère.

  • Bien qu'elle se soit juré de demeurer parmi les humains, Novembre, alias Aïnako, est forcée de retourner parmi son peuple originel quand des individus sans scrupules menacent de s'en prendre à ses amis pour l'obliger à honorer une ancienne dette. Ces malfrats comptent aussi sur son aide pour découvrir un secret millénaire, dont la connaissance devrait les conduire au trésor des ondins et leur conférer le pouvoir suprême.

    Sitôt de retour, Aïnako met toute son énergie à les prendre de vitesse, croyant pouvoir déjouer leurs ruses.

    Mais c'est sans compter le lien qui unit son esprit à celui d'Omkia. Au fait, quel est le véritable but du gnome maître sculpteur, lui qui se révèle tantôt son complice, tantôt son adversaire ?

  • 1 ROMAN, 4 HISTOIRES

    Tamara - 32C

    Être une des plus grandes de mon âge ne m'a jamais dérangée. Et je n'ai pas été traumatisée quand j'ai eu mes premières règles, la veille de mes onze ans. Ce qui me complexe, ce sont mes seins. Ils sont ÉNORMES ! C'est pour ça qu'il y a un peu plus d'un an, j'ai changé de look et adopté le style tomboy. Pour ne rien laisser paraître. Parce que, si les gars de ma classe les remarquent, je suis fichue !

    Rosalie - Face de pizza

    Des boutons, j'en ai une collection. Je pourrais ouvrir le Musée de l'acné et imposer un tarif d'entrée ! Donc, chaque fois que mes amies se plaignent de leur unique bouton prémenstruel... eh bien... ça me fait suer. Si c'était ma face de pizza qu'elles voyaient dans le miroir, est-ce qu'elles pleureraient, comme je le fais parfois ? Est-ce qu'elles refuseraient de sortir de chez elles comme moi, certains matins ?

    Livia - Dans le rouge

    Je viens d'avoir mes premières règles, à quatorze ans, en plein cours de français. Je capote ! Je ne peux pas compter sur ma gang de boys pour m'aider... Et encore moins sur mon père, qui m'élève seul depuis que ma mère est partie vivre à des milliers de kilomètres d'ici. Il paraît que c'est la chose la plus normale qui soit, de devenir une femme, mais je ne sais pas quoi faire !

    Florence - Toucher le fond

    Chaque fois que je me lève, je me demande à quelle version de ma mère je devrai faire face. Hier, c'était à « pantoufles et yeux bouffis ». Parfois, c'est à la « lionne en cage ». Chez ma mère, la dépression prend plusieurs visages, qui exigent tous que je mente à mes proches et marche sur des oeufs en permanence. Disons que faire mes devoirs et étudier pour mes examens ne sont plus tellement mes priorités.

empty