• Encore aujourd'hui, la sexualité animale reste une énigme. Pourquoi est-elle assortie de pareilles incertitudes?? A-t-elle seulement pour objectif d'assurer efficacement la reproduction?? Et que vient faire le plaisir dans cette histoire qu'il complique assurément?? Et pourtant, 95?% des espèces animales ne pensent qu'à ça, et même la mouche jouit... Suivant le fil de l'évolution, Thierry Lodé nous raconte dans ce nouveau livre la félicité du poulpe, l'extase du moineau et la volupté du capucin. On y découvre que dauphins, perruches et écureuils sont adeptes de masturbations intempestives. On y apprend que le tapir et le canard détiennent le plus long des organes, mais que le vagin et le clitoris des femelles font de leur mieux pour rester sur le terrain de jeu des amants. Ici, les oiseaux perdent leur pénis, là, les gorilles s'adonnent aux étreintes lesbiennes... Et si le plaisir sexuel était bien davantage qu'un simple produit de l'évolution, s'il en était le propulseur, contribuant, dans les faits, à la mise en place d'interrelations originales et à la biodiversité animale ? Thierry Lodé est professeur d'écologie évolutive et directeur de recherches à l'université Rennes-I. Grand spécialiste des sexualités animales, il a notamment publié La Guerre des sexes chez les animaux, La Biodiversité amoureuse et Pourquoi les animaux trichent et se trompent. 

  • Décidément, les canards abusent. Alors que la plupart des oiseaux ne possèdent pas d'organes sexuels, il en est un, l'érismature ornée, qui dispose d'un phallus de plus de 40 cm. Pourquoi ? Et les rayures du tigre, à quoi servent-elles donc ? Et le nez surdimensionné et tout mou du nasique, ce singe asiatique, quelle fonction remplit-il ?L'évolution s'est développée à travers un érotisme sauvage, depuis les toutes premières bulles libertines jusqu'au parfum des visons et au chant des baleines, ce que Darwin a peut-être un peu trop oublié. Alors, à quoi riment donc toutes ces stratégies amoureuses du vivant ? Bref, à quoi sert le sexe ?Une plongée passionnante dans la vie amoureuse des bêtes, du poisson volant au tatou, en passant par la baleine ou l'oiseau-papillon, pour rendre compte de l'extraordinaire biodiversité du monde animal, où l'amour fait sa loi. Thierry Lodé est biologiste, professeur d'écologie évolutive à l'université d'Angers et directeur de recherches sur la vie sociale des animaux à l'université Rennes-I. Il est actuellement l'un des meilleurs spécialistes de la sexualité animale. Il a notamment publié La Guerre des sexes chez les animaux.

  • Chez les animaux aussi, les histoires d'amour sont faites d'aventures, de caprices, de tromperies, de jalousies et de séparations. On imagine souvent l'ensemble des êtres vivants bien en ordre d'évolution, avec pour seul souci de laisser le plus possible de leurs gènes à leur descendance. Pourtant, des poulpes aux perroquets, des amibes aux colobes, de quelque côté qu'on se tourne, l'évolution ne semble jamais distinguer les meilleurs, et les méprises sont légion. Et si le sexe était ce qui, dans l'histoire du vivant, favorise les rencontres improbables, les rapprochements inattendus, les détours imprévus et même les relations hybrides ? Et si, loin de l'image linéaire qu'on en a le plus souvent, c'était précisément cela, la dynamique de la vie ? Thierry Lodé est biologiste et spécialiste de la sexualité des animaux. Professeur en écologie évolutive à l'université d'Angers, il dirige actuellement des recherches à l'université de Rennes-I. Il est notamment l'auteur de La Guerre des sexes chez les animaux et de La Biodiversité amoureuse. 

  • Ce livre propose de développer une écologie évolutive qui tienne compte de toutes les relations des êtres vivants entre eux. Il nous entraîne dans une enquête historique qui confronte les arguments de Lamarck, de Darwin et du néodarwinisme pour mieux les dépasser. L'écologie évolutive intègre, à la manière des poupées russes, les différents emboîtements que le vivant élabore à l'aveugle depuis la nuit des temps. Plus que la survie des gènes, c'est bien la construction de ces multiples interactions subtiles et délicates qui fait l'histoire évolutive. Et si l'observation de la nature nous enseignait que, dans les faits, l'évolution de chacun dépend des autres ? Thierry Lodé est professeur d'écologie évolutive à l'université d'Angers et chercheur à l'université Rennes-I. Spécialiste reconnu de la sexualité des animaux, il est l'auteur de La Guerre des sexes chez les animaux, de La Biodiversité amoureuse et de Pourquoi les animaux trichent et se trompent. 

empty