• On peut dire que le grand gagnant de la crise du coronavirus est Amazon. Tandis qu'à la mi-avril 2020, la pandémie approchait de son moment le plus critique, la valeur des actions de la firme augmentait de 30 % par rapport à l'année précédente ; et en l'espace de seulement deux mois, la fortune nette du PDG Jeff Bezos augmentait de 24 milliards de dollars. Comme le résume un analyste de l'industrie numérique : "Le Covid-19 a été comme une injection d'hormones de croissance pour Amazon." L'enquête d'Alec MacGillis débute bien avant la crise sanitaire actuelle.

    Sa méthode est simple et efficace : c'est par une mosaïque d'approches et de vies que l'on comprend le mieux un système, comment ce dernier affecte ceux qui entrent en contact avec sa trajectoire. À la manière des grands reportages littéraires, Le Système Amazon décortique l'implacable machine et ses rouages à travers une impressionnante série de portraits et de tableaux.

    À Seattle, ce sont les cadres bien rémunérés de la firme qui accélèrent la gentrification d'un quartier populaire historique ; dans une banlieue de Virginie, ce sont des propriétaires qui tentent de protéger leur quartier de l'impact environnemental d'un nouveau data center Amazon ; à El Paso, ce sont des petites entreprises de fournitures de bureau qui tentent de résister à la prise de contrôle par Amazon de l'ensemble des marchés publics ; à Baltimore, c'est un entrepôt qui remplace une usine sidérurgique légendaire, etc.

    Il montre également comment la firme est devenue un lobby à part entière à Washington, l'auteur poussant les portes du gigantesque manoir de Jeff Bezos, dans le quartier de Kalorama, où l'on croise lobbyistes, députés, sénateurs et membres du gouvernement.

    Plus qu'un énième pamphlet sur l'impact destructeur du géant jaune au large sourire, ce livre, fruit d'années d'enquête, offre à lire le récit édifiant d'une société sous emprise.

    De centres de livraison en data centers, de campus d'entreprises en entrepôts du mastodonte, visitez un autre monde, en proie à son Amazonisation, qui se divise entre gagnants et perdants, entre vies déconnectées et vies broyées par ce système.

  • Milliards en fuite ! manifeste pour une finance éthique Nouv.

    Aux États d'agir, aux citoyens de se mobiliser.Spéculation financière, blanchiment, évasion et fraude fiscales prospèrent plus que jamais. En France, en Europe, dans le monde, ultra-riches, multinationales et financiers poursuivent sans entrave leur course à l'argent. La pandémie de Covid-19 n'a pas réduit leur avidité ni leur cynisme, et leurs milliards transitent toujours par les paradis fiscaux.
    Au-delà de leur colère face aux injustices, Alain et Éric Bocquet livrent un manifeste appelant à d'urgentes politiques de lutte contre la frénésie de la finance et son appétit spéculatif. Ils soulignent la nécessité d'une refonte des institutions pour une vraie solidarité entre les peuples. Aux États d'agir, aux citoyens de se mobiliser.
    Le combat pour la justice fiscale et pour une finance éthique est la mère des batailles : sans elle, le monde subit la loi du plus fort. Ce combat est celui de l'humanité : elle y joue son avenir.

  • Sodexo, la gloutonne Nouv.

    Sodexo, la gloutonne

    Jean Songe

    Née en 1966 dans un hangar à anchois de Marseille, la société Sodexo est aujourd'hui une multinationale qui se déploie dans plus de 80 pays. Championne française puis mondiale de la restauration d'entreprise, elle gère plus de 17 000 cantines en milieu professionnel, mais aussi 5 600 dans les écoles et universités, 4 000 dans les hôpitaux, 3 000 dans les maisons de retraite, sans oublier 1 700 sites miniers et pétroliers, 1 100 bases militaires et 130 prisons. Dans un futur proche, cette gloutonne discrète compte bien s'occuper de tous les aspects de la vie d'un milliard de personnes de tous âges. Ce récit-enquête aux parfums plus relevés qu'un plateau-repas relate l'histoire de cet appétit insatiable et dévoile le plan stratégique des dirigeants, lequel se résume à cette formule : Focus on growth. Autrement dit se concentrer sur la croissance, même si cela signifie toujours moins de services publics, toujours plus de privatisations, toujours moins de lois, toujours plus de marché... Un voyage édifiant au coeur du capitalisme français, lequel n'en ressort pas grandi, raconté par un satiriste admirateur de Karl Kraus et de George Orwell qui, en nous faisant découvrir un géant industriel méconnu, nous interpelle de façon civique, critique et drôle.

    Auteur de plusieurs romans noirs (Tout (ce que je sais) vient du noir, La Voix des maisons) et d'un récit alarmiste sur le monde nucléarisé (Ma vie atomique), Jean Songe ne compte pas en rester là.

  • Nous sommes de plus en plus nombreux à transformer nos habitudes de consommation pour les concilier avec la protection nécessaire de notre planète. Mais quand vient le moment de mettre son bleu de travail, nous nous demandons parfois si le travail que nous occupons chaque jour a du sens face à la nécessité de construire une société respectueuse de l'environnement. Rassurez-vous, chacun d'entre nous peut insuffler un vent de renouveau au sein même de son entreprise ou de son usine, en mobilisant ses collègues et sa direction, en établissant ensemble des actions à mener à court, moyen et long terme.

  • La voiture propre n'existe pas, même électrique et son bilan écologique, en prenant en compte sa production, batterie comprise provoque une énorme pollution minière. Grosse émettrice de gaz à effet de serre, la construction des voitures électriques consomme aussi une très grande quantité de métaux : lithium, aluminium, cuivre, cobalt... le boom annoncé de la production de " véhicules propres " réjouit le secteur minier, l'un des plus pollueurs au monde, et promet un enfer aux populations des régions riches de ces matières premières.
    Acheter une voiture électrique aujourd'hui, c'est comme acheter un magnétoscope juste avant l'arrivée des DVD car entre obsolescence programmée et évolution extrêmement rapide de la technologie, les modèles électriques sont quasiment dépassés d'une année sur l'autre.
    De quoi faire chuter leur valeur résiduelle, et donc orienter les clients vers des leasing. Ceux-ci invitent à changer de voiture tous les trois ans, ce qui ternit encore le bilan écologique : plus de voitures fabriquées 0 = plus de pollution.

  • Le futur des espèces : comment les crypto-monnaies vont bouleverser la société Nouv.

    Le Bitcoin qui s'envole, Facebook qui lance sa crypto-monnaie Libra, les initiatives de monnaie locale... La monnaie se transforme et les innovations en monnaie digitale sont de plus en plus nombreuses. Mais comment s'y retrouver ? Quels sont les opportunités et risques de cette nouvelle économie? Quels sont ses enjeux ? L'Etat et les banques centrales vont-ils devoir évoluer et changer de rôle?
    Ce livre entend vulgariser les notions de la crypto-économie, afin d'en comprendre les tenants et aboutissants, d'analyser les évolutions sociétales qu'elle engendre, et ainsi se faire sa propre opinion sur ce que devrait être la monnaie et qui doit la gouverner.

  • Faut-il souhaiter la mort du capitalisme ? Cette question, sans cesse reposée à l'occasion de crises, a resurgi lors de l'épidémie de Covid-19 qui a révélé les limites du système hypermondialisé de nos sociétés. Fréquemment, en effet, le capitalisme suscite chez les experts de vifs débats, révélant un désamour pour ce système économique pourtant à l'origine d'un cycle de prospérité inédit dans l'histoire de l'humanité. Et jusqu'à aujourd'hui, le capitalisme a déjoué tous les pronostics annonçant sa fin.
    Pour mieux comprendre les passions contraires que ce système économique nourrit, cet ouvrage propose de revenir à son histoire longue, en s'appuyant sur les grands auteurs qui l'ont théorisé ou critiqué, afin de "dédramatiser" le problème économique. Cette prise de recul permet alors d'interroger ce que pourrait être le capitalisme demain et le rôle qu'il pourrait jouer dans la recréation d'un destin solidaire et commun. 

  • Chaque jour, je rencontre des personnes qui rêvent de lancer leur entreprise mais qui n'osent pas. Peur de se tromper, de ne pas y arriver, d'échouer. C'est pour elles que j'ai choisi de raconter tout ce que l'on ne m'a jamais expliqué, tout ce que j'ai dû apprendre sur le terrain, en trébuchant parfois, pour mieux me relever.
    Ce livre est celui que j'aurais aimé avoir entre les mains avant de commencer à entreprendre. Ici, je vous dévoile les coulisses de l'entrepreneuriat et vous livre les clés de votre réussite.
    Entrepreneur à succès, en Europe et aux États-Unis, Alexandre Mars est le fondateur de blisce/ et d'Epic, une start-up qui lutte pour changer la vie des jeunes défavorisés. Il a déjà publié La Révolution du partage.

  • L'automatisation, liée à l'économie des data, va déferler sur tous les secteurs de l'économie mondiale. Dans vingt ans, pas un n'aura été épargné. Les hommes politiques sont tétanisés par cette transformation imminente, qui va marquer le déclin de l'emploi - et donc du salariat. Faut-il s'en alarmer ? N'est-ce pas aussi une vraie bonne nouvelle ? Et si oui, à quelles conditions ?Dans un dialogue très politique et prospectif avec Ariel Kyrou, Bernard Stiegler s'emploie à penser le phénomène qui, nous entraînant dans un déséquilibre toujours plus grand, nous place au pied du mur. La question de la production de valeur et de sa redistribution hors salaire se pose à neuf : c'est toute notre économie qui est à reconstruire - et c'est l'occasion d'opérer une transition de la société consumériste (la nôtre, celle de la gabegie, de l'exploitation et du chômage) vers une société contributive fondée sur un revenu contributif dont le régime des intermittents du spectacle fournit la matrice.Cela suppose de repenser le travail de fond en comble pour le réinventer - comme production de différences redonnant son vrai sens à la richesse. Dans l'Anthropocène que domine l'entropie, et qui annonce la fin de la planète habitable, le travail réinventé doit annoncer et inaugurer l'ère du Néguanthropocène - où la néguentropie devient le critère de la valeur au service d'une toute autre économie.
     Bernard Stiegler est philosophe. Il vient de faire paraître La Société automatique, 1. L'avenir du travail (Fayard, 2015).Ariel Kyrou est essayiste, rédacteur en chef du site Culture Mobile. Son dernier livre, écrit avec Mounir Fatmi : Ceci n'est pas un blasphème (Dernière Marge/Actes Sud, 2015).

  • «  Je m'appelle Constant. Constant Bancelin. Ni homme, ni femme, P-DG. Ce soir, je mets un terme à ma vie telle que je la connais depuis bientôt quinze ans.
    J'ai bientôt trente-huit ans, et toutes mes dents. Ce détail anatomique n'a rien d'anodin si l'on prend en considération la vie que j'ai menée. Mon parcours, professionnel tout du moins, a été une bataille digne d'un combat de boxe. Si je suis aujourd'hui à la tête d'une entreprise employant plusieurs milliers de salariés dans le monde entier, cela n'est pas arrivé par hasard. Non, le succès n'arrive pas quand on ne l'attend pas  ; il arrive quand on va le chercher avec rage, avec conviction, avec une énergie inextinguible, quand on est prêt à tout, à tous les sacrifices pour l'obtenir. C'est ce que j'ai fait. J'ai tout sacrifié pour ma carrière et, jusqu'à aujourd'hui, j'en étais fière.
    Fière  ? Oui, je suis une femme. Mais, chut... Personne ne le sait dans mon entreprise. Ne soyez pas surpris, je vous l'ai dit, j'étais prête à tout pour réussir et c'est ce que j'ai fait. Quand j'ai commencé, mon identité de femme ne m'a jamais rien donné de bon, elle m'a même fait barrage, alors, pourquoi insister  ?  »
    Constance est une femme ambitieuse. Dès ses débuts, elle sait qu'elle veut diriger, devenir leader d'une grande entreprise de communication. Mais lorsqu'une promotion lui passe sous le nez parce qu'elle est une femme, tout vacille. Elle prend conscience que son genre est un obstacle et décide de tenter sa chance en tant qu'homme.
    A travers le parcours atypique de Constance, les lectrices sont amenées à comprendre les mécanismes des stéréotypes de genre dans l'entreprise et comment les dépasser.

  • Quand on parle de cinéma, on pense d'abord aux stars, aux histoires, aux décors... Mais derrière les films, il y a des studios ; et à l'origine de ces studios, des entrepreneurs. Certains furent d'abord des inventeurs, d'autres avant tout des hommes d'affaires. La plupart sont méconnus du grand public, même si leur nom a pu passer à la postérité en devenant celui de leur entreprise. Sylvain Bersinger nous invite à passer dans les coulisses du septième art pour suivre les trajectoires fabuleuses de ceux qui ont su faire de la machine à rêves un business florissant. Dans ce volume, partez à la rencontre des frères Lumière, de Walter Elias Disney, de Charles Pathé, de Léon Gaumont, des frères Warner (Warner Bros.), de Carl Laemmle (Universal Pictures), d'Adolph Zukor et Jesse L. Lasky (Paramount), de Marcus Loew, Samuel Goldwyn et Louis B. Mayer (Metro-Goldwyn-Mayer), de William Fox (Twentieth Century Fox), et, plus proches de nous, de Steven Spielberg, George Lucas et Luc Besson. Les entrepreneurs de légende du cinéma est le cinquième titre d'une série qui a débuté avec Les entrepreneurs de légende, suivi par Les entrepreneurs atypiques, Les entrepreneurs de légende français et Les entrepreneurs de légende, tome 2.

  • Cet ouvrage nous invite à revoir notre monde à travers la lecture de la Comédie Humaine et à redécouvrir Balzac dans des thèmes d’actualité, allant de l’économie à la société, en passant par la religion, l’éducation, la politique ou le féminisme.

  • « On ne lâche pas cet incroyable polar industriel » Les Échos
     
    « Fruit d'une très solide enquête, l'ouvrage qui se lit comme un roman, reconstitue avec verve et minutie ce fiasco barbouzard. » Libération
     
    « Une histoire digne des plus beaux films d'espionnage, un polar dans la réalité, une enquête fouillée, extrêmement documentée. » France Info
     
    « Une descente hallucinante au coeur d'une entreprise gangrenée par la paranoïa et des réseaux de pieds-nickelés. En refermant ce livre d'une efficacité redoutable, on ne sait plus plus s'il faut en rire ou en pleurer. » Challenges
     
    « Je lis ce livre avec la passion qu'on met à lire un polar, c'est une enquête stupéfiante ! » Michel Field, LCI
    Au cours des années Ghosn, Renault est devenu le théâtre des complots et des coups fourrés. On transporte un adolescent de nuit dans un coffre de voiture pour qu'il pirate les ordinateurs des employés, on fait croire à des ingénieurs qu'ils sont pourchassés par de sanguinaires Tchétchènes, on interroge un sous-traitant dans un faux commissariat. Des dizaines de salariés sont licenciés sur la base d'accusations farfelues. Et quand ça va mal, le patron sans scrupule n'hésite pas à sacrifier au sein de l'entreprise qu'il dirige tous ceux qui oeuvrent pour le servir.
     
    Automne 2018, coup de théâtre. Les salariés virés ont été réhabilités et c'est Carlos Ghosn qui croupit dans une cellule au Japon. Le seul à avoir détourné des fonds, c'est lui.
     
    Dans l'ombre, des hommes qu'il avait ciblés lors de l'affaire Renault sept ans plus tôt sourient. Ils ont aidé à précipiter sa chute...
     
    Fruit de trois ans d'enquête, Renault, nid d'espions offre une plongée hallucinante dans une entreprise mythique où les barbouzes manipulent les polytechniciens, où le patron le mieux payé de France ment aux Français et n'hésite pas à crucifier des collaborateurs devant 10 millions de téléspectateurs. Une histoire glaçante. Pourquoi ? Parce que tout est vrai.
     
    À propos de l'auteur  :
    MATTHIEU SUC a commencé sa carrière de journaliste aux édition départementales du Parisien, a collaboré à France-Soir puis au Monde. Depuis 2016, il travaille au pôle enquête de Mediapart. Après dix années passées à chroniques le fait divers en général et le grand banditisme en particulier, il se consacre désormais aux questions de renseignement et de terrorisme. Auteur de cinq livres, il a déjà publié aux éditions HarperCollins Les Espions de la terreur.

  • On a filmé les coulisses du cinéma !À la fin des années 1920, Antoine de Rouvre, riche héritier d'une fortune constituée dans le sucre, la finance et l'immobilier, passionné d'aventures et de cinéma, devine le potentiel du parlant et se lance dans la production. La saga Coficiné, qui deviendra plus tard Natixis Coficiné, commence par une participation en 1929 dans
    Atlantis, le premier film parlant européen, sur le naufrage du
    Titanic.
    Le livre retrace cette épopée de près d'un siècle et nous fait découvrir comment le cinéma français s'est structuré au fil du temps, développant son propre modèle, avec le CNC garant de l'indépendance de la création. Le récit nous emmène à la rencontre de producteurs aux personnalités flamboyantes qui ont fait le cinéma français et nous plonge dans les coulisses des tournages et du financement de films emblématiques.
    Banquier du 7e art depuis 40 ans, Didier Courtois Duverger a financé plus de 4 000 films et autant d'oeuvres audiovisuelles. Au fil de son parcours, il a accompagné plusieurs générations de producteurs et réalisateurs. En véritable historien, il nous ouvre ses archives et nous invite à un voyage inédit dans les coulisses d'une industrie spectaculaire.

  • « L'immobilier est un placement sans risque », « L'euro a fait grimper les prix », « À la retraite, le niveau de vie baisse »... Qui n'a pas entendu, au comptoir d'un café ou dans un dîner en ville, l'une des multiples idées reçues en économie, mantra qu'on accepte en hochant la tête. Parce qu'on ne sait pas en fait quoi penser, quoi répondre et comment contredire. François Lenglet, le pédagogue de l'économie
    pour tous, nous explique ici comment démonter ces poncifs, dont les libéraux sont victimes tout comme les anti-libéraux. Car l'économie n'est pas une science exacte : il n'y a pas de lois dans ce domaine, mais des rapports de force, ou des modes amplifi ées par le vacarme médiatique. Des bulles qu'il faut savoir dégonfler.


  • Enquête dans les coulisses de la " machine à vendre "

    En vingt-cinq années de croissance vorace, le petit libraire en ligne de Seattle s'est hissé au sommet du commerce mondial. Son fondateur visionnaire, Jeff Bezos, est aujourd'hui l'homme le plus riche de la planète. L'un des plus redoutés aussi.
    Tel un gourou, il dirige ses 600 000 employés sans état d'âme, érigeant ses redoutables méthodes de management en nouvelle religion.
    Ses ambitions sont sans limites. Déjà maître de nos données personnelles, il veut transformer nos vies. Souvent à notre insu : Amazon investit des milliards de dollars dans l'intelligence artificielle, la robotique, les drones, la sécurité, la santé, et même la conquête spatiale.
    Trois années d'une enquête inédite à travers le monde ont permis à Benoît Berthelot de percer à jour les rouages les plus secrets de la galaxie Amazon.
    Des plus proches collaborateurs de Jeff Bezos aux ouvriers des entrepôts en passant par des ingénieurs (très) haut placés, il a rencontré plus de 150 salariés de l'entreprise, d'habitude tenus au silence, qui lui ont confié des documents exclusifs et confidentiels.
    Le puzzle, une fois assemblé, dessine le portrait d'un empire tentaculaire et hors de contrôle, un projet de société vertigineux que seuls les consommateurs pourront peut-être remettre en question.

  • ** Business Book of the Year 2020, décerné par le Financial Times et McKinsey ***Phénomène social et culturel,  Instagram est la pépite des réseaux sociaux.  Créée en 2010 par Kevin Systrom et Mike Krieger, l'appli a été rachetée  par Facebook à peine deux ans plus tard, pour la somme historique  d'1 milliard de dollars.
    Cette histoire de succès et de croissance fulgurante est aussi celle de la  jalousie de Mark Zuckerberg, de la compétition avec Twitter et Snapchat,  des stratégies de l'équipe Instagram pour garder sa vision et son indépendance.
    Sarah Frier, journaliste experte des médias sociaux, a mené une  enquête  exclusive  qui s'appuie sur de nombreux échanges avec les fondateurs  d'Instagram, des employés, des investisseurs, mais aussi des concurrents  et des influenceurs du monde entier. Elle y dévoile les dessous de la  création de l'appli, des premiers filtres aux stories, et y montre comment  Instagram a profondément changé la manière dont nous photographions,  mais aussi dont nous voyageons, communiquons ou mangeons.
    Le Monde  - "Une enquête explorant les coulisses du rachat d'Instagram par Facebook, fondée sur les nombreux témoignages. Le livre décrit également la perte d'indépendance progressive des équipes d'Instagram chez Facebook, jusqu'au départ, fin 2018, des deux créateurs, en conflit avec Zuckerberg." 
    Les Echos  - "Raconter «  la vraie histoire  » du rachat d'Instagram par Facebook  : c'est l'objet du livre de Sarah Frier - journaliste chez Bloomberg - où l'on mesure le degré de jalousie de Mark Zuckerberg à l'égard de ce concurrent à la croissance insolente." 
    Le nouvel Economiste  - "Instagram, c'est avant tout une histoire d'envie et de jalousie. Celle de Zuckerberg, agacé par le succès de l'appli de partage de photos. En apparence, cela peut sembler être un mariage parfait. Mais, comme le découvre Sarah Frier dans `Instagram sans Filtre', un livre particulièrement inspiré, "comme dans la plupart des familles, il y a eu un drame"... 
    The New York Times  - "Instagram a façonné toutes nos vies. C'est bien plus qu'une histoire d'affaires ; c'est une histoire de culture, de gloire et, en fin de compte de connexion humaine. Sarah Frier couvre ceux dont la vie a été la plus transformée par l'application, vous conduisant à des endroits que vous n'attendez jamais".
    Le Figaro  :  «  riche et passionnante enquête  »
    Vanity Fair  :  « Extrêmement bien documenté et magnifiquement écrit » 
    The New York Times  :  Instagram sans filtre « allie un travail de documentation phénoménal  à une narration explosive qui décortique la manière dont Instagram a façonné  nos vies, que vous utilisiez l'appli ou non » 

  • Cahiers français ; quel tourisme apres la pandémie ? Nouv.

    Secteur clé de l'économie française, le tourisme a connu des évolutions notables ces dernières années liées en particulier à la croissance des usages du numérique et à la prise en compte des exigences écologiques. L'usage massif des plateformes de réservation en ligne (AirBnb, booking...) est venu bousculer la place traditionnelle des acteurs (hôteliers, tour operateurs) tandis que les préoccupations environnementales viennent remettre en cause le modèle du tourisme de masse. La crise profonde liée à la pandémie de Covid-19 qui touche tout particulièrement le secteur annonce-t-elle une accélération de ces changements ?

  • DANS LES COULISSES DES SUCCÈS DE L'INTELLIGENCE ARTIFICIELLE
    Tout le monde aujourd'hui parle de l'intelligence artificielle (IA). Fascinante pour certains, inquiétante pour d'autres, cette technologie véhicule de nombreux fantasmes. Souvent abordée sous l'angle exclusivement philosophique ou technique, elle l'est peu sous celui de ses bénéfices réels. Et pourtant, dans les domaines de la santé, de l'environnement, de l'assurance, de l'énergie, ses usages se révèlent plus que prometteurs. Qu'apporte-t-elle concrètement ? Comment les technologies d'IA sont-elles conçues, choisies, déployées, apprivoisées, améliorées ? Quelles sont les clés des projets d'IA réussis, positifs pour les usagers et pour l'organisation qui les met en oeuvre ?
    Pour répondre à ces questions, l'auteur est allé à la rencontre de celles et ceux qui sont en prise au quotidien avec la réalité de l'IA : start-up, entreprises, institutions ou associations. Au travers d'une large sélection de cas d'usages, de retours d'expérience, de bonnes pratiques et de courtes fictions, cet ouvrage propose une véritable immersion dans la réalité de l'IA et permettra au lecteur d'appréhender tous les possibles qu'elle ouvre :


    Découvrir une grande diversité d'applications concrètes de l'IA.
     

    Avoir accès aux points de vue et recommandations des acteurs qui conçoivent et déploient l'IA dans l'entreprise, la recherche, les ONG (Implicity, Hôpital Fondation Rothschild, Incepto, Société Générale, Dathena, Microsoft France, EDF, Namr, Atlan Space, Energiency, Tunnel Lab Bouygues, BlueCargo, Scortex, Saagie, Health Data Hub, IBM, institut PRAIRIE, ONU).
     

    Maîtriser les enjeux des projets structurants de l'écosystème IA en France et en Europe.

  • Retour sur la chute vertigineuse de Carlos Ghosn, de sa prise de fonction comme PDG de Renault- Nissan à son arrestation en 2018
    Avant de devenir le héros d'une évasion rocambolesque, Carlos Ghosn a été le patron tout-puissant d'un des plus grands groupes automobiles, Renault-Nissan, jusqu'à ce jour de novembre 2018, où il est soudainement arrêté par la justice japonaise sur le tarmac d'une aéroport. Comment en est-il arrivé là ? Qu'est-ce qui se cache derrière cette chute vertigineuse?
    Au fil d'une enquête foisonnante, Benjamin Cuq montre que les 15 années de Carlos Ghosn à la tête de Renault-Nissan ont été un échec cuisant à tous points de vue, industriel, économique, et social. On y découvre un homme mégalomane, aveuglé par le gain et la réussite, et que rien ne peut arrêter quand il s'agit d'atteindre les sommets. Un homme qui sera finalement rattrapé par son "hybris" et ses frasques financières, alors que commencera "l'affaire Carlos Ghosn" qui n'est pas prêt d'être terminée...

  • "En portant leur duel fratricide du terrain des affaires sur celui des arts, les milliardaires Bernard Arnault et François Pinault sont devenus mécènes.

    Donations, fondation, musées, collections largement ouvertes au public témoignent de leur contribution. En retour, l'art a anobli leurs affaires, dopé leurs bénéfices, sculpté leur statue. Renforcé aussi leur volonté de décrocher le titre de nouveaux Médicis. 
    Le soleil de cette philanthropie a pourtant sa part d'ombre. Déclaration d'amour de Bernard Arnault à l'art contemporain, la Fondation Vuitton est aussi un formidable outil marketing. Ce « cadeau aux Parisiens » et sa collection profitent d'abord au premier groupe mondial du luxe, avec un retour sur image inouï. 
    Ami et promoteur d'artistes d'avant-garde, François Pinault est un grand collectionneur. Mais pourquoi ce refus obstiné de créer une fondation pour sa collection ? La Bourse de Commerce est-elle le musée d'un passionné ou la vitrine d'un homme d'affaires, parfait connaisseur du marché de l'art ?
    Dans un pays détestant la réussite et l'argent des autres, mais avec un État sans discours et sans moyens, l'affrontement des deux milliardaires a ouvert leurs concitoyens à la création contemporaine. Mais il révèle aussi les ambiguïtés de ce nouveau mécénat."

  • Fondateur de 1083, Thomas Huriez ne fait rien comme tout le monde. Alors que la fast fashion fabrique ses vêtements à l'autre bout du monde, il relance l'activité textile de Romans-sur-Isère dans la Drôme. Quand les enseignes poussent à la surconsommation, il refuse les soldes et fabrique en France des jeans 100 % bio et recyclés.
    Et ça marche ! 1083 préfigure une nouvelle génération d'entreprises à même de valoriser le made in France, les circuits courts et l'économie circulaire.
    De l'étudiant à l'entrepreneur, du travailleur au consommateur, du citoyen au politique, nous sommes tous concernés par les problématiques environnementales car les solutions de demain seront nécessairement collectives.
    Enrichi par les contributions d'entrepreneurs et d'experts impliqués dans cette nouvelle économie circulaire, ce livre est nourri de partages d'expériences, de réflexions et de bonnes pratiques. Il est à la fois un témoignage et une source d'inspiration pour celles et ceux qui veulent entreprendre, travailler, ou tout simplement consommer, avec sens et succès, dans le respect des hommes et de l'environnement.

  • Le grand plan de développement de lénergie éolienne en France va-t-il tourner au naufrage?? Tout semble lannoncer. Des doutes de plus en plus forts et justifiés entourent ce choix énergétique qui répond essentiellement à des considérations politiques. Dans toutes les régions de France se manifeste une opposition croissante de la part des riverains contre les éoliennes qui menacent leur environnement et leur santé, mais aussi des Français en général, révoltés par le saccage de leurs paysages et le gaspillage des denier publics.
    Trompeusement paré de toutes les vertus écologiques, le développement en France des éoliennes, destructrices du patrimoine et de notre potentiel touristique, nobéit à aucune logique climatique ou économique. Il donne lieu à des montages financiers souvent opaques qui ne profitent quà un petit nombre dinitiés, alors que cest lensemble des Français qui, par leurs impôts et les taxes perçues sur les factures délectricité, supportent le coût insensé de cette politique irresponsable.
    Il est plus que temps de renoncer à cette utopie écologique qui ne correspond ni aux spécificités de la France en matière de paysages, ni à son modèle énergétique, et qui nous conduit collectivement vers un désastre culturel, environnemental, sanitaire et financier sans précédent.

  • Le scandale Facebook/Cambridge Analytica a révélé le vrai visage des réseaux sociaux. Derrière la façade charmante de milliers d'amis et de petits pouces bleus se cachent en réalité des fléaux que l'on a malheureusement laissé s'installer : la haine, l'exploitation des données personnelles, les fausses nouvelles, la cybercriminalité et l'addiction.
    Faut-il pour autant quitter Facebook, YouTube, Twitter, Instagram ou Snapchat ? Pas si simple... Car ces plateformes sont devenues indispensables à la vie économique et démocratique. Et si la solution était de mieux les connaître pour mieux les pratiquer ? Comment adopter une bonne « hygiène numérique » ? Faut-il un « permis de conduire » pour les réseaux sociaux ? Le nouveau règlement européen RGPD est-il la solution à tous les maux ? Cet ouvrage décrypte les dangers existants et propose une réflexion sur ces outils qui révolutionnent les relations humaines.
    Préface de Jean-Gabriel Ganascia, informaticien et philosophe, professeur à la faculté des sciences de Sorbonne Université, président du Comité d'éthique du CNRS.

empty