Comédie

  • Edition enrichie (Préface, notes, commentaires, bibliographie, biographie)
    « Lucienne. Enfin, Monsieur, pour qui me prenez-vous ?
    Je suis une honnête femme.
    Pontagnac. Ah ! Tant mieux ! J'adore les honnêtes femmes ! »
    Pontagnac, le « dragueur » malheureux, sera finalement le dindon de la farce. C'est d'ailleurs un brave garçon, qui ne trompe jamais sa femme sans la plaindre. Et qui ne perd jamais la tête : il suit les dames dans la rue, mais s'il pénètre derrière elles dans les pâtisseries, il les attend sagement à la porte des bijouteries. Quant à Vatelin, le mari de Lucienne, il risque de payer fort cher une vieille entorse à la fidélité conjugale, laquelle entorse refait brusquement surface en la personne de Maggy, une joyeuse fofolle anglaise... Un troisième larron, rival de Pontagnac, vient encore compliquer la situation.
    Et  voilà la mécanique en marche, « sans que s'affole un seul rouage, sans que saute un seul ressort », comme dit Jean Richepin. Le 3 mars 1951, à vingt heures trente, le théâtre de Feydeau connaît la consécration suprême : il entre enfin au répertoire de la Comédie-Française, avec, justement, Le Dindon.
    Préface, commentaires et notes par Henry Gidel.   

  • Edition enrichie (Préface, notes, biographie et bibliographie)
    Lorsque Raymonde Chandebise découvre, dans un colis adressé à son mari, une paire de bretelles oubliée dans un hôtel peu fréquentable, elle le soupçonne immédiatement d'adultère. Elle décide de lui tendre un piège et, avec la complicité de son amie Lucienne, lui donne rendez-vous anonymement dans ce même hôtel. L'époux de Lucienne tombe par hasard sur la missive et, reconnaissant l'écriture de sa femme, imagine à son tour être trompé. Quant à Chandebise, il envoie son ami Tournel au rendez-vous. Tout ce beau monde se retrouve donc à l'hôtel du Minet-Galant, à Montretout, où travaille Poche, un garçon d'étage sosie de Chandebise...
    Dans ce vaudeville aux mille éclats, quiproquos, stratagèmes et mensonges se succèdent à toute allure et Feydeau démontre, une fois de plus, toute l'ampleur de son génie comique.Édition de Violaine Heyraud.

  • 'Quoi? un essaim de femmes au coeur frêle,
    parler au peuple? et comment feront-elles?'

    Sur une place de l'Athènes antique, au petit matin, plusieurs femmes vêtues en hommes se réunissent. Secrètement, à l'abri des regards masculins, elles forment un plan : ce sont elles, désormais, qui seront à la tête de l'illustre cité et qui recomposeront à leur gré un modèle de société où elles jouissent de droits neufs...

    Satire politique habillée de grivoiseries, cette pièce est l'une des plus réjouissantes de la comédie grecque antique.

  • La marquise
    Dorante, on nous quitte donc tous deux?

    Dorante
    Vous le voyez, Madame.

    La marquise
    N'imaginez-vous rien à faire dans cette occasion-ci?

    Dorante
    Non ; je ne vois plus rien à tenter, on nous quitte sans retour. Que nous étions mal assortis, Marquise ! Eh pourquoi n'est-ce pas vous que j'aime?

    La marquise
    Eh bien, Dorante, tâchez de m'aimer.

    (Acte I, scène VIII)

  • Catharina refuse haut et fort de se soumettre à l'autorité de son père et au carcan de la société, s'attirant ainsi les foudres de toute la ville de Padoue. Sa jeune soeur, la douce et docile Bianca, est entourée d'une foule de prétendants. Mais leur père est intraitable, il ne mariera la cadette que lorsque l'aînée aura trouvé un époux. Les galants redoublent alors de stratagèmes pour parvenir à leurs fins. Quand l'audacieux Petruchio décide d'apprivoiser la jeune « mégère », cette virevoltante comédie prend un tournant inattendu.

  • En novembre 1659, l'énorme succès des Précieuses ridicules surprend Molière. Le public plébiscite son génie comique. Il découvre alors que son théâtre dispose d'une matière inépuisable : la satire des moeurs de l'époque, ses excès, ses vices, ses ridicules qui sont d'ailleurs intemporels. Mais il ne sait pas encore que les manières prétentieuses de Cathos et Magdelon, ces deux êtres dévorés de snobisme et de mondanité, ne quitteront jamais le répertoire. La farce joue aujourd'hui encore de ses stratagèmes et de ses déguisements, et s'incarne dans des gens que l'on croise tous les jours.

  • ÉTIENNE
    Je voulais justement te demander un service ; or, il découle tout seul de la situation.
    MARCEL, empressé.
    Ah ! parle ! quoi ?
    ÉTIENNE
    Eh bien, voilà ! Tu sais entre nous combien je tiens à Amélie... Ah ! si j'avais pu l'emmener avec moi là-bas !... Mais j'ai réfléchi qu'une ville de garnison... avec des supérieurs hiérarchiques, quand on a une jolie maîtresse... c'est pas prudent ! [...] Mon vieux, il n'y a que toi ! Toi, tu es mon meilleur ami ; j'ai confiance en toi comme en moi-même ; Amélie te porte de l'affection... Eh bien ! rends-moi ce service : pendant que je ne serai pas là... (très scandé) occupe-toi d'Amélie !
    (Acte I, scène XVI)

  • Edition enrichie (Présentation, notes, dossier, repères chronologiques, bibliographie)
    Éraste et Julie s'aiment tendrement, mais Oronte, le père de la jeune femme, a d'autres ambitions pour sa fille. Il la destine à Monsieur de Pourceaugnac, un gentilhomme de Limoges. Les deux amants usent alors de tous les stratagèmes pour se débarrasser du prétendant, qui se voit livré tour à tour à des médecins, des gardes suisses, des avocats ; menacé de lavement et accusé de polygamie... Créée en 1669, cette comédie-ballet, considérée comme l'une des plus cruelles de Molière, reprend les grands thèmes qui traversent son oeuvre : le mariage forcé, l'argent et la maladie.
    Édition de Céline Paringaux.

  • Édition présentée et commentée par Jacqueline Sudaka-Bénazéraf, professeur au lycée Buffon (Paris).
    Infortuné Monsieur Jourdain, égaré par son absurde vanité, sa prétention, son snobisme dévorant. Moqué, berné, il s'est livré à ses maîtres d'armes, de danse ou de philosophie... Des canailles ! Au grand désespoir de sa femme, il affole ses gens par ses déguisements, s'entiche d'une comtesse, refuse un charmant roturier à sa fille car il rêve de la donner en mariage au grand Turc...
    Le miracle est que le génie de Molière transforme en chef-d'oeuvre cette comédie-ballet écrite à la diable et Monsieur Jourdain en figure éternellement vivante.
    Lire avec le texte intégral et la préface

    Comprendre avec Les clés de l'oeuvre

    22 pages pour aller à l'essentiel

    47 pages pour approfondir

  • Mick, hypocondriaque notoire, comble son vide existentiel par tous les moyens : soirées, sport, sexe, histoires d'amour plus ou moins chaotiques...
    Ecrivain raté qui ne parvient pas à publier, il se prétend heureux d'avoir « trois femmes dans sa vie ». Dans une société où il ne trouve pas sa place et dont le seul remède est de fuir l'ennui, la mort, et sa mère... Comment supporter l'indifférence de celle dont il est amoureux fou ?
    Auteur à succès né en plein vol entre la Mer du Labrador et les iles d'Ammassalik du Groënland, Mick Anome écrit à la rafle, sans filtre, avec un humour déjanté et une franchise ravageuse. En mettant à nu un journal intime qu'il ferait mieux de taire (surtout en Corse), il trouve un moyen hors du commun de parler de nos rapports humains. Retour sur une année 2011 haute en couleur : Tout y est !

  • Un nouveau départ

    Antoine Rault

    Le soir de Noël, Catherine, fière de sa réussite professionnelle, trouve devant sa porte un SDF qui, pour sa part, ne croit plus en grand-chose. Par provocation envers sa fille, une adolescente qui lui assène qu'elle n'a pas de coeur, elle décide d'inviter ce SDF, Michel, à partager leur dîner de Noël.Cet homme va bouleverser leur existence.Antoine Rault signe une comédie romantique, une histoire à la fois drôle, tendre et optimiste. Une aventure inattendue aux personnages profondément attachants.

  • Un renouvellement audacieux de la comédie satirique : dans Le contrat du siècle, Bernard Lecherbonnier croque et met en scène la société au pouvoir dans les sphères des médias, de la politique du spectacle. En ressort une évocation décalée, subversive, de l'élite qui gambade avec allégresse et insouciance dans le champ de ses aimables turpitudes.
    Richard, éditeur, est prêt à tout pour publier les Mémoires du héros à la mode, un colonel, spationaute, coqueluche des médias. Le colonel pose deux conditions à l'éditeur. D'une part, qu'il publie le roman de sa petite amie comédienne, Alix. D'autre part, qu'il fasse une cour pressante à sa femme, une célèbre avocate Ursula, pour la compromettre... Mais naturellement rien ne se passera comme prévu. Une fois déclenchés, les chassés-croisés amoureux, les arrangements entre amis ne vont plus s'arrêter. Rebondissements inattendus et cocasses vont s'enchaîner.

  • Voici deux pièces conçues pour être jouées par les enfants. Quand Les jouets se font la malle (pièce pour les 5 - 9 ans), les enfants décident de les retrouver. Ils vont alors découvrir dans la forêt magique que tout peut devenir possible si l'on croit fortement en soi. Depuis qu'Aglaé la sorcière (pièce pour les 7 - 13 ans) a épilé sa moustache, la pendule remonte le temps et aucun habitant n'échappe à la malédiction qui s'est abattue sur le village. Ce conte nous rappelle que la solidarité peut vaincre bien des dangers. Ces textes véhiculent des messages qui peuvent déboucher sur un travail plus approfondi en classe.

  • Un voyage dans les coulisses du théâtre...
    Une tragédienne étrangère tombe amoureuse du pays catalan, de la Méditerranée. Elle pose ses valises. Mais jouer la tragédie sous le soleil, ça ne passe pas.
    Que faire alors ?
    Se transformer en comique ! Cela parait une tâche impossible pour cette femme « née » tragédienne. Jusqu'où ira-t-elle ?
    Harcelée par son Surmoi, son exigeant censeur intérieur, et nostalgique des drames sanglants sur les planches, va-t-elle enfin trouver le rôle de sa vie sous le soleil ? Il y a des obstacles ! Mais elle, terrifiée par un retour dans son froid natal, est motivée, prête à tout...
    Hanna Fiedrich vit dans le sud de la France.
    « Faux rire, incapable ! » est à l'origine une pièce qu'elle a écrite pour le théâtre et interprétée avec comme nom à l'affiche « Sous le soleil de Frieda ».

  • Tout commence par une journée somme toute banale. Une jeune fille vissée à son smartphone atteint un abribus où est assis un vieil homme tenant un petit paquet marron. Jusque-là, rien de très extraordinaire dans le récit d'une jeunette connectée et d'un septuagénaire esquinté attendant le même bus. C'était sans compter l'arrivée d'Hugo-Jean, un homme plutôt sûr de lui (et de sa langue française), qui se hérisse face à la jeune Josie qui use d'anglicismes et qui ne parvient jamais à prononcer le prénom du vieillard : Grindelwald. De ce point de départ, découle une aventure où se croisent des personnages (fleuriste dans la fleur de l'âge, pantin patenté) qui ne se seraient jamais côtoyés s'ils n'avaient pas eu l'idée saugrenue de prendre la ligne 4 ce matin-là.

  • Un jeune Corse arrive sur Paris pour y suivre ses études, mais très vite, il se retrouve dans une situation d'échec, sans argent. Pour ne pas être exclu de cette société qui le nourrit d'espoirs, il joue dans les bars, fréquente les femmes aisées de la capitale et squatte la chapelle de la Sorbonne. Seul et unique refuge pour lui, il y invite des étudiantes pour y assouvir ses appétits sexuels et en tirer profit... Frontière entre l'imaginaire et le réel, dans un Paris débordé par les manifestations étudiantes, « l'amour » des femmes n'est-il pas un moyen de remédier à l'échec social, sous la forme d'une sexualité brutale, avec, au fond, le profond désir de trouver l'amour d'une seule, sans jamais y parvenir ?
    « Mme Lavergne, qui non seulement l'hébergeait, le nourrissait, et elle voulait en avoir pour son argent. Ange-Alil tenta de simuler une migraine, mais la bourgeoise, expérimentée, s'empressa de lui donner de l'aspirine : "Viens mon voyou ! Viens voir Mme Bonbon !" »
    Maxime Jal-Orsatelli est né en 1981 à Bastia. Diplômé de Lettres modernes de l'université Paris III, Sorbonne Gigolo est son premier roman, publié à l'âge de 29 ans. Comédie dramatique, roman sentimental ou intrigue érotique ? L'histoire et le style en font un livre original.

  • Ici réunies en un même volume, les pièces Coco et Sissi explorent avec justesse, fougue et humour les grandes questions qui traversent la vie des femmes: la sexualité, l'amour, le corps, la maternité, la mort. Pour Coco et Sissi, l'amitié entre femmes ouvre un espace de liberté où peuvent se dire les désirs les plus rebelles face aux discours dominants.

    -

    À la suite d'un tragique événement, quatre jeunes femmes à l'aube de la trentaine se réunissent dans une maison de campagne. Aussi franches que différentes, elles plongent dans leurs souvenirs, de la naissance de leur amitié à leur découverte de l'amour, de la sexualité et de la vie. Coco est une comédie dramatique qui se penche ouvertement sur les désirs et désillusions des jeunes femmes envers les relations amoureuses, l'image corporelle, l'orientation sexuelle et la maternité. Au fil des ans, sans s'en apercevoir, ces amies ont tissé entre elles des liens plus solides que l'amour, qui survivent au-delà de la mort.

    Il y a des gens qui sont bien dans leur déni. Ils en ont besoin, ils en mangent, ils couchent avec, c'est leur mode de vie, c'est ce qui les empêche de se pitcher devant le métro tous les jours, OK ? - Coco

    -

    Jeune Québécoise d'origine égyptienne, Sissi, mère d'un jeune garçon, cherche à réinventer son quotidien en rencontrant d'autres mères. Elle se lie ainsi d'amitié avec sa voisine Marilyne, dont elle admire la désinvolture, ainsi qu'avec son conjoint Jérémie, tous deux parents d'un jeune garçon. Jusqu'à ce que se confondent réalité et fantasme... Sissi, c'est l'histoire d'une jeune femme déchirée entre les valeurs de sa culture d'origine - qu'elle juge trop conservatrice - et celles de sa culture d'adoption, qu'elle a tendance à idéaliser. Entre son besoin de soutien et d'entraide, sa quête obsessive d'affranchissement et sa redéfinition de la famille, du couple et de la fidélité, fleurit une pièce à la fois drôle et déstabilisante.

    J'aime tellement les gens. Je trouve que les gens sont tellement touchants et beaux. Des fois je voudrais faire l'amour à tout le monde. Tout le monde qui est pas comme moi. Scuse j'ai la bouche sèche. - Sissi

  • LE CRITIQUE, bombant le torse. - Grâce à mon expérience, je pourrais vous faire accéder à une certaine notoriété. Votre art est robuste. Il ne lui manque que de la reconnaissance. Vous avez une audace et une détermination portées au plus haut de la réflexion. Je vous ferais entrer dans l'Olympe, que dis-je ! dans l'incontournablissime Palazza Cornuto. A côté de vous, les chefs-d'oeuvre de la rancissure vont pâlir, les plus illustres mécènes de la tartignollade affluer pour spéculer sur des murs que vous n'aurez même pas encore blanchis. (Un temps. Il prend une pose méditative.) Vous savez que la couleur de ces murs vous va très bien au teint. Comme ça, sans rien dire, vous apparaissez dans une pâleur étrange, complice, une pâleur significative. Vous dégagez je ne sais quel abandon mystérieux. On vous sent vraiment autre part, vous semblez avoir atteint quelque chose. A votre âge, c'est considérable.
    ... une brève comédie de moeurs modernes qui conserve de la farce les jeux de mots, les quiproquos, la grivoiserie obscène, l'énormité bouffonne. Autant dire un divertissement pour amateurs de jeux de massacre qui se délectent, en complicité avec l'auteur, à voir tomber les masques. - Françoise Donadieu

  • Décryptez l'univers de Molière en moins d'une heure !
    Dramaturge novateur, Molière laisse une empreinte indélébile sur l'histoire des lettres françaises : c'est de sa plume que naît la comédie de caractère. Pourtant, au rire, et donc à la comédie, il s'y adonne par défaut, incapable de s'imposer dans le registre tragique, qui tient alors le haut du pavé. Mais de genre méprisé et jugé par trop populaire, la comédie acquiert, grâce à lui, une dignité nouvelle qui lui vaut même d'être qualifiée de « grande ». C'est que sa recette est inédite : alliant au rire une dimension satirique, didactique et moralisatrice, il parvient à amuser son public tout en l'édifiant. 
    Ce livre vous permettra d'en savoir plus sur :
    Le contexte politique et culturel dans lequel Molière s'inscritLa vie de l'écrivain et son parcoursLes caractéristiques et spécificités de ses oeuvres Une sélection d'oeuvres-clés de MolièreSon impact dans l'histoire littéraireLe mot de l'éditeur :
    « Dans ce numéro de la série 50MINUTES | Écrivains, Faustine Bigeast nous plonge dans l'univers truculent de Molière. Après une présentation complète de sa vie et de sa carrière, depuis la création de l'Illustre Théâtre jusqu'aux planches de l'Hôtel de Bourgogne, l'auteure nous livre toutes les clés de son succès. Mais elle analyse également trois de ses plus grands chefs-d'oeuvre : Les Précieuses ridicules, Le Misanthrope et Le Malade imaginaire. » Stéphanie Felten
    À PROPOS DE LA SÉRIE 50MINUTES | Écrivains
    La série « Écrivains » de la collection 50MINUTES aborde plus de cinquante écrivains qui ont profondément marqué l'histoire littéraire, du Moyen Âge à nos jours. Chaque livre a été conçu à la fois pour les passionnés de littérature et pour les amateurs curieux d'en savoir davantage en peu de temps. Nos auteurs analysent avec précision quelques-unes des oeuvres des plus grands écrivains français et étrangers.

  • Rude journée pour Euloge Balcourt, président de la République française encore quelques jours. Après deux mandats, il va transmettre le flambeau à Justin Carnot qu'il reçoit ce soir avec sa femme. Entre son ancienne maîtresse, désormais ambassadrice du San Taurros, petit pays d'Amérique du Sud, venue pour se venger et le tuer, sa fille cachée, sa maîtresse actuelle qui le harcèle au téléphone, sa femme étourdissante et sa domestique obsédée par l'armée, le pauvre Euloge a bien du fil à retordre avec ses petites cailles.
    De plus, comme le veut la tradition, il doit remettre ce soir à son successeur la médaille qui comporte les codes nucléaires. Médaille qui a mystérieusement disparu...
    Toute ressemblance avec des présidents de la République existants ou ayant existé ne serait pas totalement fortuite... Jubilatoire !

  • D'ordinaire si paisible, Saint-Rouffignac est en ébullition. Des parisiens venus s'installer dans la commune, ne supportent ni le chant du coq le matin, ni les cloches qui sonnent, ni les odeurs de la campagne. Ils ne sont pas les seuls à avoir signé la pétition qui met en colère Madeleine Pichet, maire du village. Pierre-Henri de Montalembert et sa femme Agrippine voudraient bien mettre au pas ces villageois têtus, mais ils devront compter avec Denise. La paysanne acariâtre qui cache une profonde blessure, n'est pas décidée à se laisser faire. Tout ce petit monde vient régler ses comptes dans le bistrot de Georgette qui aspire pourtant au calme et voudrait bien prendre sa retraite...

  • Monter Antigone aujourd'hui, pour un metteur en scène, c'est d'abord rendre hommage au théâtre, croire que l'harmonie existe et que la parole peut vaincre la violence. Mais lorsque les comédiens décident de (re)prendre le pouvoir, Antigone peut aussi se transformer en véritable calvaire pour le metteur en scène. Mise en scène, direction d'acteurs, distribution des rôles, fabrication des décors, confection des costumes, choix des musiques, conception du tract... de la première répétition au spectacle final, venez découvrir le travail d'une troupe de théâtre amateur qui a décidé de s'emparer d'un des piliers fondateurs du théâtre et de proposer sa vision d'Antigone... enfin presque !

empty