Albin Michel

  • « Mon ami Serge a acheté un tableau. C'est une toile d'environ un mètre soixante sur un mètre vingt, peinte en blanc. Le fond est blanc et si on cligne des yeux, on peut apercevoir de fins liserés blancs transversaux. Mon ami Serge est un ami depuis longtemps. »

  • Edmond

    Alexis Michalik

    Coquelin : Alors, votre pièce ? Comédie ? Tragédie ?
    Edmond : Tragédie (regard noir de Coquelin). Comédie.
    Coquelin : Mon rôle ?
    Edmond : Un... poète. Fin bretteur. Avec un grand... Nez.
    Coquelin : Un grand... nez ?
    Edmond : énorme.
    Après l'échec de La princesse lointaine, ruiné, endetté, Edmond tente de convaincre le grand acteur Coquelin de jouer dans sa prochaine pièce. Une comédie héroïque, en vers, dont il n'a pas écrit une ligne. Pour l'instant, il n'a que le titre : Cyrano de Bergerac.
    Alexis Michalik est l'un des dramaturges les plus talentueux de sa génération. Après le succès du Porteur d'histoire et du Cercle des illusionnistes, couronnés par deux Molières, il s'attaque, avec un humour et une imagination jubilatoires, à ce monument du théâtre français, et nous plonge au coeur de la création du chef-d'oeuvre d'Edmond Rostand.

  • Juillet 1944: Chartres vient tout juste d'être libérée de l'Occupation allemande. Dans la famille Giraud, on est coiffeur de père en fils, et c'est donc Pierre qui a dû reprendre le salon « hommes » de son père, mort dans un camps de travail un an plus tôt. Marie, sa mère, héroïne de la Résistance française, s'occupe quant à elle du salon « femmes », mais se charge également de rabattre quelques clientes vers son fils, pour se prêter à une activité tout à fait particulière...Tout est dans l'ordre des choses, jusqu'à ce que Lise entre dans leur vie.
    Philippe Daguerre est l'auteur de pièces à succès, dont Monsieur Hoffmann, récompensé par quatre Molières en 2018, et La famille Ortiz, Etoile d'or du Parisien de la Meilleure pièce 2019.

  • Pour la première fois, voici réuni le théâtre complet d'Alexandro Jodorowsky : École de ventriloques, Trois vieilles, Un rêve sans fin, Le Gorille, Hypermarché, Zarathoustra... Pour celui qui a fondé avec Arrabal l'idée du « théâtre panique », il est essentiel de parvenir à représenter un théâtre apte à créer un affrontement avec soi-même. « Au moment d'écrire, je me suis toujours posé la question suivante : qu'ai-je à dire, comme dernières paroles ? Les réponses qui me sont venues ont toutes à voir avec cet éternel recommencement... Le théâtre authentique aborde en effet nos grandes interrogations et les conduit vers une catharsis positive. Ce théâtre veut résoudre le dilemme originel de l'être humain, son incertitude, sa faiblesse et ses terreurs fondamentales afin que, portés à la conscience, ils deviennent certitude, assurance, force et compassion. » Traduites et adaptées de l'espagnol par son fils, Brontis Jodorowsky, ces pièces donnent une vision d'ensemble sur cet artiste multiforme dont le film, La Danza de la realidad, a été un succès international.

  • Une séparation

    Véronique Olmi

    « Cela va vite, une séparation. Il suffit d'un mot pour défaire des mois, des années d'amour, c'est comme dynamiter sa maison, on craque une allumette et tout s'effondre. »
    Une séparation est la dernière pièce de Véronique Olmi dont le théâtre, de Chaos debout à Mathilde, est monté en France et à l'étranger par les plus grands metteurs en scène, et couronné par de nombreux prix. Elle est l'auteur de plusieurs romans, de Bord de mer à La Nuit en vérité.

  • The Guitrys

    Eric-Emmanuel Schmitt

    Durant les années folles, pendant quatorze ans, Yvonne Printemps et Sacha Guitry règnent sans partage sur la scène artistique et mondaine internationale. Amants magnifiques et impossibles, ils vont vivre une vraie passion, traversée de querelles, de tromperies, et de jalousie.
    Et si l'histoire de ce couple légendaire nous était contée par Sacha lui-même ? Si l'auteur de Chagrin d'amour et de La jalousie en avait confié la dramaturgie et les dialogues à Eric-Emmanuel Schmitt, complice de cette comédie étincelante de verve et d'esprit ?

  • Le système

    Antoine Rault

    Il y a tout juste trois siècles, un Ecossais, joueur de cartes de génie, se targue de pouvoir sauver l'Etat français de la faillite. Il convainc le Régent de mettre son système à l'épreuve. Au début, cela marche à merveille. Mais bientôt, la machine s'emballe, et soudain, « la bulle » explose... John Law vient d'inventer la crise financière. Antoine Rault, auteur notamment du Diable rouge et de L'Intrus, nous livre la comédie du pouvoir qui se joue en coulisses : calculs, manipulations, trahisons et intrigues au coeur d'une cour libertine et cupide. Dans ce monde de faux semblants où seuls comptent les intérêts, l'argent et le pouvoir, les hommes sont seuls. Et tous ne sont que des pions d'un système que personne ne maîtrise.

  • Comédien adoré du public, Alex, homme aimable et tolérant, s'apprête à entrer en scène pour la première du Misanthrope lorsque Alceste, le vrai, l'homme aux rubans verts de Molière, lui apparait dans le miroir de sa loge. La stupeur passée, la conversation s'engage mal entre celui qui voudrait changer le monde et celui qui l'accepte tel qu'il est. Qui triomphera, de l'idéaliste en colère qui s'indigne de la vie ou du libertin indulgent qui en rit ? Et lequel des deux gagnera les faveurs de l'insaisissable Célimène ?
    Dans cette brillante variation sur la plus énigmatique des pièces de Molière, Eric-Emmanuel Schmitt, l'un des auteurs les plus joués au monde, renoue avec la verve qui a fait le succès de son oeuvre dramatique, du Visiteur à Petits crimes conjugaux en passant par La Tectonique des sentiments.

  • « Même si l'on m'assurait ce soir que j'ai tort, je refuserai le pari. Car si je perds, je ne perds rien. Mai si je gagne, je gagne tout. Et je nous fais tout gagner. »
    Sur la colline des oliviers, quelques heures avant son arrestation, Jésus se demande comment il en est venu là. Est-il bien le Messie ? Trois jours plus tard, de son palais, Ponce Pilate mène l'enquête sur le cadavre qui a disparu de son tombeau. Même quand celui-ci réapparaît, vivant, Pilate tient à trouver une explication rationnelle des événements. Deux héros saisis par le doute. Deux héros dépassés par ce qui leur arrive.
    En réécrivant mon roman L'Évangile selon Pilate pour la scène, j'ai taillé une version forte, brutale, urgente de ce récit. Si je l'ai appelé Mes Évangiles, c'est pour signifier que je n'y délivre aucune vérité, seulement ma vision très subjective des choses... N'avons-nous pas, tous, croyants ou incroyants, fabriqué un cinquième évangile ? Je préfère épaissir les mystères que les résoudre.
    Eric-Emmanuel Schmitt

  • Un nouveau départ

    Antoine Rault

    Le soir de Noël, Catherine, fière de sa réussite professionnelle, trouve devant sa porte un SDF qui, pour sa part, ne croit plus en grand-chose. Par provocation envers sa fille, une adolescente qui lui assène qu'elle n'a pas de coeur, elle décide d'inviter ce SDF, Michel, à partager leur dîner de Noël.Cet homme va bouleverser leur existence.Antoine Rault signe une comédie romantique, une histoire à la fois drôle, tendre et optimiste. Une aventure inattendue aux personnages profondément attachants.

  • Sur les rives d'un lac du New Jersey, deux excentriques se rencontrent et sympathisent. L'un est Albert Einstein ; l'autre est un vagabond en rupture avec la société.À ce confident de hasard, Einstein expose son dilemme. Pacifiste militant, il connaît les conséquences terrifiantes de ses travaux théoriques et craint qu'Hitler et les nazis ne fabriquent la première bombe atomique. Devrait-il renier ses convictions et prévenir Roosevelt, afin que l'Amérique gagne la course à l'arme fatale ? Quel parti prendre alors que le FBI commence à le soupçonner, lui, l'Allemand, le sympathisant de gauche... le traître peut-être ?Dans cette comédie intelligente et grave, drôle parfois, Eric-Emmanuel Schmitt imagine le conflit moral d'un homme de génie, inventeur malgré lui de la machine à détruire le monde.

  • Imaginez qu'avant de naître, on soumette un projet de vie comme on dépose un plan de vol.Imaginez qu'une sorte de conseillère examine, modifie ou bloque ce projet, tant qu'il ne lui paraît pas convaincant.Imaginez que le projet en question soit celui de Napoléon III...Empereur de gauche élu au suffrage universel après un coup d'État, visionnaire courageux obsédé par les femmes, l'homme qui prétend créer la France moderne, fonder les caisses de retraite, reconnaître le droit de grève, ouvrir aux filles l'accès à l'instruction publique, redessiner Paris et rendre françaises Nice et la Savoie dispose d'une heure et demie pour obtenir son permis de naître.

  • Immense poème épique au creuset duquel se sont forgés l'imaginaire et la culture de l'Inde, le Mahabharata est à la démesure du sous-continent. Pour nombre d'Occidentaux, il s'agit d'une oeuvre inassimilable car trop complexe, trop foisonnante, trop étrange. C'est pourquoi la pièce montée par Peter Brook pour le festival d'Avignon de 1985 fut immédiatement perçue comme un événement majeur dans l'histoire contemporaine du théâtre.Le succès phénoménal que connut cette création devait beaucoup au texte de Jean-Claude Carrière. Avec une limpidité exemplaire, il nous fait revivre la lutte cosmique que se livrèrent les Kauravas et les Pandavas, impliquant les mondes des démons et des dieux, et nous fait pénétrer au coeur de la mythologie indienne. Depuis longtemps épuisé, ce classique contemporain de la scène est enfin rendu à son public.

  • Un prof de grec au chômage prend en otage une présentatrice télé. Et leur destin bascule en direct, devant des millions de personnes.
    Dans cette situation aussi tendue pour eux qu'hilarante pour nous, ces deux paumés que tout oppose vont révéler leur vrai visage. Et découvrir qu'ils sont peut-être faits l'un pour l'autre.
    Grand prix du Théâtre de l'Académie française pour l'ensemble de son oeuvre, Prix Goncourt pour Un aller simple, Didier van Cauwelaert nous offre une comédie aussi brillante qu'explosive, créée à Paris au Théâtre des Bouffes-Parisiens, avec dans les rôles principaux Macha Méril et Alain Sachs.

  • Un autre que moi

    Véronique Olmi

    Se retrouver face à un homme de quatre-vingts ans qui prétend être lui-même : c'est l'étrange expérience que fait Fred le soir de ses quarante ans.Peut-on modifier le cours du temps ? Qui y perdrait, et à quel prix ?Ce défi, que chacun redoute et souhaite à la fois, Véronique Olmi, jouée en France et à l'étranger par les plus grands metteurs en scène depuis Chaos debout et Mathilde, l'exprime au fil d'un dialogue aussi singulier qu'inquiétant.

  • Le théâtre de nô, art traditionnel et sacré propre au Japon, demeure une énigme pour les Occidentaux malgré quelques traductions et représentations dont le mystère ne cesse de fasciner. Armen Godel nous fait vivre dans cet ouvrage sa rencontre avec un maître de nô qui le prend pour disciple. À sa suite, nous entrons dans les arcanes d'un art fabuleux où le légendaire se mêle à la magie, où le masque porte le sens de la destinée, où le verbe se confond avec le silence.
    L'auteur est devenu depuis cette initiation artistique et spirituelle l'un des plus grands spécialistes mondiaux du nô. Il nous offre ici une expérience rare, une aventure intérieure inoubliable, un voyage radical aux frontières du dit et du non-dit.

  • Au soir de sa vie, Henri, savant spécialiste du cerveau, croit devenir fou quand il découvre à côté de lui dans son lit un étrange jeune homme qui lui propose un pacte diabolique : une dernière jeunesse et quelques instants de bonheur en échange de sa vie ...
    Sur le thème de Faust, Antoine Rault (Le Caïman, Le diable rouge) réussit une comédie existentielle qui nous parle gaiement et tendrement de l'homme contemporain confronté aux grandes questions du sens de la vie.

  • Selon Andy Warhol, l'individu moderne est en droit de réclamer son quart d'heure de célébrité. Formulait-il une des lois fondamentales à toute humanité ? Certainement, si l'on en croit le thème de la royauté temporaire. Cultures anciennes, contes, oeuvres théâtrales, reprennent, sur des registres différents, le motif du roi d'un jour, cet homme de modeste condition transporté endormi au palais pour y exercer durant une journée le pouvoir et rendu ensuite à sa condition d'origine. Le pauvre hère croit à un rêve qu'il s'en va raconter. Dans des contextes différents, les uns dramatiques - les rites annuels de sacrifices d'un substitut royal dans certaines sociétés -, les autres burlesques - l'inversion carnavalesque, le roi de la fève, etc. -, c'est toujours au même miroir que l'homme se reflète : être autre, rêver, ne serait-ce qu'un moment, que l'on est beau, riche et puissant.
    Constatant qu'à partir du XVIe siècle, le théâtre européen met très souvent en scène le thème de la royauté temporaire, Anne-Marie Le Bourg-Oulé, maître de conférences en littérature comparée à l'université de Toulouse-Le Mirail, pour en comprendre les raisons, lui restitue toute sa richesse symbolique et montre qu'il met en jeu l'essence même du théâtre comme représentation du désir humain et du monde.

  • Jocko, aveugle, erre avec ses deux filles, Antigone et Ismène, sur une route qui ne conduit nulle part. En chemin, il croise plusieurs laissés-pour-compte qu'il emmène avec lui. Il les prend sous sa protection et fonde alors les fils de demain. Retirée dans une fabrique à l'abandon, la famille de Jocko est bientôt victime de Prince. Celui-ci, par des échanges continuels, brouille les pistes et entrecroise les destins ; il séduit l'un après l'autre les membres de la secte et les transforme en fils d'aujourd'hui, autant dire en individus obéissants et soumis. Jocko perçoit trop tard le cours inattendu que prend l'histoire. Il se retrouve au coeur d'un drame qui met en jeu tout son passé. Pour lui et pour ses filles, la tragédie se noue une dernière fois.

  • « Les acteurs sont des lâches.Les acteurs n'ont pas de courage.Moi le premier.Les qualités humaines habituelles dans le monde normal sont contraires au bien de l'acteur. »Cinq acteurs répètent une comédie : une réunion de famille au cours de laquelle une mère présente à ses deux filles et à son gendre, le nouvel homme de sa vie, un veuf gérant d'immeuble...

  • Robespierre

    Romain Rolland

    J'avais trente ans, lorsque j'entrepris d'écrire une vaste épopée dramatique de la Révolution française, en une douzaine de drames. J'ai soixante-douze ans, lorsque j'achève le drame, qui, dans ma pensée, devait constituer le sommet de la courbe : « Robespierre », Je n'avais jamais cessé d'y songer ; mais j'attendais de me sentir en pleine possession du sujet. Cette année, il m'a paru que le temps était venu.
    La tragédie se résume en peu de mots :
    Trois mois et demi s'écoulent entre le début et la fin de la pièce, entre l'exécution de Danton et celle de Robespierre.
    Tous les hommes que je mets en scène sont de sincères et passionnés Républicains. Leurs convictions s'allient à leur intérêt pour les obliger tous à sauver la République : car leur sort est lié au sien ; ils se sont tous compromis irrévocablement, en votant la mort du Roi. Et cependant, ils vont s'acharner à détruire leur oeuvre : la République. Ils seront pris par leurs passions, par leurs fureurs, par leurs soupçons, dans une véritable frénésie qui ne leur permettra plus de voir où ils vont, qui les jettera même dans les bras des pires ennemis de la République. Par moments, ces hommes auront des lueurs de l'abîme où ils courent, et ils seront épouvantés, - mais incapables de revenir en arrière.
    Je n'ai pas cherché à les idéaliser. Je n'ai ménagé ni aux uns ni aux autres les erreurs et les fautes. J'ai été pris moi-même par la grande vague qui les emporte. J'ai vu la sincérité de tous ces hommes, qui s'exterminent, et la fatalité terrible des Révolutions. - Elle n'est pas d'un temps. Elle est de tous les temps. J'ai tâché de l'exprimer.
    Romain Rolland

  • Danton

    Romain Rolland

    Romain Rolland s'était souvenu du décret du Comité de Salut Public projetant, le 20 ventôse an II, d'instituer un Théâtre du Peuple destiné à « célébrer les principaux événements de la Révolution française. »
    Il voulait donner là « le spectacle d'une convulsion de la nature, d'une tempête sociale, depuis l'instant où les premières vagues se soulèvent du fond de l'océan jusqu'au moment où elles semblent de nouveau y rentrer et où le calme retombe lentement sur la mer. [...]
    Le 14 Juillet en était la première page et Danton le centre, la crise décisive, où fléchit la raison des chefs de la Révolution et où leur foi est sacrifiée à leurs ressentiments. »
    (Théâtre de la Révolution, préface).

  • Le temps viendra

    Romain Rolland

    Écrivain, musicologue, biographe, essayiste, romancier et dramaturge, Roman Rolland (1866-1944) est l'auteur d'une œuvre considérable. Si de nombreux textes inédits - notamment son Journal - éclairent le parcours de cet homme, sa véritable personnalité demeure méconnue.
    Victime de partis pris et de préjugés, Romain Rolland vécut une Histoire qui a bouleversé l'Europe, avec deux guerres mondiales et l'avènement des totalitarismes. Il fut aussi un Européen convaincu qui a lutté contre le fascisme et le nazisme, un internationaliste qui a jeté une arche entre l'Occident et l'Orient.

empty