Théâtre

  • Pièce en deux actes pour cinq personnages écrite en français entre 1948 et 1949.
    Première publication aux Éditions de Minuit en 1952.

    « Vous me demandez mes idées sur En attendant Godot, dont vous me faites l'honneur de donner des extraits au Club d'essai, et en même temps mes idées sur le théâtre.
    Je n'ai pas d'idées sur le théâtre. Je n'y connais rien. Je n'y vais pas. C'est admissible.
    Ce qui l'est sans doute moins, c'est d'abord, dans ces conditions, d'écrire une pièce, et ensuite, l'ayant fait, de ne pas avoir d'idées sur elle non plus.
    C'est malheureusement mon cas.
    Il n'est pas donné à tous de pouvoir passer du monde qui s'ouvre sous la page à celui des profits et pertes, et retour, imperturbable, comme entre le turbin et le Café du Commerce.
    Je ne sais pas plus sur cette pièce que celui qui arrive à la lire avec attention.
    Je ne sais pas dans quel esprit je l'ai écrite.
    Je ne sais pas plus sur les personnages que ce qu'ils disent, ce qu'ils font et ce qui leur arrive. De leur aspect j'ai dû indiquer le peu que j'ai pu entrevoir. Les chapeaux melon par exemple.
    Je ne sais pas qui est Godot. Je ne sais même pas, surtout pas, s'il existe. Et je ne sais pas s'ils y croient ou non, les deux qui l'attendent.
    Les deux autres qui passent vers la fin de chacun des deux actes, ça doit être pour rompre la monotonie.
    Tout ce que j'ai pu savoir, je l'ai montré. Ce n'est pas beaucoup. Mais ça me suffit, et largement. Je dirai même que je me serais contenté de moins.
    Quant à vouloir trouver à tout cela un sens plus large et plus élevé, à emporter après le spectacle, avec le programme et les esquimaux, je suis incapable d'en voir l'intérêt. Mais ce doit être possible.
    Je n'y suis plus et je n'y serai plus jamais. Estragon, Vladimir, Pozzo, Lucky, leur temps et leur espace, je n'ai pu les connaître un peu que très loin du besoin de comprendre. Ils vous doivent des comptes peut-être. Qu'ils se débrouillent. Sans moi. Eux et moi nous sommes quittes. »
    (Samuel Beckett, Lettre à Michel Polac, janvier 1952)

  • Débat enflammé, profond, prémonitoire entre un philosophe pour lequel certains hommes sont des esclaves-nés et un ardent protecteur des Indiens.
    8 hommes, 1 femme, 1 enfant / durée : 1 h 40

  • « Mon ami Serge a acheté un tableau. C'est une toile d'environ un mètre soixante sur un mètre vingt, peinte en blanc. Le fond est blanc et si on cligne des yeux, on peut apercevoir de fins liserés blancs transversaux. Mon ami Serge est un ami depuis longtemps. »

  • Oh les beaux jours : pièce en deux actes pour deux personnages, écrite en anglais entre 1960 et 1961. Traduite en français par l'auteur en 1962. La première représentation, avec Madeleine Renaud dans le rôle de Winnie et Jean-Louis Barrault dans celui de Willie, eut lieu en septembre 1963 au Festival du Théâtre de Venise, où elle remporta un immense succès. Fin octobre 1963, la pièce fut reprise par ces mêmes acteurs à Paris au Théâtre de l'Odéon. Elle a figuré ensuite durant de très nombreuses années au répertoire de la Compagnie Renaud-Barrault.
    La traduction française de l'auteur est parue aux Éditions de Minuit en 1963.

    Pas moi : pièce en un acte pour une bouche, écrite en anglais, traduite en français par l'auteur en 1973.

  • Fin de partie

    Samuel Beckett

    Pièce en un acte pour quatre personnages, écrite en français entre 1954 et 1956.
    Première publication aux Éditions de Minuit en 1957.

    « Dans Fin de partie il y a déjà cette notion d'immobilité, cette notion d'enfouissement. Le personnage principal est dans un fauteuil, il est infirme et aveugle, et tous les mouvements qu'il peut faire c'est sur son fauteuil roulant, poussé par un domestique, peut-être un fils adoptif, qui est lui-même assez malade, mal en point, qui marche difficilement. Et ce vieillard a ses parents encore, qui sont dans des poubelles, son père et sa mère qu'on voit de temps en temps apparaître et qui ont un très charmant dialogue d'amour.
    Nous voyons deux êtres qui se déchirent, qui jouent une partie comme une partie d'échecs et ils marquent des points, l'un après l'autre, mais celui qui peut bouger a peut-être une plus grande chance de s'en tirer, seulement ils sont liés, organiquement, par une espèce de tendresse qui s'exprime avec beaucoup de haine, de sarcasme, et par tout un jeu. Par conséquent, il y a dans cette pièce - qui est à un niveau théâtral absolument direct, où il n'y a pas d'immense symbole à chercher, où le style est d'une absolue simplicité -, il y a cette espèce de jeu qu'ils se font l'un à l'autre, et qui se termine aussi d'une façon ambiguë parce que le suspense dérisoire de la pièce, s'il y a suspense, c'est ce fils Clov, partira-t-il ou non ? Et on ne le sait pas jusqu'à la fin.
    Je dois dire aussi que c'est une pièce comique. Les exégètes de Beckett parlent d'un "message", d'une espèce de chose comme ça. Ils oublient de dire le principal, c'est que c'est une chose qui est une découverte du langage, de faire exploser un langage très quotidien. Il n'y a pas de littérature plaquée, absolument pas. Faire exploser un langage quotidien où chaque chose est à la fois comique et tragique. » (Roger Blin)

  • La découverte d'une pilule permettant de dormir seulement quarante-cinq minutes par jour implique une restructuration totale de la société. Suite à tous ces bouleversements, un homme risque de perdre la femme qu'il aime.

  • Cyrano de Bergerac

    Edmond Rostand

    Provoqué par un fâcheux, Cyrano se moque audacieusement de lui-même et de son nez, objet de sa disgrâce. Séduire Roxane ? Il n'ose y songer. Mais puisqu'elle aime Christian, un cadet de Gascogne qui brille plus par son apparence que par ses reparties, pourquoi ne pas tenter une expérience ?
    « Je serai ton esprit, tu seras ma beauté », dit Cyrano à son rival. « Tu marcheras, j'irai dans l'ombre à ton côté. »
    Christian ne s'y trompe pas ; à travers lui, la belle Roxane en aime en fait un autre. Et Cyrano, s'il entrevoit le bonheur un instant, ne peut oublier son physique ingrat... Un jeu étrange, et dangereux.

  • Un trajet invraisemblable, un personnage mythique, un héros comme Samson ou Goliath, monstres de force, abattus finalement par un caillou ou par une femme.

    Roberto Zucco est paru en 1990.

  • Le Tartuffe

    Molière

    Tartuffe est un habile hypocrite. Pour gagner la confiance d'Orgon et de Mme Pernelle, il joue le rôle du parfait dévot et s'immisce dans la vie familiale au point de devenir l'héritier et le directeur de conscience d'Orgon. Mais lorsque celui-ci lui accorde sa fille en mariage, alors que c'est sa femme que Tartuffe convoite, la vérité éclate...
    Applaudie à la Cour puis interdite à la demande de l'archevêché de Paris, la pièce a été remaniée et réécrite avant d'être de nouveau autorisée à la représentation et à la publication en 1669. Cette oeuvre provocatrice sur l'hypocrisie et la religion a laissé à la postérité le terme courant de « tartufe ».

    Couverture : Illustration de Brissart en frontispice de l'édition de 1682 : Tartuffe, le faux devot, courtise Elmire sans savoir que le mari de cette dernière, Orgon, est caché sous la table. © Gusman / Leemage

    © E.J.L., 2014 pour le supplément

  • Le misanthrope

    Molière

    « Plus on aime quelqu'un, moins il faut qu'on le flatte. »

    Rompre avec le monde, telle est la volonté d'Alceste. Affligé par l'hypocrisie et la frivolité de la société mondaine, il revendique un idéal d'honnêteté et de transparence des coeurs. Une gageure aux yeux de la noblesse, qui a appris au contraire à taire son orgueil et à se plier aux compromis de la vie de cour... Alceste s'en moque, il fustige ses semblables sans s'embarrasser des convenances. Mais pour son plus grand malheur, il est aussi jalousement amoureux de Célimène, jeune veuve coquette et reine des salons.
    De cette situation paradoxale naît une comédie piquante : de fâcheries en déconvenues, le ridicule ne tarde pas à rattraper ce misanthrope excessif.

    o Objet d'étude : Le théâtre du XVIIe siècle au XXIe siècle
    o Dossier pédagogique spécial nouveaux programmes
    o Prolongement : La satire des hypocrites chez Molière (corpus de textes).

    Classes de seconde et de première.

  • Deux couples d'amoureux que la société cherche à séparer. La nuit tombant, les jeunes gens se perdent dans une forêt... qu'Obéron et Titania, roi et reine des fées, ont choisi pour rassembler leur cour. Avec tout ce monde, un philtre d'amour et bien des jaloux, la confusion règne dans la forêt !



    Surnommé le "Barde", William Shakespeare (1564-c.1616) est considéré de par le monde comme l'un des plus grands dramaturges de l'Histoire et l'écrivain le plus important de la littérature anglophone. Son existence est controversée, mais les nombreuses oeuvres qu'il a léguées au monde ont influencé des générations de lecteurs et d'écrivains et continuent, aujourd'hui encore, d'être mises en scène ou adaptées au cinéma. Parmi les plus célèbres, figurent "Roméo et Juliette", "Hamlet", "Othello", "Le Roi Lear" ou encore "Macbeth".

  • Ravie aux Grecs par le fougueux Pâris, Hélène menace d'emmener la guerre aux portes de Troie. Pour laver son honneur, celui de son épouse et celui de sa nation, Ménélas a déjà pris la mer, soutenu par tous ses généraux. Une seule issue pour Andromaque, Hécube, Cassandre et leur champion Hector : remettre la jeune femme aux assaillants qui la réclament. Mais c'est compter sans la présence de tiers, dont les interventions ne cessent de compromettre leurs efforts pacifiques... Composée dans l'entre-deux-guerres, alors que les tensions n'ont cessé de croître depuis la crise de 1929, cette pièce réinvestit le tragique antique dans des figures qui portent en elles aussi bien l'imminence du conflit que la vanité des hommes.

  • Peut-on vivre sans être entouré de médecins du matin au soir? Sans avoir un docteur pour gendre? Sans écouter la litanie des maladies dont on pourrait souffrir, et la liste de leurs traitements? Pas selon Argan. Mais la servante Toinette veille à le faire revenir à la raison pour son bien et celui de la douce Angélique, sa fille ; et pour cela, le bon sens s'avère un meilleur remède que le lavement...

    Au fil de la pièce :
    o Préparation à l'oral : 2 explications de textes
    o Préparation à l'écrit : 1 commentaire de texte

    Le dossier est composé de 8 chapitres :
    1 - Histoire littéraire : Tout à la fois baroque et classique!
    2 - Molière et son temps
    3 - Présentation du Malade imaginaire
    4 - Les mots importants du Malade imaginaire (chimère ; burlesque ; humeur ; impertinent)
    5 - Préparation à l'écrit : la dissertation
    6 - La grammaire
    7 - Groupement de textes autour du parcours : Comédie et spectacle
    Molière, L'Impromptu de Versailles
    Pierre Corneille, L'Illusion comique
    Gustave Flaubert, Le Candidat
    Copi, Le Frigo
    Honoré de Balzac, Illusions perdues
    8 - Exercices d'appropriation.

  • Macbeth

    William Shakespeare

    À la suite d'une bataille victorieuse, le valeureux Macbeth fait la rencontre de trois sorcières. Celles-ci lui prédisent un destin exceptionnel qui le mènera jusqu'au trône d'Écosse. Poussé par son épouse, Macbeth tue le roi pour prendre sa place, réalisant ainsi la prédiction des sorcières. Mais cet assassinat précipite le héros dans une spirale infernale de meurtres qui l'entraîneront dans les abîmes de la folie... Inspirée des Chroniques d'Holinshed, Macbeth est l'une des tragédies les plus populaires de Shakespeare.

  • L'avare

    Molière

    «Hélas! mon pauvre argent, mon pauvre argent, mon cher ami!»

    Vieillard irascible et méprisable, Harpagon s'est laissé consumer par l'appât du gain au point que l'avarice conduit toutes ses relations : c'est un tyran, un égoïste, un paranoïaque sans
    scrupules, prêt à vendre sa fille et à désargenter son fils pour protéger sa fortune. Quant à sa prétendue attirance pour Mariane, elle ne résistera pas à sa fascination pour l'or...

    Comédie de caractère inspirée de la pièce La Marmite (Plaute, IIIe siècle av. J.-C.), L'Avare met en scène le pouvoir de l'argent, tout autant capable de dévorer un homme que de détruire les liens familiaux et sociaux.

    o Objet d'étude : Avec autrui : familles, amis, réseaux
    /> o Dossier pédagogique spécial nouveaux programmes
    o Prolongement : Molière, inspirant et inspiré

    Classe de cinquième.

  • « Si un chien rencontre un chat - par hasard, ou tout simplement par probabilité, parce qu'il y a tant de chiens et de chats sur un même territoire qu'ils ne peuvent pas, à la fin, ne pas se croiser ; si deux hommes, deux espèces contraires, sans histoire commune, sans langage familier, se trouvent par fatalité face à face - non pas dans la foule ni en pleine lumière, car la foule et la lumière dissimulent les visages et les natures, mais sur un terrain neutre et désert, plat, silencieux, où l'on se voit de loin, où l'on s'entend marcher, un lieu qui interdit l'indifférence, ou le détour, ou la fuite ; lorsqu'ils s'arrêtent l'un en face de l'autre, il n'existe rien d'autre entre eux que de l'hostilité - qui n'est pas un sentiment, mais un acte, un acte d'ennemis, un acte de guerre sans motif. » (B.-M. K.)

    Dans la solitude des champs de coton est paru en 1986.

  • Ubu roi

    Alfred Jarry

    Poussé par son ignoble épouse, le Père Ubu renverse le roi Vanceslas, son bienfaiteur, avant de massacrer sa famille et les nobles du royaume. Désormais roi de Pologne et d'Aragon, «Maître des Phynances» et futur «docteur en pataphysique» (Ubu enchaîné), il étale la couardise, l'avidité et la vulgarité qui feront de lui le modèle de l'usurpateur totalitaire. Les grossièretés de cet étrange souverain, terrifiant et ridicule, invitent au rire, tandis que ses travers, reflets de ceux de notre humanité, nous font tressaillir.

    o Objet d'étude : Le texte théâtral et sa représentation, du XVIIe siècle à nos jours
    o Dossier pédagogique spécial nouveaux programmes
    o Prolongement : Étude d'une image et d'une adaptation télévisée

    Classe de seconde.

  • Le cid

    Pierre Corneille

    Rodrigue et Chimène s'aiment et s'apprêtent à se marier. Mais lorsque le comte de Gomès, le père de Chimène, donne un soufflet à don Diègue, celui de Rodrigue, c'est au jeune homme que revient le devoir de laver, dans le sang, l'outrage fait à son vieux père. Rodrigue a « du coeur », mais il ne sait que faire : mourir sans offenser Chimène ? Se venger et la perdre ? Cruel dilemme.
    Le Cid est un poème amoureux. Corneille raconte l'histoire d'une jeunesse que ses aînés condamnent au renoncement et que les sentiments poussent à la révolte.

  • Riche bourgeois, M. Jourdain souhaite devenir gentilhomme. Maître de musique, maître à danser, maître d'armes, maître de philosophie, maître tailleur : il s'entoure avec soin pour acquérir les manières de sa nouvelle condition. Mais lorsque son obsession met en péril le mariage de sa fille avec son amant Cléonte qu'il juge indigne de son rang, le jeune homme décide de lui tendre un piège...
    Dans cette comédie-ballet en cinq actes mêlant quiproquos et déguisements, Molière épingle la vanité de certains de ses contemporains et tourne en ridicule leurs ambitions dévorantes.

    Objets d'étude : Résister au plus fort : ruses, mensonges et masques [6e] / Avec autrui : famille, amis, réseaux [5e]
    · Dossier pédagogique : Cinq fiches pour saisir les enjeux de l'oeuvre
    Prolongement : À vous de jouer !

  • Sganarelle se trouve dans une situation périlleuse : voici que, par une ruse vengeresse, sa femme le fait passer pour un médecin. Le vieux Géronte, qui l'a fait mander pour guérir sa fille, se laisse bientôt convaincre par le charabia scientifique et les explications peu orthodoxes de l'étonnant docteur... Mais, comble de l'ironie, le faux médecin a affaire à une fausse malade !
    Dans cette pièce publiée en 1666, Molière emprunte au genre de la farce ses ressorts comiques pour nous faire rire de l'arrogance des guérisseurs et de la naïveté de ceux qui leur accordent une confiance sans bornes.

    o Objets d'étude : Résister au plus fort : ruses, mensonges et masques [6e] / Avec autrui : familles, amis, réseaux [5e]
    /> o Dossier pédagogique : Cinq fiches pour saisir les enjeux de l'oeuvre
    o Prolongement : La Leçon d'anatomie du docteur Tulp, de Rembrandt.

  • Blues pour l'homme blanc

    James Baldwin

    • Zones
    • 27 Août 2020

    James Baldwin a écrit cette pièce en 1964 en réaction à l'assassinat de son ami Medgar Evers, militant des droits civiques, abattu devant son domicile du Mississippi le 12 juin 1963 par un suprémaciste blanc.
    L'accumulation des meurtres racistes aux États-Unis (dont celui de quatre jeunes filles noires dans un attentat à la bombe contre une église baptiste de Birmingham, Alabama, le 15 septembre 1963) constitue l'arrière-plan de ce cri de révolte scénique. La quasi-impunité qui suit ces actes sera l'élément déclencheur de ce travail.
    C'est aussi le meurtre atroce en 1955 de l'adolescent Emmett Till qu'il décide d'évoquer : " Dans ma pièce, écrit-il, il est question d'un jeune homme qui est mort ; tout, en fait, tourne autour de ce mort. Toute l'action de la pièce s'articule autour de la volonté de découvrir comment cette mort est survenue et qui, véritablement, à part l'homme qui a physiquement commis l'acte, est responsable de sa mort. L'action de la pièce implique l'effroyable découverte que personne n'est innocent [...]. Tous y ont participé, comme nous tous y participons. "

  • Caligula

    Albert Camus

    En septembre 2002, Frémeaux & Associés et l'Ina (Institut national de l'audiovisuel), en accord avec les Éditions Gallimard, mettent pour la première fois à la disposition du public le texte intégral de l'Étranger d'Albert Camus. C'est à l'initiative de Michel Polac que nous présentons aujourd'hui la pièce maîtresse de l'oeuvre théâtrale d'Albert Camus : Caligula, interprétée par son auteur. Nous remercions la succession d'Albert Camus de nous avoir autorisé à partager ce trésor de théâtre, qui fait revivre à l'auditeur d'aujourd'hui l'authenticité du texte, dans sa version intégrale.

  • Retrouvailles de Jean-Marie Gourio et Jean-Michel Ribes, pour saluer sur scène le petit peuple des bistrots qui, verre en main, dit l'immensité du monde et la petitesse de la planète. Un irrésistible opéra parlé.

  • Les Femmes Savantes

    Molière

    Chrysale est au désespoir. Flattées par le pédant Trissotin, les femmes de sa maison ne jurent plus que par la grammaire et la philosophie, au point de vouloir marier la cadette, Henriette, à ce savant cupide. Philaminte, la mère, délaissant le bon sens au profit des bons mots, se moque des conseils de son mari... jusqu'au coup de théâtre final.
    Dans cette pièce en alexandrins, Molière ridiculise les hypocrites et questionne l'éducation des femmes. En cette fin de XVIIe siècle, la polémique va bon train, et l'auteur choisit son camp : celui de la comédie.

    o Objets d'étude : Dénoncer les travers de la société [3e] / Le théâtre du XVIIe siècle au XXIe siècle [Lycée]
    o Dossier pédagogique : Cinq fiches pour saisir les enjeux de l'oeuvre
    o Prolongement : L'hypocrisie au théâtre (corpus de textes).

empty