Odile Jacob

  • La paix

    Jean-Claude Carrière

    « Longtemps, nous avons distingué la paix de la guerre. C'était même, souvent, la seule définition que nous donnions de la paix : l'absence de guerre. Depuis une trentaine d'années, nous sommes passés dans un autre type de guerre, une guerre grise, presque anonyme, et même innommable, une guerre qui chasse les habitants de tout un pays vers d'autres terres, lesquelles, prises au dépourvu, ne savent ni les accueillir ni les repousser. Une guerre qui a métamorphosé la paix, au point d'en empêcher toute définition. De là ce livre sur la paix qui va d'Eschyle à Victor Hugo, du 11 Septembre à la Promenade des Anglais, de la paix des étoiles au repos de la tombe, autour de cette notion profondément mystérieuse, cette paix qui nous fait tant de mal et que nous appelons notre souverain bien. » J.-C. C. Un éloge de la paix, un hymne à notre commune humanité. ?Scénariste, dramaturge, écrivain, Jean-Claude Carrière est l'auteur de grands succès comme Einstein, s'il vous plaît, Fragilité, Tous en scène et, plus récemment, Croyance. 

  • Longtemps, la masculinité a semblé aller de soi. Chaque homme devait ressembler à l'idéal viril qui dominait toute la culture. L'identité sexuelle paraissait inscrite dans la nature. Ces trois dernières décennies, les femmes ont fait voler en éclats ces évidences. Les limites du masculin et du féminin sont devenues floues. Et chaque homme, désormais, de s'interroger sur son identité profonde. Elisabeth Badinter trace ici les contours, encore incertains, du nouvel homme que notre siècle est en train d'inventer.

  •  «?Voilà plus de vingt ans que je fais de la recherche en informatique à un très haut niveau. Je me suis aussi frottée, en tant qu'entrepreneuse dans la Deep Tech, aux investisseurs, accompagnateurs, incubateurs et start-upeurs de tout crin. Évoluant depuis longtemps dans ce milieu, je constate que je suis encore trop souvent parmi les rares femmes dans l'assemblée. Comment mettre fin à la sous-féminisation de ce secteur encore très machiste, à l'image de notre société?? Ce que je souhaite avec ce livre, c'est que les femmes soient autant attirées par l'informatique que par la médecine.?» A.-M. K. De la pionnière Ada Lovelace, première programmeuse, injustement méconnue, à Grace Hopper qui a posé les bases du langage Cobol, des biais de genre sur Wikipédia aux clichés véhiculés par les réseaux sociaux, un livre court et incisif pour montrer le sexisme d'un secteur crucial de l'économie, assorti de propositions concrètes et claires pour encourager les femmes à l'investir, et vite?! Anne-Marie Kermarrec est professeure en informatique à l'École polytechnique fédérale de Lausanne, en Suisse, et fondatrice de la start-up Mediego, issue de l'Inria. Membre de l'Academia Europaea et ACM Fellow, elle est lauréate du prix Montpetit et du prix de l'Innovation de l'Académie des sciences.

  • Fausse route

    Elisabeth Badinter

    « Les stéréotypes d'antan, pudiquement appelés " nos repères ", nous enfermaient mais nous rassuraient. Aujourd'hui, leur éclatement en trouble plus d'un. Bien des hommes y voient la raison de la chute de leur empire et le font payer aux femmes. Nombre d'entre elles sont tentées de répliquer par l'instauration d'un nouvel ordre moral qui suppose le rétablissement des frontières. C'est le piège où ne pas tomber sous peine d'y perdre notre liberté, de freiner la marche vers l'égalité et de renouer avec le séparatisme. Cette tentation est celle du discours dominant qui se fait entendre depuis dix ou quinze ans. Contrairement à ses espérances, il est peu probable qu'il fasse progresser la condition des femmes. Il est même à craindre que leurs relations avec les hommes se détériorent. C'est ce qu'on appelle faire fausse route. » Elisabeth Badinter Elisabeth Badinter est notamment l'auteur de L'Amour en plus, de L'un est l'autre et de XY, De l'identité masculine.

  • Le regret d'être mere

    Orna Donath

    Ce livre est un cri d'alarme. Oui, certaines femmes regrettent d'être mère. Elles aiment leurs enfants, mais elles ont aussi besoin de s'exprimer par elles-mêmes, de s'épanouir, de réussir. Il n'est pas toujours facile de concilier le fait d'être mère et celui d'être une femme qui se réalise. L'idée même que l'on puisse concevoir du regret d'être mère peut être troublante. Orna Donath a interrogé de nombreuses femmes pour ce livre et propose l'idée suivante : nous devons nous questionner sur la façon dont la société pousse les femmes vers la maternité et pourquoi celles qui ne sont pas prêtes à suivre ce chemin sont encore considérées comme pouvant être une menace. Un livre étayé, nouveau, qui force à réagir. « Une enquête qui défie les tabous de la société, car tout remords est toléré, sauf celui d'avoir des enfants dans le monde. » Vanity Fair. « Grâce à ses recherches et à son livre, Orna Donath a rendu visible quelque chose qui, jusqu'à aujourd'hui, était limité aux confessions entre amis ou sur le divan des psychothérapeutes. » Der Spiegel. Orna Donath est docteur en sociologie, elle enseigne à l'Université Ben Gourion du Néguev en Israël où elle mène des recherches sur les attentes sociales auxquelles les femmes sont confrontées. Le regret d'être mère est son premier livre et a déjà rencontré un écho international. 

  • L'urgence climatique se heurte à un redoutable problème de financement. Aucune stratégie financière classique n'est en mesure de mobiliser rapidement les sommes considérables qui sont en jeu. Bien que libérée des contraintes matérielles, la politique monétaire ne s'est malheureusement pas encore libérée des dogmes qui la restreignent. Pourtant, l'histoire a montré à maintes reprises (reconstruction économique de l'Allemagne dans les années 1930, New Deal américain, reconstruction de la France après 1945, politique monétaire expansionniste en Chine) que les mécanismes monétaires peuvent être utilisés de manière ciblée et efficace pour répondre aux grands défis du moment. Le climat en est un et appelle un Green New Deal qui, proposent les auteurs, pourrait résulter de la création monétaire mise au service de projets écologiquement vertueux. Bousculer l'économie traditionnelle pour sauver la planète ? On commence quand ? Alain Grandjean, membre du Haut Conseil pour le climat, est président de la Fondation Nicolas Hulot. Nicolas Dufrêne, spécialiste de politique monétaire, est haut fonctionnaire et directeur de l'Institut Rousseau. 

  • Faire confiance est un art qui s'apprend. Dans cet ouvrage, Elena Pasquinelli et Mathieu Farina nous montrent comment la science, par sa méthode et ses outils, peut nous aider à y parvenir. Établir un nouveau contrat de confiance entre la science et la société est devenu un enjeu majeur aujourd'hui. Tel est aussi l'objectif de cet ouvrage. Pour l'illustrer, quatre voyages vont vous faire découvrir de l'intérieur le fonctionnement de grands laboratoires scientifiques. Vous déambulerez ainsi dans les couloirs de l'Institut Pasteur et suivrez les étapes et les enjeux de la production des vaccins. Vous irez à la rencontre des experts du GIEC qui rédigent les rapports sur le dérèglement climatique. Vous revivrez les moments de doute et de joie des physiciens du CERN qui percent les secrets de la matière. Vous suivrez, des forêts de montagne au labo de génétique, les écologues qui pistent les loups... Le message de ce livre est clair : n'ayez pas peur de la science, car elle est votre alliée précieuse pour savoir quand accorder votre confiance ! Mathieu Farina est agrégé de sciences de la vie et de la terre, spécialisé en écologie et en biologie évolutive. Il est membre de la fondation La Main à la pâte. Elena Pasquinelli est spécialiste en philosophie des sciences cognitives. Associée de l'Institut Jean-Nicod, elle est membre de la fondation La Main à la pâte et du Conseil scientifique de l'éducation nationale. Elle est notamment l'auteur de Comment utiliser les écrans en famille. Tous deux travaillent à l'éducation de l'esprit critique en milieu scolaire. 

  • « Il n'est qu'une seule espèce humaine sur la Terre, et cette espèce est migrante. Depuis le début de l'histoire, nous sommes embarqués. Et, aujourd'hui, nous sommes écrasés sous le poids de notre fardeau, celui de notre responsabilité face à l'histoire : car nous savons que nous serons jugés sur notre capacité à affronter la situation des migrants. Ce livre est un appel au calme, un effort de description réaliste. On estime qu'il y a actuellement dans le monde 244 millions de migrants, dont 100 millions sont des migrants forcés. L'Europe est un continent d'immigration au même titre que les États-Unis. Telle est la réalité. On oppose généralement les beaux principes aux dures réalités. Mais nous sommes bien, avec le présent ouvrage, dans le réel. Ce qu'il réclame de nous ? De la considération. » Patrick Boucheron. Ce livre regroupe les contributions du colloque tenu au Collège de France à l'automne 2016. Patrick Boucheron est historien et professeur au Collège de France, titulaire de la chaire d'Histoire des pouvoirs en Europe occidentale, xiiie-xvie siècle. Introduction d'Alain Prochiantz, administrateur du Collège de France, titulaire de la chaire « Processus morphogénétiques ». Avec les contributions de Michel Agier, Christophe Ayad, Sébastien Balibar, Pierre Briant, Pascal Brice, Dominique Charpin, Dimitris Christopoulos, Annie Cohen-Solal, Diane Dosso, François-Xavier Fauvelle, Peter Harling, François Héran, Jean-Jacques Hublin, Fabienne Lassalle, Danièle Lochak, Leoluca Orlando, Lluis Quintana-Murci, Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky, Ousmane Oumarou Sidibé, Benjamin Stora, Alain Tarrius, Hélène Thiollet, Isabelle Thireau. 

  • La violence n'a pas subitement surgi dans nos vies avec les attentats de janvier et de novembre 2015. Aucune de nos relations, qu'elles soient familiales, scolaires, professionnelles, morales ou politiques, n'y échappe. Mais la terreur instaurée par les attaques terroristes est une épreuve sans précédent. D'abord parce qu'elle provoque la hantise de la répétition : nous savons qu'à la terrasse d'un café, dans une salle de spectacle ou dans les transports en commun, la violence peut à nouveau frapper. La peur, le désir de vengeance et de justice accompagnent notre volonté d'en finir avec ce que nous considérons comme le mal radical. Comment pourrait-il en aller autrement ? Et qui nous le reprocherait ? Mais le risque est alors d'autoriser les emportements, les jugements précipités, les décisions aveugles et, finalement, de répondre à la violence par la violence. Faire face à la haine est un défi pour nos sociétés. Dans ce livre courageux, à contre-courant de bien des discours actuels, et convoquant toutes les ressources de la philosophie, Marc Crépon défend le principe du refus de la violence, du refus de consentir à son oeuvre et à la culture de destruction qui l'accompagne. Les grandes figures de la non-violence que furent Jaurès, Romain Rolland, Martin Luther King et Mandela nous offrent des modèles et prouvent que la terreur n'est ni invincible ni fatale. Normalien, agrégé de philosophie, Marc Crépon est directeur de recherches au CNRS et dirige le département de philosophie de l'École normale supérieure. Il a notamment publié Le Consentement meurtrier. 

  • « L'enseignement du fait religieux dans l'école du peuple n'exige pas moins mais plus de laïcité. C'est notre façon de poursuivre le chemin des Lumières que d'ouvrir au savoir les "mystères" du croire. Je ne sais si "le XXIe siècle sera religieux ou ne sera pas". Je sais seulement que fermer les yeux sur ce qu'il est déjà ne peut qu'assimiler ce qu'on appelle "la revanche de Dieu" à un retour de bâton en pleine figure. » Régis Debray « L'école a besoin de sérénité. Seul un débat apaisé et une plus grande rigueur, à l'écart des emballements médiatiques, nourriront cet enseignement de l'histoire des religions qui fortifie le citoyen et doit faire consensus, au-delà des croyances et des opinions de chacun. » Jack Lang Régis Debray est professeur de philosophie. Il est notamment l'auteur de Dieu, un itinéraire. Jack Lang, ancien ministre, est président de l'Institut du monde arabe. 

  • érection

    Sutter Pascal

    Après le succès de Désir, le premier roman sexo-informatif, voici Érection. Le principe ? Vous lisez un roman d'aventures, inspiré de faits réels, enrichi d'informations sexologiques. Tout en lisant la vie d'un homme ordinaire traversant un destin exceptionnel, vous acquérez des informations en sexologie. Puis, consciemment et inconsciemment, vous modifiez certains de vos comportements relationnels. Cela semble magique et pourtant c'est scientifique ! À la lecture de ce livre, vous comprendrez tous les mystères de l'érection masculine. Comment elle fonctionne, fluctue et parfois disparaît. Et comment l'améliorer, l'apprivoiser et mieux la gérer. Vous découvrirez un large panel de solutions psychosexuelles et médicales. Vous réaliserez à quel point l'érection est un élément important de la fierté et de la dignité masculines. Et combien elle peut être source de joie, de bonheur ou de détresse. Vous trouverez également des pistes pour comprendre et accompagner les pannes érectiles de votre compagnon. Pascal de Sutter est psychologue, professeur de sexologie, clinicien et chercheur. Il dirige le certificat en sexologie clinique de l'Université de Louvain et enseigne également à Lille, à Paris et à Nouméa. Il a aussi travaillé comme psychologue-expert pour l'armée. Valérie Doyen est sexologue. Elle travaille en privé, en planning familial. Formatrice et conférencière, elle est également enseignante invitée à l'Université de Louvain. 

  • Le nouveau féminisme est né. Un féminisme multiple, tel est l'enjeu de ce livre. La libération de la parole des femmes, de toutes les femmes, toutes singulières, toutes différentes, toutes uniques, révèle en réalité une galaxie de féminismes, créatifs, foisonnants, parfois convergents, parfois divergents. Le nouveau féminisme est un mouvement qui a pris une ampleur inattendue et sans précédent. Il nous fallait ce livre d'une femme engagée pour recenser les différents féminismes existants, ceux qui émergent et ceux qui s'ignorent encore, et pour nous aider à nous positionner entre combats et rêves - les uns ne vont pas sans les autres. Des rêves de réconciliation, d'éros et de liberté, avec la poésie comme arme, sans blessure, à la rencontre de l'autre. Barbara Polla est médecin, femme politique, galeriste engagée pour l'art et la culture et très investie dans la cause des femmes. Elle est l'auteur de plusieurs ouvrages aux éditions Odile Jacob : Tout à fait femme, Tout à fait homme et Femmes hors normes. 

  • À ce jour, seules 17 femmes ont vu leurs travaux scientifiques couronnés par le prix Nobel. Marie Curie fut la première, en 1903 et 1911, suivie de sa fille Irène Joliot-Curie en 1935, mais les autres restent dans l'ombre. On connaît les biologistes Françoise Barré-Sinoussi, primée en 2008, Barbara McClintock (1983) et Rita Levi-Montalcini (1986), mais qui a entendu parler de Linda Buck, d'Ada Yonath, d'Elizabeth Blackburn ou de You you Tu ? Ce livre vient éclairer les trajectoires, souvent surprenantes, de ces femmes qui sont parvenues à l'excellence dans un milieu qui fut et reste en grande partie masculin. D'où tiennent-elles leur curiosité ? Comment ont-elles concilié recherche et vie de famille ? Comment ont-elles été accueillies par le milieu scientifique ? Cette très vivante série de biographies dresse un tableau de la diversité des origines sociales et des caractères, avec cependant comme points communs une farouche indépendance d'esprit et une persévérance à toute épreuve. Le tableau scientifique n'est pas moins varié, du noyau atomique aux ribosomes et aux gènes sauteurs, même si l'on ne trouve que trois « Nobelles » dans le domaine de la physique. L'occasion de réfléchir à l'importance culturelle et sociale du genre dans la recherche scientifique. La vieille maxime « Les esprits n'ont pas de sexe » ne cesse décidément de se vérifier. Hélène Merle-Béral est médecin, professeur d'hématologie à l'université Pierre-et-Marie-Curie-Paris-VI. Elle a été chef du service d'hématologie biologique de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Spécialiste des leucémies, elle a particulièrement travaillé sur les leucémies chroniques de l'adulte. 

  • Aujourd'hui, l'égalité réelle entre hommes et femmes met un terme au modèle millénaire de la complémentarité, complémentarité heureuse (l'homme avec la femme) ou conflictuelle (l'homme contre la femme). Un nouveau modèle s'élabore sous nos yeux : la ressemblance des sexes. Plus qu'une révolution des moeurs, Elisabeth Badinter y voit une véritable mutation et la mise en question de notre identité à laquelle beaucoup ne sont pas encore prêts.

  • Pourquoi des salles de shoot ? Comment comprendre que l'État organise pour les uns une consommation de drogue qui demeure réprimée pour le plus grand nombre ? À travers l'histoire française de la politique de prise en charge des drogués, du tout-sevrage des années 1970 à l'ouverture des salles de shoot, ce livre permet de saisir les motifs et les enjeux de cette évolution. Le docteur Sylvie Geismar-Wieviorka, qui a dirigé pendant plus de vingt ans un centre de soins spécialisés pour les toxicomanes, propose une réflexion apaisée et argumentée sur la meilleure façon de venir en aide aux drogués dans leur diversité. Un outil de réflexion indispensable pour tous ceux que la question des usages de drogues intéresse. Le docteur Sylvie Geismar-Wieviorka est médecin psychiatre. Elle a été directrice d'un des principaux centres de soins français spécialisés dans la prise en charge des toxicomanes (1991-2012). Elle a participé, au cours des années 1990, aux débats et aux travaux qui ont présidé à la mise en place en France d'une nouvelle politique d'aide aux toxicomanes fondée sur la réduction des risques, plutôt que sur l'abstinence à tout prix. 

  • Les polémiques sur le réchauffement climatique, la sécurité des centrales nucléaires après Fukushima, l'épuisement des réserves en matières premières non renouvelables entretiennent l'inquiétude de l'opinion sans parvenir à installer des représentations objectives partagées, moins encore un consensus stable sur les mesures qu'il convient de prendre face à ces défis. Comment, alors, sortir de la confusion ?Des personnalités particulièrement emblématiques des diverses thèses qui s'affrontent en ces matières précisent leurs arguments, répondent sans détour aux objections de leurs adversaires, expriment leurs points d'accord et de désaccord. L'objectif : dégager les critères humains, économiques et sociaux propres à légitimer une hiérarchisation des priorités d'une politique environnementale efficace et réaliste pour l'avenir.

empty